Une première. Le Front national de lutte contre l’extrémisme et le terrorisme a décidé de poursuivre en justice le parlementaire du Parti justice et développement (PJD), Ali Lasri, pour ses critiques à l’encontre des touristes étrangères à cause de leurs tenues vestimentaires, imputant aux organisations de l’Islam politique la recrudescence des discours haineux au Maroc.

Le front a estimé que les propos du parlementaire à l’encontre des jeunes filles belges et ce qui en est suivi pour le pays représente l’une des manifestations de l’islam politique, annonçant qu’il a chargé l’avocat Lahbib Haji pour déposer une plainte contre le conseiller PJDiste.

Dans un communiqué à l’occasion du 3ème anniversaire de sa création, le front a relevé la multiplication des discours incitant à la haine et au terrorisme par l’islam politique, dont le dernier de ces discours est l’accusation d’impiété portée récemment à l’encontre de l’ex-président tunisien Caïd Essebsi et la célébration dans la joie de sa mort par les organisations de l’islam politique, ainsi que la campagne d’incitation, et de mise en danger de la vie d’un groupe de jeunes femmes participant à une action volontaire de solidarité en contribuant, aux côtés de jeunes filles et garçons marocains de la province de Taroudant, à la réhabilitation d’une route de montagne en milieu rural.

Il a également appelé « les forces vives du pays, en particulier les organisations de la société civile, ainsi que les intellectuels imprégnés des valeurs de la démocratie et des droits de l’homme universels à faire face aux discours d’incitation à la haine, au terrorisme et à la condamnation de l’autre propagés par divers moyens et à diverses occasions par les courants de l’islam politique ».

Insolite – Un leader du PJD dénonce l’aide de volontaires Européennes à cause de leur tenue d’été

+ Non à la pensée extrémiste de l’Islam politique +

Pour le front, la menace terroriste existe toujours au Maroc, une menace « constamment alimentée par les discours de l’islam politique qui visent le Maroc dans sa stabilité, son pluralisme et son modèle de tolérance ».

Il a souligné que le procès des auteurs du crime terroriste de « Chamharouch » prouve le danger que représente ces discours à travers des programmes d’enseignement dans les écoles coraniques salafistes ainsi qu’à travers la propagation d’écrits et de fausses nouvelles dans les médias sociaux, des discours qui font la promotion d’une idéologie étrangère venant d’Orient.

En ce qui concerne le projet de modèle de développement, le Front national de lutte contre l’extrémisme et le terrorisme a annoncé l’organisation d’un débat national au cours des prochaines semaines sur le thème : « La pensée extrémiste de l’islam politique entrave le développement durable auquel aspire le Maroc ».

Le front a, en outre, appelé à hâter la mise en place d’une politique de l’information qui vise à prémunir la société marocaine des médias de l’extrémisme et de falsification de la religion, de l’histoire et de la pensée, à adopter des lois à même de promouvoir la modernité, la démocratie et les droits de l’homme afin de permettre à la société de se défendre et de préserver sa stabilité et à inciter les partis politiques à assumer leurs responsabilités d’inculquer à leurs membres les valeurs de tolérance, de démocratie, de droits de l’homme, de combattre l’extrémisme religieux et de faire connaître les valeurs de l’Islam marocain et ses grands oulémas.

Incident – Suite aux menaces de « décapitation », l’ambassade de Belgique à Rabat déconseille l’envoi de bénévoles au Maroc

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.