Un vrai scandale. Un marché en pleine émergence en Afrique. La Guardia Civil a arrêté, ce jeudi, dix membres d’une organisation spécialisée dans le commerce illégal d’espèces protégées destinées au Maroc.

En coordination avec Europol, les autorités concernées au Maroc, au Portugal et en Slovaquie, ont lancé l’opération, baptisée « Fennec », qui a permis la saisie de 200 animaux exotiques (oiseaux, mammifères et réptiles). Les suspects sont poursuivis pour « commerce illégal d’espèces rares », abus d’animaux et falsification de documents, a rapporté la Radio espagnole « Cadena Ser« .

Cette Mafia se procurait d’abord les spécimens, en Espagne et dans d’autres pays de l’Union Européenne (UE), les conservait dans un « Pet Shop » à Fuengirola (Sud de l’Espagne) et dans un domicile à Malaga, puis ensuite les expédiait vers le Maroc.

L’organisation criminelle comptait sur 4 personnes, dont une, avec des antécédents judiciaires pour trafic d’espèces animales, qui était chargée de l’acquisition des animaux dans différents pays de l’UE, en plus de l’Espagne, du Portugal, de l’Allemagne et de la Slovaquie, rapporte la même source.

+ Un marché illégal en Afrique +

Afin de protéger la « marchandise » et la transporter vers le Maroc, le réseau mafieux a utilisé un magasin de vente d’animaux situé à Fuengirola (Málaga). Et grâce à la complicité d’un vétérinaire agréé, l’organisation disposait de documents falsifiés délivrés par ce dernier, notamment des cartes de santé pour les animaux exotiques, afin d’éviter des problèmes aux douanes.

Un ressortissant Marocain, domicilié à Melilla, se chargeait de sortir les animaux d’Espagne. Il utilisait des « mules » marocaines pour traverser le passage frontalier, pour ensuite prendre la route vers Nador.

Le trafiquant contactait après des acheteurs, à travers les réseaux sociaux et contacts personnels, afin « d’écouler la marchandise ».

Cette enquête révéle ainsi l’existence d’un marché Juteux en Afrique, qui à travers le Maroc, commande un grand nombre d’animaux « spéciaux » importés.

Avant cette investigation, les autorités ne disposaient d’aucune preuve d’un marché dans le royaume pour ce type d’animaux, principalement des oiseaux et des reptiles.

« L’opération Fennec » a été mise au point par l’Unité d’exploitation environnementale (UCOMA) de la Guardia Civil de Seprona, avec l’appui des autorités d’Almería, Málaga et Melilla.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.