Une histoire liée aux gars de Hirak Rif. Abdelouahed Rafiqi, chercheur en salafisme et ancien détenu politique, a accueilli avec « dérision » le communiqué de la Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) « démentant tout contact téléphonique » entre ce dernier et l’activiste rifain El Mortada Iamrachen.

« Peut-être que j’ai rêvé qu’El Mortada a cherché mon numéro, m’a appelé et m’a dit de passer le bonjour aux amis », a écrit Rafiqi sur sa page Facebook.
Pour rappel, Rafiqi avait indiqué auparavant sur un poste qu’il avait reçu, le jour de l’Eid, un appel d’Iamrachen avant que la DGAPR n’ait démenti, mardi, dans un communiqué tout
contact téléphonique entre ce dernier et d’autres personnes hormis les membres de sa famille comme le lui permet la loi.

Pour rappel El Mortada a été condamné à 20 ans de prison ferme en première instance pour son implication dans les événements de Hirak Rif, notamment à El Hoceima en 2017.

L’administration de la prison locale, Salé 2, a indiqué dans un communiqué que les propos présentés sur les réseaux sociaux et les sites d’information comme étant ceux du détenu sont dénués de tout fondement.

Selon la même source, Iamrachen a rejeté « catégoriquement la tentative d’exploitation de son nom et de son cas par certains qui recherchent une visibilité sur les médias ».

Et l’administration pénitentiaire de Salé 2 de dénoncé « ceux qui diffusent de fausses informations sur les médias sociaux pour leurs propres intérêts ».
Dans son premier poste, Rafiqi avait écrit : »Le plus beau coup de téléphone que j’ai reçu a été de mon ami El Mortada le jour de l’Eid de la prison locale de Salé, il vous salue et vous demande de prier pour lui ».

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.