Une initiative contre l’illettrisme ambiant. « The Olive Writers » vise à promouvoir la culture et la créativité des jeunes Marocains à travers l’écriture dans les langues arabe et anglaise.

Ce programme, géré par un jeune marocain, a reçu au cours du mois en cours une subvention du département d’État américain: « Alumni Engagement Innovation Fund ».

Quelque 1.300 projets en provenance du monde entier ont été présentés, dont 30 ont été sélectionnés pour la phase finale, ce qui permettra d’étendre l’impact de l’initiative « Olive Writers ».

Mohamed Wahabi, initiateur et directeur du programme, a indiqué au site arabophone Hespress, que cette initiative a été lancée en 2016 et que ses premières activités ont consisté en l’organisation d’un camp annuel de six jours au profit de jeunes Marocains, âgés entre 16 et 21 ans au Centre de la langue américaine à Casablanca (American Language Center), tout en les prenant en charge durant toute la période du stage d’apprentissage de l’écriture créative et de raisonnement critique ainsi que de rencontres avec des écrivains marocains, américains et britanniques.

Il a ajouté que l’objectif principal du programme est de « développer les capacités des jeunes par la création littéraire, de soutenir la culture au Maroc et de promouvoir les capacités des jeunes marocains pour qu’ils puissent persévérer sur la voie de la créativité et de l’écriture ».

+ L’identité, que signifie être marocain? +

Wahabi a expliqué que les jeunes qui sont sélectionnés chaque année dans le cadre de cette initiative ont une expérience de l’écriture et de la lecture, ajoutant que le travail au cours des six jours du stage se déroule en arabe et en anglais et que le principe en est la coexistence entre les deux langues. Par conséquent, les jeunes écrivains sélectionnés doivent avoir un très bon niveau dans au moins une des deux langues.

Il a précisé que deux ateliers ont été organisés tout au long des journées de formation. L’un d’entre eux a été encadré par un Américain cette année et l’autre par une Marocaine. Ceux qui écrivent en arabe ont assisté aux ateliers d’écriture en cette langue et ceux qui utilisent l’anglais aux ateliers de cette langue, alors que les soirées ont été réservées aux rencontres avec les écrivains et à des ateliers de traduction ou de journalisme ainsi qu’à des sorties pour découvrir le patrimoine culturel de la ville de Casablanca.

Le processus de sélection commence par une annonce sur le web et dans les centres culturels américains au Maroc, un formulaire à remplir qui doit être accompagné d’un texte écrit par le candidat sur un sujet libre et d’un autre portant sur un sujet imposé, a-t-il souligné rappelant que le sujet de la première édition a été « l’égalité genre et l’écriture littéraire », de la deuxième « L’identité, que signifie être marocain? », alors que celui de cette année « La Paix ».

La session de cette année, a enregistré l’intervention d’invités de marque tels qu’Anthony David, qui a longtemps travaillé en Palestine et a écrit un livre sur la question palestinienne, et Hoda Barakat, qui a dialogué à travers « Skype », avec les jeunes écrivains marocains.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.