En fait, ce n’est pas du tout une blague. Selon le Wall Street Journal, Trump ne cache pas son intérêt pour « un accord » sur l’acquisition de l’ile du Groenland, chose qui a laissé le gouvernement du Danemark « perplexe ».

Un ancien Premier ministre Danois se demande s’il s’agissait d’une « blague », alors qu’un membre du bloc gouvernemental qui contribue à faire du Groenland un territoire autonome, a qualifié l’initiative du locataire de la Maison Blanche de « idée terrible « .

Avec 60.000 habitants, le Groenland est une île immense et un territoire danois autonome situé entre l’Atlantique Nord et l’océan Arctique. Une grande partie de sa surface est recouverte de glace. La majorité de sa population vit le long des côtes libres de glace et bordées de fjords, en particulier dans le sud-ouest.

+ « Une blague du poisson d’avril hors saison » +

Le Wall Street Journal, citant des personnes au courant des délibérations, a déclaré que Trump avait à plusieurs reprises exprimé son intérêt pour un achat et avait même demandé à son avocat de la Maison Blanche d’explorer cette idée. Alors que les 82 000 km 2 (82 000 km 2) de l’île sont principalement des zones de nature glacée, le Groenland abrite également la base aérienne de Thulé, l’installation la plus au nord des forces armées américaines.

La suggestion de Trump « doit être une blague du poisson d’avril » hors saison, a tweeté Lars Lokke Rasmussen, Premier ministre jusqu’en juin et à la tête de l’opposition danoise.

Aux États-Unis, les réactions ont été mitigées. Le représentant républicain Mike Gallagher a déclaré que les États-Unis « ont un intérêt stratégique incontestable au Groenland, et que cela devrait absolument être à l’ordre du jour ».

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.