Insolite. Noura Arfaoui, une comédienne Tunisienne et écrivaine de théâtre, a lancé sur sa page Facebook un appel au roi Mohammed VI pour lui rendre justice, affirmant « avoir été dupée » par ses collègues Marocains, qui auraient abusé de sa gentillesse et renié ses droits d’auteur.

Voici la traduction de l’appel adressé par l’artiste tunisienne au souverain:

« A Sa Majesté Mohammed VI, Roi du Maroc … Salutations et respect à Votre Majesté

Un appel de détresse et à la réparation d’une injustice sur une libre des libres de la Tunisie…J’ai été victime d’injustice et d’escroquerie sur votre terre et par certains responsables dans votre royaume qui exercent l’oppression au nom de Votre Majesté et dont l’injustice s’est propagée jusqu’aux pays voisins …

Je suis une artiste tunisienne, j’ai rencontré Mme Badia Radi, l’écrivaine et membre de la HACA, alors que je représentais mon pays lors d’un festival à Marrakech. Quand elle m’a vue et appréciée, elle m’a demandé de présenter ensemble un travail tuniso-marocain, c’était fait à travers un texte qui était sien et dont le nom est « Injustice » que j’ai présenté comme un cadeau de ma part au Maroc.

Notre relation a débuté ainsi. Lorsque, je suis retournée en Tunisie avec la troupe de théâtre Almachhad, je les ai rencontrés, rendu hommage au Maroc, en sa personne et en la personne de la troupe, et accompli le devoir d’hospitalité. Elle m’a demandé de faire une autre pièce commune, c’était en présence de M. le Consul du Maroc en Tunisie. J’étais contente de la proposition.

Et effectivement c’est ce qui a été fait, mais cette fois-ci, selon notre accord je devrais présenter la pièce théâtrale contre une rémunération et nous nous sommes mises d’accord sur tout, y compris le texte que j’ai présenté à la troupe d’Al-Machhad, et à sa demande afin de créer une harmonie avec un texte écrit par elle. Je me suis rendue au Maroc, j’ai fait les répétitions et donné ma première présentation à l’occasion de la célébration de la journée de l’Union du Maghreb, puis je suis rentrée dans mon pays. Puis, le directeur de la troupe, Mohamed Zayat, m’a envoyé un contrat stipulant que je suis seulement une comédienne en omettant ma qualité d’auteur du texte et quand je lui ai demandé pourquoi il m’a dit que lorsque vous viendrez au Maroc pour le reste des présentations nous nous mettrons d’accord.

J’ai attendu et à chaque fois il me proposait un programme de spectacles puis il le modifiait jusqu’à ce que je voie un jour sur les réseaux sociaux un accident de la circulation dans lequel il était impliqué, lui et sa troupe, et découvert par hasard qu’ils étaient en route pour présenter la pièce de théâtre dont j’ai écrit le texte avec Madame Badia Radi et dans laquelle j’ai joué le premier rôle.

J’ai découvert qu’ils la présentaient avec une autre comédienne en mon insu pour ne pas me payer, sachant que je n’ai pas touché un seul dirham, ni en tant que comédienne ni en tant qu’auteure. Quand je leur ai parlé de mes droits, ils m’ont menacé et m’ont dit que si vous voulez vos droits, prenez-les mais en tant qu’actrice seulement, mais pas comme écrivaine du texte qui restera du nom de Badia Radi, membre de la HACA.

J’ai déposé une plainte auprès du syndicat et j’ai contacté M. le Consul, mais il n’y a pas eu de réponse…Zayat m’a insulté et menacé en m’expliquant que je me battait contre l’État marocain et d’ajouter: Badia Radi a été nommée par le Roi… S’il vous plaît, Majesté, rendez-moi justice, j’étais victime d’une injustice… Veuillez agréer l’expression de mon respect et de ma plus haute considération … Que Dieu vous préserve et préserve le Royaume du Maroc ».

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.