Il est attendu au Maroc en cette fin de semaine. Le conseiller principal et gendre du président Trump, Jared Kushner, a tenté de donner un nouveau souffle aux efforts de paix au Moyen-Orient en entreprenant des rencontres cette semaine en Israël et dans les pays arabes, y compris le Maroc, a rapporté le quotidien américain « The Wall Street Journal ».

Le journal a souligné que les responsables de l’administration américaine ont laissé entendre que le plan proposé par la maison blanche ne garantirait pas un véritable Etat aux Palestiniens.

M. Kushner est en tournée en Arabie saoudite, Jordanie, Israël, Egypte et au Maroc pour tenter de tirer profit de la conférence tenue en juin à Bahreïn qui a montré comment un plan de paix pourrait bénéficier à l’économie palestinienne.

M. Kushner n’a rencontré aucun responsable palestinien lors de son déplacement, qui prendra fin au Maroc vendredi, et les dirigeants palestiniens restent opposés aux efforts de paix de l’administration Trump, les qualifiant de favorables à Israël. Ils ont boycotté les contacts avec l’administration Trump depuis décembre 2017, date à laquelle les États-Unis ont reconnu  Jérusalem comme étant la capitale d’Israël.

Selon le Wall Street Journal, les responsables de l’administration Trump n’ont pas encore révélé leurs propositions pour régler le conflit de longue date entre les Israéliens et les Palestiniens concernant les frontières, la sécurité, les réfugiés et la souveraineté.

M. Kushner a refusé de s’engager à proposer un État palestinien et d’autres hauts responsables ont suggéré, ces derniers jours, aux Palestiniens d’accepter une autonomie civile et non pas un État à part entière. Ils disent éviter d’employer les termes un État ou deux.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.