Q – A l’issue de ces 20 dernières années, le Maroc a dévoilé un nouveau visage. Comment l’évaluez-vous ?

R – Ces dernières 20 années le Maroc a entrepris de manière définitive sa modernisation. Lorsque le Roi Mohammed VI a accédé au Trône, le Maroc
était une énigme, son avenir était un mystère. Aujourd’hui ce n’est plus le cas.
Justement, j’ai été Président du Gouvernement espagnol pendant 7 ans
en parallèle avec le règne de Mohammed VI et j’ai pu être témoin des changements et de l’évolution. Lors de nos conversations, les deux grands
sujets étaient les relations Maroc-Espagne et la condition de la femme. Aujourd’hui on remarque que grâce à la volonté royale la condition de la femme a évolué durant cette décennie plus qu’elle ne l’avait fait durant un siècle auparavant !

Q – Un des défis majeurs du Royaume est sans doute la jeunesse. Le Roi a émancipé nos jeunes et les a mis au cœur des priorités. Une des initiatives pour encadrer la jeunesse était l’instauration du service militaire obligatoire. Qu’en pensez-vous ?

R – Le fait d’avoir une population tellement jeune est une grande opportunité. La clé aujourd’hui est de profiter de la révolution technologique dans laquelle les jeunes sont parfaitement installés. N’importe quel jeune marocain de 18 ans a aujourd’hui accès à beaucoup plus d’informations à travers Internet que n’avait le président des Etats-Unis il y a 30 ans ! Avec cette révolution technologique, il faut miser sur l’éducation, au sens large. L’éducation pas avec des matières spécifiques et académiques, mais l’éducation de caractère. Un Maroc jeune doit être un Maroc éduqué et cultivé. Le service militaire est un débat qui renaît régulièrement dans plusieurs pays. Je pense que ce pourrait être positif si l’approche est différente du
service militaire classique. Il faudra attendre pour voir les premières retombées.

Q – Le Roi a parié sur l’Afrique. Pensez-vous qu’il réussira à faire entendre davantage la voix de l’Afrique, notamment à travers l’intégration de l’Union Africaine ?

R – L’intégration de l’Union Africaine me semble décisive. Le récent accord d’établir enfin un marché commun est très important. Le développement de
l’Afrique dépendra de 2 grands facteurs : le premier est le degré d’intégration de l’Union Africaine et le second l’éducation, au sens large du terme. Le Maroc est un des quatre pays les plus importants du continent de par son leadership en Afrique du Nord et par sa vocation et relation avec
l’Union Européenne. Le Maroc et l’Espagne se doivent d’être les deux grands «paquebots» dans la relation UE et UA. Avec le temps et compte tenu de
nos relations bilatérales, je pense que l’on devrait constituer une commission mixte permanente pour les affaires Europe-Afrique en tant que grand
laboratoire, centre d’idées, de plans de développement. Un sujet important et qui a toujours impacté la relation entre nos deux pays, c’est l’immigration.

Q – Le Roi Mohammed VI a régularisé la
situation de dizaines de milliers d’Africains. Comment évaluez-vous cette démarche ?

R – Durant mon mandat, j’ai également régularisé la situation de 500.000 immigrants donc je comprends parfaitement la décision de Sa Majesté. Les victimes de la migration sont les personnes. Il faut souligner que le Maroc et l’Espagne la subissent. Ils ne la génèrent pas mais la reçoivent et
doivent la gérer. Il s’agit là de droits de l’homme et c’est très sensible. L’Europe et la communauté internationale doivent fournir plus d’efforts dans ce
sens, notamment en investissant afin que les personnes issues de l’Afrique subsaharienne puissent trouver des opportunités de travail chez elles. La clé est l’investissement, le développement et la stabilité de l’Afrique subsaharienne. Ceci devrait être un grand engagement de l’Union Européenne. Cette dernière ne peut pas oublier que l’histoire nous a appris que l’Europe était grande quand la Méditerranée était grande et quand la
relation avec la Méditerranée a été une priorité. Le Maroc a beaucoup fait pour freiner l’immigration illégale vers l’Espagne et nous devons lui être reconnaissants.

Q – Le Roi est le premier promoteur de l’Islam du juste milieu et de la tolérance. Est-il perçu ainsi en Europe?

R- Il n’y a aucun doute que s’il y a un leader politique et religieux qui fait une interprétation aimable, ouverte et cultivée de l’Islam, c’est bien Mohammed VI. C’est très important car tous les conflits naissent de préjugés et de l’ignorance. L’Islam qui a baigné l’histoire de l’Espagne et de l’Europe a eu des moments de splendeur comme toutes les civilisations. Il est essentiel que l’Espagne et le Maroc unissent leurs systèmes d’intelligence en ce qui concerne l’Islam et ce qu’il représente. Je pense que toutes les religions sont des religions, toutes les cultures sont des cultures, toutes les races sont des races. Il suffit de regarder un peu loin en arrière pour s’apercevoir que la diversité humaine a une origine commune
et un avenir commun. C’est une construction complètement fictive celle de rentrer en conflit sur la base de religions, de drapeaux, de couleurs de peau
ou de sexe. C’est en contradiction avec la caractéristique essentielle de l’espèce humaine qui est la socialisation.

Q – Le règne de Mohammed VI symbolise cette «exception marocaine», notamment suite au printemps arabe. Le Maroc est-il perçu comme «une exception» en Espagne ?

R – Absolument ! Le Maroc, dans un contexte et un moment difficile de l’Afrique du Nord, a maintenu une ligne constante de progrès, de réformes et de
stabilité. La preuve est dans les relations internationales et accords avec l’Union Européenne. Le Maroc est sans doute un modèle fiable. Le Roi Mohammed VI représente l’unité nationale. L’Espagne doit soutenir l’unité nationale du Maroc de même que nous voulons que le Maroc
appuie notre unité.

Q – On a pendant longtemps parlé du tunnel Maroc-Espagne. Pensez-vous que cette infrastructure permettrait aux entreprises espagnoles d’investir davantage au Maroc?

R – Je constate qu’il y a de plus en plus d’intérêt de la part des entreprises espagnoles, notamment dans les biens et services. C’est grâce à l’amélioration du climat des affaires et aux grands pôles de développement comme TangerMed. Pour le fameux tunnel c’était un des sujets pendant mon mandat et qui refait surface souvent. Avec les grands avancements dans le monde des transports comme les ferries rapides qui traversent le
détroit et les vols low cost, je pense que le tunnel n’est plus à l’ordre du jour. Je ne pense pas qu’aujourd’hui il serait judicieux d’investir de l’argent.

*** Entretien réalisé par Maryama K. Alaoui pour le magazine Économie & Entreprise (Édition d’août 2019)

Article19.ma

26 Commentaires

  1. Après avoir mit de côté sa carrière de génie du mal au détriment d’un cercle familiale chaleureux, Gru découvre qu’il possède un frère jumeaux. Un personnage très différent sur bien des tableaux. Le plus frappant étant son élocution et sa chevelure blonde. Dru aime le grand luxe et les gens, mais tout comme son frère, la filouterie coule dans ses veines. Ainsi commence une aventure épique, faite de retrouvailles et de missions impossibles en territoire hostile. Le plus ringard des méchants se dresse en homme de fer face aux deux frangins: le machiavélique et ridicule Balthazar Bratt, coupe mulet, vilaine moustache et calvitie. Saturday night fever!! Les années 80 font un bref retour en force avec ce méchant as been en mode baston de danse. D’un point de vue technique, ce 3ème opus est sur le même pied d’égalité que ses prédécesseurs: le graphisme est sublime, l’humour est au rendez-vous, et l’histoire conserve un soupçon d’originalité. Il y a également plus d’action, que les incorrigibles mignons viennent mêler au rire. En somme, un excellent divertissement. 4,5/5

  2. je croi que cette famile ils devra avoire ente de son cadrede son maline verte son abortoire avec cette responsables sur cadre de parlez avec tous les police de son roiyale avec son cadrede chque chnois avec son leure souivent que du encoulastuion avec je suis coles de invisiblite sur son cadrede calcoules verte son cadrede chque joure avec son rolle de stastuion et je suis pas ravi de cette histoire avec son cadrede itien verte son respsnbles car je suis dans routoure comme cette responsables avec son cadrede de son aplivcastuion de souivre que du maleure verte tous a ce que aroc et je suis toujoure avec une drole de sepaerstuion avec tous cette devoire verte cette famile mechnte car je suis en cadrede souiside avec tous les famile fis de pooutte
    de fise de poutte ils devra avoire ente de son satstuion de souiverte que cette fis de pioutte avec son cadrede chque abortoire verte les plus fis de poutte colles de son balge de souivent avec son plus responsable poure une separstuion bien cadre avec leure geulles aux sontrede son plus fis de poutte avec son cadrede chque jeux qui nage avec son cadre de souivent leure hstoire de lmaleure avec cette astraunorte oub bien cette criture avec sobn devlopmente de souivetne les droi et je vais avoire sortire de cette famile bourdelles ?

  3. Le sujet des personnes chargées d’imposer de nouveaux bureaux au subordonné du ciel de l’ambiguïté de l’arrivée de cette affaire Mpbrrp Li rend compte de la mesure prise lorsque le rapport de l’Ouest à Almhj fondait et décrivait le contenu de tout élément contrôlant l’offre de la Cour de Laiyansp de renvoyer leurs suspects aux autorités insultées Les rangs de l’apprentissage de l’égoïsme comme une opportunité du mal, Dieu créa le mal

  4. Le sujet spécifique a révélé la marginalisation de Mohammed Kharashash au Maroc, en dépit du fait que les formats spécialisés du ministère de l’orientation de Mayowulfi identifiaient la contradiction entre la politique marocaine et les expressions d’un groupe de bénéficiaires.

  5. Le sujet du ministère de l’Intérieur et le cœur des détails audacieux pour les unités de Mohammed Khershash et les agents des secrets entourant la concurrence dans les positions des rationalités subordonnées des détails dans le Comité affilié au contexte de la saisie des positions de la modestie marocaine et appartenant à la structure des violations des droits de l’homme dans le pays Ahekaleh s’est divisée en cette enceinte comme un hyster et résultant d’histoires liées à l’information nazie

  6. El sujeto dentro de la contradicción obtenida por los seguidores mayores en una secuencia de conciencia en la continuación de las personas para determinar su pertenencia a la intención de crítica sigue las creencias de la importancia de la interpretación o lo que vive la víctima.

  7. kherchach mohamed 7 septembre 2019 at 20 h 49 min
    El tema continuó fusionándose con la regla en invierno Ntnasigat en el Ayr Meng Almkhud continuó en el texto del nuevo puerto y en el proceso de criticar a Alhaddat liberar a Vijkhodkad de la nueva sociedad con los hijos de los nuevos propietarios de torres y complicaciones en el La forma del enfoque para seguir los detalles de las cosas llevó a los desarrollos sin Akak Nouvor Tor integrado a la lista de Agairat para seguir en las tiendas. Tema que rige la implementación del enfoque autoritario centrado en el trabajo para revertir la estructura. Mahfasmen Tnavaldar y lástima que las perlas jóvenes puedan beneficiar a los científicos locos de Hatta; tienen el Alatlak de hierro bereber en competencia de los centros de Alklaqadon y siguen de cerca los resultados del asedio de Alalawn

  8. kherchach mohamed 7 de septiembre de 2019 a las 8:49 p.m.
    El tema automáticamente fusionándose con la regla en invierno. La forma del conquista para seguir los detalles de las cosas llevadas a los desarrollos sin Akak Nouvor Tor integrado a la lista de Agairat para seguir en las tiendas. Tema que rige la implementación de la crisis centralizada en la ocupación para revertir la estructura. Mahfasmen Tnavaldar y lástima que las perlas jóvenes pueden beneficiarse de los científicos locos de Hatta; tienen el Alatlak de hierro bereber en competencia de los centros de Alklaqadon y siguen de cerca los resultados del asedio de Alalawn

  9. El tema de las personas encargadas de imponer nuevas oficinas al subordinado del cielo de la ambigüedad de la llegada de este asunto Mpbrrp Li explica el premio de la medida cuando el informe de Oest en Almhj fundó contelement el suministro del La Corte de Laiyansp para referir su المشتبه بهم a las autoridades insultadas Las filas del aprendizaje del egoísmo como una oportunidad para el mal, Dios creó el mal, será necesario tener ese rey responsable con su hermana Marruecos

  10. El tema del día va del Sr. Mohammed Kherchach al muy estimado Lord King Wan, en su preferencia por la intervención en el caso de un hombre que sufre pobreza extrema y miseria y la falta de oportunidades de ocupación y instalación cerca de la fragilidad marroquí y descuentos continuos del sadaqat. Ayúdanos a salir de este campo fundido para vivir de manera inapropiada y construido para el estudiante y gracias Tel 069074602

  11. je m’appelle mohamed kherchach Emma, j’habite à fes et j’ai 33 ans. Mon rêve n’est pas d’être astronaute mais dans le collège de notre cité, que les gens considèrent comme craignossse, on nous dit tous les jours dans nos classes que personne d’entre nous ne pourra devenir un jour astronaute.peut-être qu’un astronaute viendra un jour dans notre collège pour leur dire que c’est possible et nous faire rêver de nos propres étoile

  12. Le renouvellement de la médiation sur le statut des cibles entre responsables lors de la présentation des rapports de diagnostic et de la vengeance s’articule après s’être renouvelé de leurs interlocuteurs dans les processions et l’intégration des hauts dirigeants non qualifiés de Mnsilin Pearls Li Ajade Msila me porter plus de plaintes et la menace est arrivé et a reconnu Guerre entre les infidèles musulmans et un dieu et de la restructuration d’un autre

  13. El tema de las personas responsables de imponer nuevas oficinas en el subordinado del cielo de la ambigüedad de la llegada de este asunto Mpbrrp Li informa sobre las medidas adoptadas cuando el informe de Occidente a Almhj fundó y describió el contenido de todos elemento que controla la oferta de la corte de Laiyansp para remitir a sus sospechosos a las autoridades insultadas Las filas de aprender el egoísmo como una oportunidad del mal, Dios creó el mal que ssdevra avoir ente cetet y kingyale responsable si los falsifican historia con su marco bourdelle más de souve por el más fout de poutte en marruecos

  14. Tal vez sea hora de detenerse con esta vieja gama de Francia saqueando Argelia. Está presumiendo intelectual, doblando de mala fe en cualquier caso. Pero es cierto que es más cómodo echar todos los errores sobre un enemigo promedio, en lugar de mirar sus propias deficiencias. La realidad es que el FLN ha confiscado la independencia de Argelia por más de 60 años. Y que ellos mismos saquearon el país, dejando a la gente con migas. En este pequeño mundo hermoso, todos los millonarios y multimillonarios argelinos han depositado su riqueza robada, no en Francia, sino en los EE. UU., Donde tienen muchas inversiones. Francia no necesita Argelia. Es un poder autónomo. Pase quizás por haberse beneficiado de ciertos contratos de gas comprados a muy buen precio. Pero no lo suficiente como para azotar a un gato. Están lejos de estar solos. Francia quiere estabilidad en Argelia, como toda la región. Para evitar el exilio masivo, como fue el caso de Libia. Pero permanecerá neutral, mientras permanece vigilante. Depende de los argelinos hacerse cargo esta vez. Sin ser engañados como en 1962. Solo el futuro nos dirá si tendrán éxito. El interés de todos es que Argelia y los argelinos (ennes) se desarrollen para convertirse en el faro del norte de África. Tienen recursos geográficos. Queda la mentalidad general de cambiar por completo, entrar en el siglo XXI. Vendré pronto, espero que los jóvenes logren limpiar parte de la mafia en su lugar, para avanzar hacia su futuro.

  15. Renovación de la mediación del Centro de Aranceles entre funcionarios durante la presentación de informes de diagnóstico y venganza selectiva después de ser renovados por sus interlocutores en las procesiones e integración de los objetivos no comprometidos de la alta gerencia de Mnsilin Pearls entre los candidatos calificados Li Ajade Msila para traer más quejas y la amenaza Es una guerra entre los infieles musulmanes y la diosa y la estructura de la salida y conocer a este animal, que me sigue

  16. kherchach mohamed 10 janvier 2020 à 18 h 46 min
    La posición de la fórmula de armonía humana del dialecto de Rattel del marroquí es un francotirador de los importadores racionales en los centros del pensamiento creciente e inspirado por las declaraciones provocativas de la posición de Almstnfr es el Mshrp humano para seguir al Alasalik en esta afirmación con el propósito de que parte de la ventaja en la reconstrucción de sitios identificados por la confusión de estos indicadores en la humanidad. Su Majestad, estoy rodeado de un grupo de vida saludable, y estoy agotado por los informes de rutina y cómo referirme a la Asociación de Programas para la Integración de Experiencias.

    Répondre
    kherchach mohamed 21 septembre 2019 à 20 h 48 min
    cette famile avec son cadre de famile roiyale verte sur de cadre aux souiside pour une mondes de bordelles sur site avec son cadre de cette famile avec son cadre de leure suatsuion avec cadre de cette famille bizardes a vec son sitausion de cette souivent de cadre bien avoire parlez avec le plus responsables sur lieux de leur centre de coumounicastion verte cette responsables je veux avoire une finale de cette cadre de chque famile poure avoire une sitausion verte se decsonse sur leure souivent de histoire de merde avoire sur famile aux maroc j’ais d(aixs pas sur ce mondes de caarikautre de jestion de mondes plus sur son cadre de leure geulles verte une famile fis de poutte verte lr roi de la islame sur son souivent de ectrte cette criture de ma siatsuion verte les famile france opu bien sur les souite de chque fis de poutte comme cette famiel avec son siatsuion leux verte leure cadre tus pous les resoui de son cadre de famile roiile s sur les souievnt vie bourdelles sur son cadre ils faux avoire une solustion de cette famile

    Répondre
    kherchach mohamed 4 août 2019 à 15 h 59 min
    Déclaration des droits de l’homme
    Déclaration universelle des droits de l’homme
    Le 10 décembre 1948, les 58 États Membres qui constituaient alors l’Assemblée générale ont adopté la Déclaration universelle des droits de l’homme à Paris au Palais de Chaillot (résolution 217 A (III)).
    Pour commémorer son adoption, la Journée des droits de l’homme est célébrée chaque année le 10 décembre.
    Ce document fondateur – traduit dans plus de 500 langues différentes – continue d’être, pour chacun d’entre nous, une source d’inspiration pour promouvoir l’exercice universel des droits de l’homme.

    Préambule
    Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde.

    Considérant que la méconnaissance et le mépris des droits de l’homme ont conduit à des actes de barbarie qui révoltent la conscience de l’humanité et que l’avènement d’un monde où les êtres humains seront libres de parler et de croire, libérés de la terreur et de la misère, a été proclamé comme la plus haute aspiration de l’homme.

    Considérant qu’il est essentiel que les droits de l’homme soient protégés par un régime de droit pour que l’homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l’oppression.

    Considérant qu’il est essentiel d’encourager le développement de relations amicales entre nations.

    Considérant que dans la Charte les peuples des Nations Unies ont proclamé à nouveau leur foi dans les droits fondamentaux de l’homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine, dans l’égalité des droits des hommes et des femmes, et qu’ils se sont déclarés résolus à favoriser le progrès social et à instaurer de meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande.

    Considérant que les Etats Membres se sont engagés à assurer, en coopération avec l’Organisation des Nations Unies, le respect universel et effectif des droits de l’homme et des libertés fondamentales.

    Considérant qu’une conception commune de ces droits et libertés est de la plus haute importance pour remplir pleinement cet engagement.

    L’Assemblée générale proclame la présente Déclaration universelle des droits de l’homme comme l’idéal commun à atteindre par tous les peuples et toutes les nations afin que tous les individus et tous les organes de la société, ayant cette Déclaration constamment à l’esprit, s’efforcent, par l’enseignement et l’éducation, de développer le respect de ces droits et libertés et d’en assurer, par des mesures progressives d’ordre national et international, la reconnaissance et l’application universelles et effectives, tant parmi les populations des Etats Membres eux-mêmes que parmi celles des territoires placés sous leur juridiction.

    Article premier

    Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.

    Article 2

    1. Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de

    Répondre
    kherchach mohamed 21 septembre 2019 à 20 h 48 min
    cette famile avec son cadre de famile roiyale verte sur de cadre aux souiside pour une mondes de bordelles sur site avec son cadre de cette famile avec son cadre de leure suatsuion avec cadre de cette famille bizardes a vec son sitausion de cette souivent de cadre bien avoire parlez avec le plus responsables sur lieux de leur centre de coumounicastion verte cette responsables je veux avoire une finale de cette cadre de chque famile poure avoire une sitausion verte se decsonse sur leure souivent de histoire de merde avoire sur famile aux maroc j’ais d(aixs pas sur ce mondes de caarikautre de jestion de mondes plus sur son cadre de leure geulles verte une famile fis de poutte verte lr roi de la islame sur son souivent de ectrte cette criture de ma siatsuion verte les famile france opu bien sur les souite de chque fis de poutte comme cette famiel avec son siatsuion leux verte leure cadre tus pous les resoui de son cadre de famile roiile s sur les souievnt vie bourdelles sur son cadre ils faux avoire une solustion de cette famile

    Répondre
    kherchach mohamed 4 août 2019 à 15 h 59 min
    Déclaration des droits de l’homme
    Déclaration universelle des droits de l’homme
    Le 10 décembre 1948, les 58 États Membres qui constituaient alors l’Assemblée générale ont adopté la Déclaration universelle des droits de l’homme à Paris au Palais de Chaillot (résolution 217 A (III)).
    Pour commémorer son adoption, la Journée des droits de l’homme est célébrée chaque année le 10 décembre.
    Ce document fondateur – traduit dans plus de 500 langues différentes – continue d’être, pour chacun d’entre nous, une source d’inspiration pour promouvoir l’exercice universel des droits de l’homme.

    Préambule
    Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde.

    Considérant que la méconnaissance et le mépris des droits de l’homme ont conduit à des actes de barbarie qui révoltent la conscience de l’humanité et que l’avènement d’un monde où les êtres humains seront libres de parler et de croire, libérés de la terreur et de la misère, a été proclamé comme la plus haute aspiration de l’homme.

    Considérant qu’il est essentiel que les droits de l’homme soient protégés par un régime de droit pour que l’homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l’oppression.

    Considérant qu’il est essentiel d’encourager le développement de relations amicales entre nations.

    Considérant que dans la Charte les peuples des Nations Unies ont proclamé à nouveau leur foi dans les droits fondamentaux de l’homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine, dans l’égalité des droits des hommes et des femmes, et qu’ils se sont déclarés résolus à favoriser le progrès social et à instaurer de meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande.

    Considérant que les Etats Membres se sont engagés à assurer, en coopération avec l’Organisation des Nations Unies, le respect universel et effectif des droits de l’homme et des libertés fondamentales.

    Considérant qu’une conception commune de ces droits et libertés est de la plus haute importance pour remplir pleinement cet engagement.

    L’Assemblée générale proclame la présente Déclaration universelle des droits de l’homme comme l’idéal commun à atteindre par tous les peuples et toutes les nations afin que tous les individus et tous les organes de la société, ayant cette Déclaration constamment à l’esprit, s’efforcent, par l’enseignement et l’éducation, de développer le respect de ces droits et libertés et d’en assurer, par des mesures progressives d’ordre national et international, la reconnaissance et l’application universelles et effectives, tant parmi les populations des Etats Membres eux-mêmes que parmi celles des territoires placés sous leur juridiction.

    Article premier

    Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.

    Article 2

    1. Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation.
    2. De plus, il ne sera fait aucune distinction fondée sur le statut politique, juridique ou international du pays ou du territoire dont une personne est ressortissante, que ce pays ou territoire soit indépendant, sous tutelle, non autonome ou soumis à une limitation quelconque de souveraineté.

    Article 3

    Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne.

    Article 4

    Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude; l’esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes.

    Article 5

    Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

    Article 6

    Chacun a le droit à la reconnaissance en tous lieux de sa personnalité juridique.

    Article 7

    Tous sont égaux devant la loi et ont droit sans distinction à une égale protection de la loi. Tous ont droit à une protection égale contre toute discrimination qui violerait la présente Déclaration et contre toute provocation à une telle discrimination.

    Article 8

    Toute personne a droit à un recours effectif devant les juridictions nationales compétentes contre les actes violant les droits fondamentaux qui lui sont reconnus par la constitution ou par la loi.

    Article 9

    Nul ne peut être arbitrairement arrêté, détenu ou exilé.

    Article 10

    Toute personne a droit, en pleine égalité, à ce que sa cause soit entendue équitablement et publiquement par un tribunal indépendant et impartial, qui décidera, soit de ses droits et obligations, soit du bien-fondé de toute accusation en matière pénale dirigée contre elle.

    Article 11

    1. Toute personne accusée d’un acte délictueux est présumée innocente jusqu’à ce que sa culpabilité ait été légalement établie au cours d’un procès public où toutes les garanties nécessaires à sa défense lui auront été assurées.
    2. Nul ne sera condamné pour des actions ou omissions qui, au moment où elles ont été commises, ne constituaient pas un acte délictueux d’après le droit national ou international. De même, il ne sera infligé aucune peine plus forte que celle qui était applicable au moment où l’acte délictueux a été commis.

    Article 12

    Nul ne sera l’objet d’immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d’atteintes à son honneur et à sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes.

    Article 13

    1. Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un Etat.
    2. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays.

    Article 14

    1. Devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l’asile en d’autres pays.
    2. Ce droit ne peut être invoqué dans le cas de poursuites réellement fondées sur un crime de droit commun ou sur des agissements contraires aux buts et aux principes des Nations Unies.

    Article 15

    1. Tout individu a droit à une nationalité.
    2. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa nationalité, ni du droit de changer de nationalité.

    Article 16

    1. A partir de l’âge nubile, l’homme et la femme, sans aucune restriction quant à la race, la nationalité ou la religion, ont le droit de se marier et de fonder une famille. Ils ont des droits égaux au regard du mariage, durant le mariage et lors de sa dissolution.
    2. Le mariage ne peut être conclu qu’avec le libre et plein consentement des futurs époux.
    3. La famille est l’élément naturel et fondamental de la société et a droit à la protection de la société et de l’Etat.

    Article 17

    1. Toute personne, aussi bien seule qu’en collectivité, a droit à la propriété.
    2. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa propriété.

    Article 18

    Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites.

    Article 19

    Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit.

    Article 20

    1. Toute personne a droit à la liberté de réunion et d’association pacifiques.
    2. Nul ne peut être obligé de faire partie d’une association.

    Article 21

    1. Toute personne a le droit de prendre part à la direction des affaires publiques de son pays, soit directement, soit par l’intermédiaire de représentants librement choisis.
    2. Toute personne a droit à accéder, dans des conditions d’égalité, aux fonctions publiques de son pays.
    3. La volonté du peuple est le fondement de l’autorité des pouvoirs publics ; cette volonté doit s’exprimer par des élections honnêtes qui doivent avoir lieu périodiquement, au suffrage universel égal et au vote secret ou suivant une procédure équivalente assurant la liberté du vote.

    Article 22

    Toute personne, en tant que membre de la société, a droit à la sécurité sociale ; elle est fondée à obtenir la satisfaction des droits économiques, sociaux et culturels indispensables à sa dignité et au libre développement de sa personnalité, grâce à l’effort national et à la coopération internationale, compte tenu de l’organisation et des ressources de chaque pays.

    Article 23

    1. Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage.
    2. Tous ont droit, sans aucune discrimination, à un salaire égal pour un travail égal.
    3. Quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant ainsi qu’à sa famille une existence conforme à la dignité humaine et complétée, s’il y a lieu, par tous autres moyens de protection sociale.
    4. Toute personne a le droit de fonder avec d’autres des syndicats et de s’affilier à des syndicats pour la défense de ses intérêts.

    Article 24

    Toute personne a droit au repos et aux loisirs et notamment à une limitation raisonnable de la durée du travail et à des congés payés périodiques.

    Article 25

    1. Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l’alimentation, l’habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires ; elle a droit à la sécurité en cas de chômage, de maladie, d’invalidité, de veuvage, de vieillesse ou dans les autres cas de perte de ses moyens de subsistance par suite de circonstances indépendantes de sa volonté.
    2. La maternité et l’enfance ont droit à une aide et à une assistance spéciales. Tous les enfants, qu’ils soient nés dans le mariage ou hors mariage, jouissent de la même protection sociale.

    Article 26

    1. Toute personne a droit à l’éducation. L’éducation doit être gratuite, au moins en ce qui concerne l’enseignement élémentaire et fondamental. L’enseignement élémentaire est obligatoire. L’enseignement technique et professionnel doit être généralisé ; l’accès aux études supérieures doit être ouvert en pleine égalité à tous en fonction de leur mérite.
    2. L’éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Elle doit favoriser la compréhension, la tolérance et l’amitié entre toutes les nations et tous les groupes raciaux ou religieux, ainsi que le développement des activités des Nations Unies pour le maintien de la paix.
    3. Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants.

    Article 27

    1. Toute personne a le droit de prendre part librement à la vie culturelle de la communauté, de jouir des arts et de participer au progrès scientifique et aux bienfaits qui en résultent.
    2. Chacun a droit à la protection des intérêts moraux et matériels découlant de toute production scientifique, littéraire ou artistique dont il est l’auteur.

    Article 28

    Toute personne a droit à ce que règne, sur le plan social et sur le plan international, un ordre tel que les droits et libertés énoncés dans la présente Déclaration puissent y trouver plein effet.

    Article 29

    1. L’individu a des devoirs envers la communauté dans laquelle seule le libre et plein développement de sa personnalité est possible.
    2. Dans l’exercice de ses droits et dans la jouissance de ses libertés, chacun n’est soumis qu’aux limitations établies par la loi exclusivement en vue d’assurer la reconnaissance et le respect des droits et libertés d’autrui et afin de satisfaire aux justes exigences de la morale, de l’ordre public et du bien-être général dans une société démocratique.
    3. Ces droits et libertés ne pourront, en aucun cas, s’exercer contrairement aux buts et aux principes des Nations Unies.

    Article 30

    Aucune disposition de la présente Déclaration ne peut être interprétée comme impliquant pour un État, un groupement ou un individu un droit quelconque de se livrer à une activité ou d’accomplir un acte visant à la destruction des droits et libertés qui y sont énoncés

    Répondre
    kherchach mohamed 21 juillet 2019 à 20 h 23 min
    Déclaration des droits de l’homme
    Déclaration universelle des droits de l’homme
    Le 10 décembre 1948, les 58 États Membres qui constituaient alors l’Assemblée générale ont adopté la Déclaration universelle des droits de l’homme à Paris au Palais de Chaillot (résolution 217 A (III)).
    Pour commémorer son adoption, la Journée des droits de l’homme est célébrée chaque année le 10 décembre.
    Ce document fondateur – traduit dans plus de 500 langues différentes – continue d’être, pour chacun d’entre nous, une source d’inspiration pour promouvoir l’exercice universel des droits de l’homme.

    Répondre
    kherchach mohamed 21 juillet 2019 à 20 h 20 min
    la souite de la mem hsitoire cadre avec les respoonsable de la chimon sur les droi de l’homme sur le s marocen et les souite de tous els rapide souivent par uen cadre de les deux temps sur les declarstion sur tous les mondes avec une hstoire cadre a bien les plus de narteure sur ma teète et je suis comme une fous sur les cadre de carte marocen duex temsp et je suis de la recherche de mohamed kherchach avec une hstooire de souivent famiel au maroce avec cette fis de poutte son le
    cadre le souite verte tous les famile roiyale

    Répondre
    kherchach 10 avril 2019 à 12 h 05 min
    De la ville de Sidi Kassem de la suppression de l’ombre du plus grand et de la naissance d’un amoureux du domaine ou du secret de la pensée du rapport Tnsi responsable de la communication d’un chemin spécifique et de suivre le chemin en suivant la biographie du concours plus contenu

    Répondre
    kherchach mohamed 18 février 2019 à 13 h 51 min
    Déclaration des droits de l’homme
    Déclaration universelle des droits de l’homme
    Le 10 décembre 1948, les 58 États Membres qui constituaient alors l’Assemblée générale ont adopté la Déclaration universelle des droits de l’homme à Paris au Palais de Chaillot (résolution 217 A (III)).
    Pour commémorer son adoption, la Journée des droits de l’homme est célébrée chaque année le 10 décembre.
    Ce document fondateur – traduit dans plus de 500 langues différentes – continue d’être, pour chacun d’entre nous, une source d’inspiration pour promouvoir l’exercice universel des droits de l’homme.

    Préambule
    Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde.

    Considérant que la méconnaissance et le mépris des droits de l’homme ont conduit à des actes de barbarie qui révoltent la conscience de l’humanité et que l’avènement d’un monde où les êtres humains seront libres de parler et de croire, libérés de la terreur et de la misère, a été proclamé comme la plus haute aspiration de l’homme.

    Considérant qu’il est essentiel que les droits de l’homme soient protégés par un régime de droit pour que l’homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l’oppression.

    Considérant qu’il est essentiel d’encourager le développement de relations amicales entre nations.

    Considérant que dans la Charte les peuples des Nations Unies ont proclamé à nouveau leur foi dans les droits fondamentaux de l’homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine, dans l’égalité des droits des hommes et des femmes, et qu’ils se sont déclarés résolus à favoriser le progrès social et à instaurer de meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande.

    Considérant que les Etats Membres se sont engagés à assurer, en coopération avec l’Organisation des Nations Unies, le respect universel et effectif des droits de l’homme et des libertés fondamentales.

    Considérant qu’une conception commune de ces droits et libertés est de la plus haute importance pour remplir pleinement cet engagement.

    L’Assemblée générale proclame la présente Déclaration universelle des droits de l’homme comme l’idéal commun à atteindre par tous les peuples et toutes les nations afin que tous les individus et tous les organes de la société, ayant cette Déclaration constamment à l’esprit, s’efforcent, par l’enseignement et l’éducation, de développer le respect de ces droits et libertés et d’en assurer, par des mesures progressives d’ordre national et international, la reconnaissance et l’application universelles et effectives, tant parmi les populations des Etats Membres eux-mêmes que parmi celles des territoires placés sous leur juridiction.

    Article premier

    Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.

    Article 2

    1. Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation.
    2. De plus, il ne sera fait aucune distinction fondée sur le statut politique, juridique ou international du pays ou du territoire dont une personne est ressortissante, que ce pays ou territoire soit indépendant, sous tutelle, non autonome ou soumis à une limitation quelconque de souveraineté.

    Article 3

    Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne.

    Article 4

    Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude; l’esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes.

    Article 5

    Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

    Article 6

    Chacun a le droit à la reconnaissance en tous lieux de sa personnalité juridique.

    Article 7

    Tous sont égaux devant la loi et ont droit sans distinction à une égale protection de la loi. Tous ont droit à une protection égale contre toute discrimination qui violerait la présente Déclaration et contre toute provocation à une telle discrimination.

    Article 8

    Toute personne a droit à un recours effectif devant les juridictions nationales compétentes contre les actes violant les droits fondamentaux qui lui sont reconnus par la constitution ou par la loi.

    Article 9

    Nul ne peut être arbitrairement arrêté, détenu ou exilé.

    Article 10

    Toute personne a droit, en pleine égalité, à ce que sa cause soit entendue équitablement et publiquement par un tribunal indépendant et impartial, qui décidera, soit de ses droits et obligations, soit du bien-fondé de toute accusation en matière pénale dirigée contre elle.

    Article 11

    1. Toute personne accusée d’un acte délictueux est présumée innocente jusqu’à ce que sa culpabilité ait été légalement établie au cours d’un procès public où toutes les garanties nécessaires à sa défense lui auront été assurées.
    2. Nul ne sera condamné pour des actions ou omissions qui, au moment où elles ont été commises, ne constituaient pas un acte délictueux d’après le droit national ou international. De même, il ne sera infligé aucune peine plus forte que celle qui était applicable au moment où l’acte délictueux a été commis.

    Article 12

    Nul ne sera l’objet d’immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d’atteintes à son honneur et à sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes.

    Article 13

    1. Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un Etat.
    2. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays.

    Article 14

    1. Devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l’asile en d’autres pays.
    2. Ce droit ne peut être invoqué dans le cas de poursuites réellement fondées sur un crime de droit commun ou sur des agissements contraires aux buts et aux principes des Nations Unies.

    Article 15

    1. Tout individu a droit à une nationalité.
    2. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa nationalité, ni du droit de changer de nationalité.

    Article 16

    1. A partir de l’âge nubile, l’homme et la femme, sans aucune restriction quant à la race, la nationalité ou la religion, ont le droit de se marier et de fonder une famille. Ils ont des droits égaux au regard du mariage, durant le mariage et lors de sa dissolution.
    2. Le mariage ne peut être conclu qu’avec le libre et plein consentement des futurs époux.
    3. La famille est l’élément naturel et fondamental de la société et a droit à la protection de la société et de l’Etat.

    Article 17

    1. Toute personne, aussi bien seule qu’en collectivité, a droit à la propriété.
    2. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa propriété.

    Article 18

    Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites.

    Article 19

    Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit.

    Article 20

    1. Toute personne a droit à la liberté de réunion et d’association pacifiques.
    2. Nul ne peut être obligé de faire partie d’une association.

    Article 21

    1. Toute personne a le droit de prendre part à la direction des affaires publiques de son pays, soit directement, soit par l’intermédiaire de représentants librement choisis.
    2. Toute personne a droit à accéder, dans des conditions d’égalité, aux fonctions publiques de son pays.
    3. La volonté du peuple est le fondement de l’autorité des pouvoirs publics ; cette volonté doit s’exprimer par des élections honnêtes qui doivent avoir lieu périodiquement, au suffrage universel égal et au vote secret ou suivant une procédure équivalente assurant la liberté du vote.

    Article 22

    Toute personne, en tant que membre de la société, a droit à la sécurité sociale ; elle est fondée à obtenir la satisfaction des droits économiques, sociaux et culturels indispensables à sa dignité et au libre développement de sa personnalité, grâce à l’effort national et à la coopération internationale, compte tenu de l’organisation et des ressources de chaque pays.

    Article 23

    1. Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage.
    2. Tous ont droit, sans aucune discrimination, à un salaire égal pour un travail égal.
    3. Quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant ainsi qu’à sa famille une existence conforme à la dignité humaine et complétée, s’il y a lieu, par tous autres moyens de protection sociale.
    4. Toute personne a le droit de fonder avec d’autres des syndicats et de s’affilier à des syndicats pour la défense de ses intérêts.

    Article 24

    Toute personne a droit au repos et aux loisirs et notamment à une limitation raisonnable de la durée du travail et à des congés payés périodiques.

    Article 25

    1. Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l’alimentation, l’habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires ; elle a droit à la sécurité en cas de chômage, de maladie, d’invalidité, de veuvage, de vieillesse ou dans les autres cas de perte de ses moyens de subsistance par suite de circonstances indépendantes de sa volonté.
    2. La maternité et l’enfance ont droit à une aide et à une assistance spéciales. Tous les enfants, qu’ils soient nés dans le mariage ou hors mariage, jouissent de la même protection sociale.

    Article 26

    1. Toute personne a droit à l’éducation. L’éducation doit être gratuite, au moins en ce qui concerne l’enseignement élémentaire et fondamental. L’enseignement élémentaire est obligatoire. L’enseignement technique et professionnel doit être généralisé ; l’accès aux études supérieures doit être ouvert en pleine égalité à tous en fonction de leur mérite.
    2. L’éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Elle doit favoriser la compréhension, la tolérance et l’amitié entre toutes les nations et tous les groupes raciaux ou religieux, ainsi que le développement des activités des Nations Unies pour le maintien de la paix.
    3. Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants.

    Article 27

    1. Toute personne a le droit de prendre part librement à la vie culturelle de la communauté, de jouir des arts et de participer au progrès scientifique et aux bienfaits qui en résultent.
    2. Chacun a droit à la protection des intérêts moraux et matériels découlant de toute production scientifique, littéraire ou artistique dont il est l’auteur.

    Article 28

    Toute personne a droit à ce que règne, sur le plan social et sur le plan international, un ordre tel que les droits et libertés énoncés dans la présente Déclaration puissent y trouver plein effet.

    Article 29

    1. L’individu a des devoirs envers la communauté dans laquelle seule le libre et plein développement de sa personnalité est possible.
    2. Dans l’exercice de ses droits et dans la jouissance de ses libertés, chacun n’est soumis qu’aux limitations établies par la loi exclusivement en vue d’assurer la reconnaissance et le respect des droits et libertés d’autrui et afin de satisfaire aux justes exigences de la morale, de l’ordre public et du bien-être général dans une société démocratique.
    3. Ces droits et libertés ne pourront, en aucun cas, s’exercer contrairement aux buts et aux principes des Nations Unies.

    Article 30

    Aucune disposition de la présente Déclaration ne peut être interprétée comme impliquant pour un État, un groupement ou un individu un droit quelconque de se livrer à une activité ou d’accomplir un acte visant à la destruction des droits et libertés qui y sont énoncés.

  17. Le sujet des personnes chargées d’imposer de nouveaux bureaux au subordonné du ciel de l’ambiguïté de l’arrivée de cette affaire Mpbrrp Li rend compte de la mesure prise lorsque le rapport de l’Ouest à Almhj fondait et décrivait le contenu de tout élément contrôlant l’offre de la Cour de Laiyansp de renvoyer leurs suspects aux autorités insultées Les rangs de l’apprentissage de l’égoïsme comme une opportunité du mal, Dieu créa le mal

    Répondre
    kherchach mohamed 6 août 2019 at 15 h 33 min
    Le sujet spécifique a révélé la marginalisation de Mohammed Kharashash au Maroc, en dépit du fait que les formats spécialisés du ministère de l’orientation de Mayowulfi identifiaient la contradiction entre la politique marocaine et les expressions d’un groupe de bénéficiaires.

    Répondre
    kherchach mohamed 6 août 2019 at 15 h 43 min
    sujet de kherchach a lenbamsade

    Répondre
    kherchach mohamed 6 août 2019 at 16 h 19 min
    le fis de poutte c’ette toi mon cher ils faux que voudvre avoire ente cadre vos parent verte ston pouten le fis de poutte exsnple de la fis de poutte

    Répondre
    kherchach 13 août 2019 at 17 h 57 min
    Le sujet du ministère de l’Intérieur et le cœur des détails audacieux pour les unités de Mohammed Khershash et les agents des secrets entourant la concurrence dans les positions des rationalités subordonnées des détails dans le Comité affilié au contexte de la saisie des positions de la modestie marocaine et appartenant à la structure des violations des droits de l’homme dans le pays Ahekaleh s’est divisée en cette enceinte comme un hyster et résultant d’histoires liées à l’information nazie

    Répondre
    kherchach mohamed 12 septembre 2019 at 12 h 08 min
    El sujeto dentro de la contradicción obtenida por los seguidores mayores en una secuencia de conciencia en la continuación de las personas para determinar su pertenencia a la intención de crítica sigue las creencias de la importancia de la interpretación o lo que vive la víctima.

    Répondre
    kherchach mohamed 25 septembre 2019 at 14 h 42 min
    kherchach mohamed 7 septembre 2019 at 20 h 49 min
    El tema continuó fusionándose con la regla en invierno Ntnasigat en el Ayr Meng Almkhud continuó en el texto del nuevo puerto y en el proceso de criticar a Alhaddat liberar a Vijkhodkad de la nueva sociedad con los hijos de los nuevos propietarios de torres y complicaciones en el La forma del enfoque para seguir los detalles de las cosas llevó a los desarrollos sin Akak Nouvor Tor integrado a la lista de Agairat para seguir en las tiendas. Tema que rige la implementación del enfoque autoritario centrado en el trabajo para revertir la estructura. Mahfasmen Tnavaldar y lástima que las perlas jóvenes puedan beneficiar a los científicos locos de Hatta; tienen el Alatlak de hierro bereber en competencia de los centros de Alklaqadon y siguen de cerca los resultados del asedio de Alalawn

    Répondre
    kherchach mohamed 17 novembre 2019 at 7 h 48 min
    kherchach mohamed 7 de septiembre de 2019 a las 8:49 p.m.
    El tema automáticamente fusionándose con la regla en invierno. La forma del conquista para seguir los detalles de las cosas llevadas a los desarrollos sin Akak Nouvor Tor integrado a la lista de Agairat para seguir en las tiendas. Tema que rige la implementación de la crisis centralizada en la ocupación para revertir la estructura. Mahfasmen Tnavaldar y lástima que las perlas jóvenes pueden beneficiarse de los científicos locos de Hatta; tienen el Alatlak de hierro bereber en competencia de los centros de Alklaqadon y siguen de cerca los resultados del asedio de Alalawn

    Répondre
    kherchach mohamed 17 novembre 2019 at 7 h 49 min
    El tema de las personas encargadas de imponer nuevas oficinas al subordinado del cielo de la ambigüedad de la llegada de este asunto Mpbrrp Li explica el premio de la medida cuando el informe de Oest en Almhj fundó contelement el suministro del La Corte de Laiyansp para referir su المشتبه بهم a las autoridades insultadas Las filas del aprendizaje del egoísmo como una oportunidad para el mal, Dios creó el mal, será necesario tener ese rey responsable con su hermana Marruecos

    Répondre
    kherchach mohamed 19 décembre 2019 at 14 h 00 min
    El tema del día va del Sr. Mohammed Kherchach al muy estimado Lord King Wan, en su preferencia por la intervención en el caso de un hombre que sufre pobreza extrema y miseria y la falta de oportunidades de ocupación y instalación cerca de la fragilidad marroquí y descuentos continuos del sadaqat. Ayúdanos a salir de este campo fundido para vivir de manera inapropiada y construido para el estudiante y gracias Tel 069074602

    Répondre
    kherchach mohamed 29 décembre 2019 at 12 h 41 min
    je m’appelle mohamed kherchach Emma, j’habite à fes et j’ai 33 ans. Mon rêve n’est pas d’être astronaute mais dans le collège de notre cité, que les gens considèrent comme craignossse, on nous dit tous les jours dans nos classes que personne d’entre nous ne pourra devenir un jour astronaute.peut-être qu’un astronaute viendra un jour dans notre collège pour leur dire que c’est possible et nous faire rêver de nos propres étoile

    Répondre
    kherchach mohamed 29 décembre 2019 at 12 h 49 min
    Le renouvellement de la médiation sur le statut des cibles entre responsables lors de la présentation des rapports de diagnostic et de la vengeance s’articule après s’être renouvelé de leurs interlocuteurs dans les processions et l’intégration des hauts dirigeants non qualifiés de Mnsilin Pearls Li Ajade Msila me porter plus de plaintes et la menace est arrivé et a reconnu Guerre entre les infidèles musulmans et un dieu et de la restructuration d’un autre

    Répondre
    kherchach mohamed 29 décembre 2019 at 12 h 53 min
    El tema de las personas responsables de imponer nuevas oficinas en el subordinado del cielo de la ambigüedad de la llegada de este asunto Mpbrrp Li informa sobre las medidas adoptadas cuando el informe de Occidente a Almhj fundó y describió el contenido de todos elemento que controla la oferta de la corte de Laiyansp para remitir a sus sospechosos a las autoridades insultadas Las filas de aprender el egoísmo como una oportunidad del mal, Dios creó el mal que ssdevra avoir ente cetet y kingyale responsable si los falsifican historia con su marco bourdelle más de souve por el más fout de poutte en marruecos

    Répondre
    kherchach mohamed 4 janvier 2020 at 12 h 43 min
    Tal vez sea hora de detenerse con esta vieja gama de Francia saqueando Argelia. Está presumiendo intelectual, doblando de mala fe en cualquier caso. Pero es cierto que es más cómodo echar todos los errores sobre un enemigo promedio, en lugar de mirar sus propias deficiencias. La realidad es que el FLN ha confiscado la independencia de Argelia por más de 60 años. Y que ellos mismos saquearon el país, dejando a la gente con migas. En este pequeño mundo hermoso, todos los millonarios y multimillonarios argelinos han depositado su riqueza robada, no en Francia, sino en los EE. UU., Donde tienen muchas inversiones. Francia no necesita Argelia. Es un poder autónomo. Pase quizás por haberse beneficiado de ciertos contratos de gas comprados a muy buen precio. Pero no lo suficiente como para azotar a un gato. Están lejos de estar solos. Francia quiere estabilidad en Argelia, como toda la región. Para evitar el exilio masivo, como fue el caso de Libia. Pero permanecerá neutral, mientras permanece vigilante. Depende de los argelinos hacerse cargo esta vez. Sin ser engañados como en 1962. Solo el futuro nos dirá si tendrán éxito. El interés de todos es que Argelia y los argelinos (ennes) se desarrollen para convertirse en el faro del norte de África. Tienen recursos geográficos. Queda la mentalidad general de cambiar por completo, entrar en el siglo XXI. Vendré pronto, espero que los jóvenes logren limpiar parte de la mafia en su lugar, para avanzar hacia su futuro.

    Répondre
    kherchach mohamed 5 janvier 2020 at 19 h 44 min
    Renovación de la mediación del Centro de Aranceles entre funcionarios durante la presentación de informes de diagnóstico y venganza selectiva después de ser renovados por sus interlocutores en las procesiones e integración de los objetivos no comprometidos de la alta gerencia de Mnsilin Pearls entre los candidatos calificados Li Ajade Msila para traer más quejas y la amenaza Es una guerra entre los infieles musulmanes y la diosa y la estructura de la salida y conocer a este animal, que me sigue

    Répondre
    kherchach mohamed 19 janvier 2020 at 17 h 05 min
    kherchach mohamed 10 janvier 2020 à 18 h 46 min
    La posición de la fórmula de armonía humana del dialecto de Rattel del marroquí es un francotirador de los importadores racionales en los centros del pensamiento creciente e inspirado por las declaraciones provocativas de la posición de Almstnfr es el Mshrp humano para seguir al Alasalik en esta afirmación con el propósito de que parte de la ventaja en la reconstrucción de sitios identificados por la confusión de estos indicadores en la humanidad. Su Majestad, estoy rodeado de un grupo de vida saludable, y estoy agotado por los informes de rutina y cómo referirme a la Asociación de Programas para la Integración de Experiencias.

    Répondre
    kherchach mohamed 21 septembre 2019 à 20 h 48 min
    cette famile avec son cadre de famile roiyale verte sur de cadre aux souiside pour une mondes de bordelles sur site avec son cadre de cette famile avec son cadre de leure suatsuion avec cadre de cette famille bizardes a vec son sitausion de cette souivent de cadre bien avoire parlez avec le plus responsables sur lieux de leur centre de coumounicastion verte cette responsables je veux avoire une finale de cette cadre de chque famile poure avoire une sitausion verte se decsonse sur leure souivent de histoire de merde avoire sur famile aux maroc j’ais d(aixs pas sur ce mondes de caarikautre de jestion de mondes plus sur son cadre de leure geulles verte une famile fis de poutte verte lr roi de la islame sur son souivent de ectrte cette criture de ma siatsuion verte les famile france opu bien sur les souite de chque fis de poutte comme cette famiel avec son siatsuion leux verte leure cadre tus pous les resoui de son cadre de famile roiile s sur les souievnt vie bourdelles sur son cadre ils faux avoire une solustion de cette famile

    Répondre
    kherchach mohamed 4 août 2019 à 15 h 59 min
    Déclaration des droits de l’homme
    Déclaration universelle des droits de l’homme
    Le 10 décembre 1948, les 58 États Membres qui constituaient alors l’Assemblée générale ont adopté la Déclaration universelle des droits de l’homme à Paris au Palais de Chaillot (résolution 217 A (III)).
    Pour commémorer son adoption, la Journée des droits de l’homme est célébrée chaque année le 10 décembre.
    Ce document fondateur – traduit dans plus de 500 langues différentes – continue d’être, pour chacun d’entre nous, une source d’inspiration pour promouvoir l’exercice universel des droits de l’homme.

    Préambule
    Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde.

    Considérant que la méconnaissance et le mépris des droits de l’homme ont conduit à des actes de barbarie qui révoltent la conscience de l’humanité et que l’avènement d’un monde où les êtres humains seront libres de parler et de croire, libérés de la terreur et de la misère, a été proclamé comme la plus haute aspiration de l’homme.

    Considérant qu’il est essentiel que les droits de l’homme soient protégés par un régime de droit pour que l’homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l’oppression.

    Considérant qu’il est essentiel d’encourager le développement de relations amicales entre nations.

    Considérant que dans la Charte les peuples des Nations Unies ont proclamé à nouveau leur foi dans les droits fondamentaux de l’homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine, dans l’égalité des droits des hommes et des femmes, et qu’ils se sont déclarés résolus à favoriser le progrès social et à instaurer de meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande.

    Considérant que les Etats Membres se sont engagés à assurer, en coopération avec l’Organisation des Nations Unies, le respect universel et effectif des droits de l’homme et des libertés fondamentales.

    Considérant qu’une conception commune de ces droits et libertés est de la plus haute importance pour remplir pleinement cet engagement.

    L’Assemblée générale proclame la présente Déclaration universelle des droits de l’homme comme l’idéal commun à atteindre par tous les peuples et toutes les nations afin que tous les individus et tous les organes de la société, ayant cette Déclaration constamment à l’esprit, s’efforcent, par l’enseignement et l’éducation, de développer le respect de ces droits et libertés et d’en assurer, par des mesures progressives d’ordre national et international, la reconnaissance et l’application universelles et effectives, tant parmi les populations des Etats Membres eux-mêmes que parmi celles des territoires placés sous leur juridiction.

    Article premier

    Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.

    Article 2

    1. Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de

    Répondre
    kherchach mohamed 21 septembre 2019 à 20 h 48 min
    cette famile avec son cadre de famile roiyale verte sur de cadre aux souiside pour une mondes de bordelles sur site avec son cadre de cette famile avec son cadre de leure suatsuion avec cadre de cette famille bizardes a vec son sitausion de cette souivent de cadre bien avoire parlez avec le plus responsables sur lieux de leur centre de coumounicastion verte cette responsables je veux avoire une finale de cette cadre de chque famile poure avoire une sitausion verte se decsonse sur leure souivent de histoire de merde avoire sur famile aux maroc j’ais d(aixs pas sur ce mondes de caarikautre de jestion de mondes plus sur son cadre de leure geulles verte une famile fis de poutte verte lr roi de la islame sur son souivent de ectrte cette criture de ma siatsuion verte les famile france opu bien sur les souite de chque fis de poutte comme cette famiel avec son siatsuion leux verte leure cadre tus pous les resoui de son cadre de famile roiile s sur les souievnt vie bourdelles sur son cadre ils faux avoire une solustion de cette famile

    Répondre
    kherchach mohamed 4 août 2019 à 15 h 59 min
    Déclaration des droits de l’homme
    Déclaration universelle des droits de l’homme
    Le 10 décembre 1948, les 58 États Membres qui constituaient alors l’Assemblée générale ont adopté la Déclaration universelle des droits de l’homme à Paris au Palais de Chaillot (résolution 217 A (III)).
    Pour commémorer son adoption, la Journée des droits de l’homme est célébrée chaque année le 10 décembre.
    Ce document fondateur – traduit dans plus de 500 langues différentes – continue d’être, pour chacun d’entre nous, une source d’inspiration pour promouvoir l’exercice universel des droits de l’homme.

    Préambule
    Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde.

    Considérant que la méconnaissance et le mépris des droits de l’homme ont conduit à des actes de barbarie qui révoltent la conscience de l’humanité et que l’avènement d’un monde où les êtres humains seront libres de parler et de croire, libérés de la terreur et de la misère, a été proclamé comme la plus haute aspiration de l’homme.

    Considérant qu’il est essentiel que les droits de l’homme soient protégés par un régime de droit pour que l’homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l’oppression.

    Considérant qu’il est essentiel d’encourager le développement de relations amicales entre nations.

    Considérant que dans la Charte les peuples des Nations Unies ont proclamé à nouveau leur foi dans les droits fondamentaux de l’homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine, dans l’égalité des droits des hommes et des femmes, et qu’ils se sont déclarés résolus à favoriser le progrès social et à instaurer de meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande.

    Considérant que les Etats Membres se sont engagés à assurer, en coopération avec l’Organisation des Nations Unies, le respect universel et effectif des droits de l’homme et des libertés fondamentales.

    Considérant qu’une conception commune de ces droits et libertés est de la plus haute importance pour remplir pleinement cet engagement.

    L’Assemblée générale proclame la présente Déclaration universelle des droits de l’homme comme l’idéal commun à atteindre par tous les peuples et toutes les nations afin que tous les individus et tous les organes de la société, ayant cette Déclaration constamment à l’esprit, s’efforcent, par l’enseignement et l’éducation, de développer le respect de ces droits et libertés et d’en assurer, par des mesures progressives d’ordre national et international, la reconnaissance et l’application universelles et effectives, tant parmi les populations des Etats Membres eux-mêmes que parmi celles des territoires placés sous leur juridiction.

    Article premier

    Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.

    Article 2

    1. Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation.
    2. De plus, il ne sera fait aucune distinction fondée sur le statut politique, juridique ou international du pays ou du territoire dont une personne est ressortissante, que ce pays ou territoire soit indépendant, sous tutelle, non autonome ou soumis à une limitation quelconque de souveraineté.

    Article 3

    Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne.

    Article 4

    Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude; l’esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes.

    Article 5

    Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

    Article 6

    Chacun a le droit à la reconnaissance en tous lieux de sa personnalité juridique.

    Article 7

    Tous sont égaux devant la loi et ont droit sans distinction à une égale protection de la loi. Tous ont droit à une protection égale contre toute discrimination qui violerait la présente Déclaration et contre toute provocation à une telle discrimination.

    Article 8

    Toute personne a droit à un recours effectif devant les juridictions nationales compétentes contre les actes violant les droits fondamentaux qui lui sont reconnus par la constitution ou par la loi.

    Article 9

    Nul ne peut être arbitrairement arrêté, détenu ou exilé.

    Article 10

    Toute personne a droit, en pleine égalité, à ce que sa cause soit entendue équitablement et publiquement par un tribunal indépendant et impartial, qui décidera, soit de ses droits et obligations, soit du bien-fondé de toute accusation en matière pénale dirigée contre elle.

    Article 11

    1. Toute personne accusée d’un acte délictueux est présumée innocente jusqu’à ce que sa culpabilité ait été légalement établie au cours d’un procès public où toutes les garanties nécessaires à sa défense lui auront été assurées.
    2. Nul ne sera condamné pour des actions ou omissions qui, au moment où elles ont été commises, ne constituaient pas un acte délictueux d’après le droit national ou international. De même, il ne sera infligé aucune peine plus forte que celle qui était applicable au moment où l’acte délictueux a été commis.

    Article 12

    Nul ne sera l’objet d’immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d’atteintes à son honneur et à sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes.

    Article 13

    1. Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un Etat.
    2. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays.

    Article 14

    1. Devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l’asile en d’autres pays.
    2. Ce droit ne peut être invoqué dans le cas de poursuites réellement fondées sur un crime de droit commun ou sur des agissements contraires aux buts et aux principes des Nations Unies.

    Article 15

    1. Tout individu a droit à une nationalité.
    2. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa nationalité, ni du droit de changer de nationalité.

    Article 16

    1. A partir de l’âge nubile, l’homme et la femme, sans aucune restriction quant à la race, la nationalité ou la religion, ont le droit de se marier et de fonder une famille. Ils ont des droits égaux au regard du mariage, durant le mariage et lors de sa dissolution.
    2. Le mariage ne peut être conclu qu’avec le libre et plein consentement des futurs époux.
    3. La famille est l’élément naturel et fondamental de la société et a droit à la protection de la société et de l’Etat.

    Article 17

    1. Toute personne, aussi bien seule qu’en collectivité, a droit à la propriété.
    2. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa propriété.

    Article 18

    Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites.

    Article 19

    Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit.

    Article 20

    1. Toute personne a droit à la liberté de réunion et d’association pacifiques.
    2. Nul ne peut être obligé de faire partie d’une association.

    Article 21

    1. Toute personne a le droit de prendre part à la direction des affaires publiques de son pays, soit directement, soit par l’intermédiaire de représentants librement choisis.
    2. Toute personne a droit à accéder, dans des conditions d’égalité, aux fonctions publiques de son pays.
    3. La volonté du peuple est le fondement de l’autorité des pouvoirs publics ; cette volonté doit s’exprimer par des élections honnêtes qui doivent avoir lieu périodiquement, au suffrage universel égal et au vote secret ou suivant une procédure équivalente assurant la liberté du vote.

    Article 22

    Toute personne, en tant que membre de la société, a droit à la sécurité sociale ; elle est fondée à obtenir la satisfaction des droits économiques, sociaux et culturels indispensables à sa dignité et au libre développement de sa personnalité, grâce à l’effort national et à la coopération internationale, compte tenu de l’organisation et des ressources de chaque pays.

    Article 23

    1. Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage.
    2. Tous ont droit, sans aucune discrimination, à un salaire égal pour un travail égal.
    3. Quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant ainsi qu’à sa famille une existence conforme à la dignité humaine et complétée, s’il y a lieu, par tous autres moyens de protection sociale.
    4. Toute personne a le droit de fonder avec d’autres des syndicats et de s’affilier à des syndicats pour la défense de ses intérêts.

    Article 24

    Toute personne a droit au repos et aux loisirs et notamment à une limitation raisonnable de la durée du travail et à des congés payés périodiques.

    Article 25

    1. Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l’alimentation, l’habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires ; elle a droit à la sécurité en cas de chômage, de maladie, d’invalidité, de veuvage, de vieillesse ou dans les autres cas de perte de ses moyens de subsistance par suite de circonstances indépendantes de sa volonté.
    2. La maternité et l’enfance ont droit à une aide et à une assistance spéciales. Tous les enfants, qu’ils soient nés dans le mariage ou hors mariage, jouissent de la même protection sociale.

    Article 26

    1. Toute personne a droit à l’éducation. L’éducation doit être gratuite, au moins en ce qui concerne l’enseignement élémentaire et fondamental. L’enseignement élémentaire est obligatoire. L’enseignement technique et professionnel doit être généralisé ; l’accès aux études supérieures doit être ouvert en pleine égalité à tous en fonction de leur mérite.
    2. L’éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Elle doit favoriser la compréhension, la tolérance et l’amitié entre toutes les nations et tous les groupes raciaux ou religieux, ainsi que le développement des activités des Nations Unies pour le maintien de la paix.
    3. Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants.

    Article 27

    1. Toute personne a le droit de prendre part librement à la vie culturelle de la communauté, de jouir des arts et de participer au progrès scientifique et aux bienfaits qui en résultent.
    2. Chacun a droit à la protection des intérêts moraux et matériels découlant de toute production scientifique, littéraire ou artistique dont il est l’auteur.

    Article 28

    Toute personne a droit à ce que règne, sur le plan social et sur le plan international, un ordre tel que les droits et libertés énoncés dans la présente Déclaration puissent y trouver plein effet.

    Article 29

    1. L’individu a des devoirs envers la communauté dans laquelle seule le libre et plein développement de sa personnalité est possible.
    2. Dans l’exercice de ses droits et dans la jouissance de ses libertés, chacun n’est soumis qu’aux limitations établies par la loi exclusivement en vue d’assurer la reconnaissance et le respect des droits et libertés d’autrui et afin de satisfaire aux justes exigences de la morale, de l’ordre public et du bien-être général dans une société démocratique.
    3. Ces droits et libertés ne pourront, en aucun cas, s’exercer contrairement aux buts et aux principes des Nations Unies.

    Article 30

    Aucune disposition de la présente Déclaration ne peut être interprétée comme impliquant pour un État, un groupement ou un individu un droit quelconque de se livrer à une activité ou d’accomplir un acte visant à la destruction des droits et libertés qui y sont énoncés

    Répondre
    kherchach mohamed 21 juillet 2019 à 20 h 23 min
    Déclaration des droits de l’homme
    Déclaration universelle des droits de l’homme
    Le 10 décembre 1948, les 58 États Membres qui constituaient alors l’Assemblée générale ont adopté la Déclaration universelle des droits de l’homme à Paris au Palais de Chaillot (résolution 217 A (III)).
    Pour commémorer son adoption, la Journée des droits de l’homme est célébrée chaque année le 10 décembre.
    Ce document fondateur – traduit dans plus de 500 langues différentes – continue d’être, pour chacun d’entre nous, une source d’inspiration pour promouvoir l’exercice universel des droits de l’homme.

    Répondre
    kherchach mohamed 21 juillet 2019 à 20 h 20 min
    la souite de la mem hsitoire cadre avec les respoonsable de la chimon sur les droi de l’homme sur le s marocen et les souite de tous els rapide souivent par uen cadre de les deux temps sur les declarstion sur tous les mondes avec une hstoire cadre a bien les plus de narteure sur ma teète et je suis comme une fous sur les cadre de carte marocen duex temsp et je suis de la recherche de mohamed kherchach avec une hstooire de souivent famiel au maroce avec cette fis de poutte son le
    cadre le souite verte tous les famile roiyale

    Répondre
    kherchach 10 avril 2019 à 12 h 05 min
    De la ville de Sidi Kassem de la suppression de l’ombre du plus grand et de la naissance d’un amoureux du domaine ou du secret de la pensée du rapport Tnsi responsable de la communication d’un chemin spécifique et de suivre le chemin en suivant la biographie du concours plus contenu

    Répondre
    kherchach mohamed 18 février 2019 à 13 h 51 min
    Déclaration des droits de l’homme
    Déclaration universelle des droits de l’homme
    Le 10 décembre 1948, les 58 États Membres qui constituaient alors l’Assemblée générale ont adopté la Déclaration universelle des droits de l’homme à Paris au Palais de Chaillot (résolution 217 A (III)).
    Pour commémorer son adoption, la Journée des droits de l’homme est célébrée chaque année le 10 décembre.
    Ce document fondateur – traduit dans plus de 500 langues différentes – continue d’être, pour chacun d’entre nous, une source d’inspiration pour promouvoir l’exercice universel des droits de l’homme.

    Préambule
    Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde.

    Considérant que la méconnaissance et le mépris des droits de l’homme ont conduit à des actes de barbarie qui révoltent la conscience de l’humanité et que l’avènement d’un monde où les êtres humains seront libres de parler et de croire, libérés de la terreur et de la misère, a été proclamé comme la plus haute aspiration de l’homme.

    Considérant qu’il est essentiel que les droits de l’homme soient protégés par un régime de droit pour que l’homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l’oppression.

    Considérant qu’il est essentiel d’encourager le développement de relations amicales entre nations.

    Considérant que dans la Charte les peuples des Nations Unies ont proclamé à nouveau leur foi dans les droits fondamentaux de l’homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine, dans l’égalité des droits des hommes et des femmes, et qu’ils se sont déclarés résolus à favoriser le progrès social et à instaurer de meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande.

    Considérant que les Etats Membres se sont engagés à assurer, en coopération avec l’Organisation des Nations Unies, le respect universel et effectif des droits de l’homme et des libertés fondamentales.

    Considérant qu’une conception commune de ces droits et libertés est de la plus haute importance pour remplir pleinement cet engagement.

    L’Assemblée générale proclame la présente Déclaration universelle des droits de l’homme comme l’idéal commun à atteindre par tous les peuples et toutes les nations afin que tous les individus et tous les organes de la société, ayant cette Déclaration constamment à l’esprit, s’efforcent, par l’enseignement et l’éducation, de développer le respect de ces droits et libertés et d’en assurer, par des mesures progressives d’ordre national et international, la reconnaissance et l’application universelles et effectives, tant parmi les populations des Etats Membres eux-mêmes que parmi celles des territoires placés sous leur juridiction.

    Article premier

    Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.

    Article 2

    1. Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation.
    2. De plus, il ne sera fait aucune distinction fondée sur le statut politique, juridique ou international du pays ou du territoire dont une personne est ressortissante, que ce pays ou territoire soit indépendant, sous tutelle, non autonome ou soumis à une limitation quelconque de souveraineté.

    Article 3

    Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne.

    Article 4

    Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude; l’esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes.

    Article 5

    Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

    Article 6

    Chacun a le droit à la reconnaissance en tous lieux de sa personnalité juridique.

    Article 7

    Tous sont égaux devant la loi et ont droit sans distinction à une égale protection de la loi. Tous ont droit à une protection égale contre toute discrimination qui violerait la présente Déclaration et contre toute provocation à une telle discrimination.

    Article 8

    Toute personne a droit à un recours effectif devant les juridictions nationales compétentes contre les actes violant les droits fondamentaux qui lui sont reconnus par la constitution ou par la loi.

    Article 9

    Nul ne peut être arbitrairement arrêté, détenu ou exilé.

    Article 10

    Toute personne a droit, en pleine égalité, à ce que sa cause soit entendue équitablement et publiquement par un tribunal indépendant et impartial, qui décidera, soit de ses droits et obligations, soit du bien-fondé de toute accusation en matière pénale dirigée contre elle.

    Article 11

    1. Toute personne accusée d’un acte délictueux est présumée innocente jusqu’à ce que sa culpabilité ait été légalement établie au cours d’un procès public où toutes les garanties nécessaires à sa défense lui auront été assurées.
    2. Nul ne sera condamné pour des actions ou omissions qui, au moment où elles ont été commises, ne constituaient pas un acte délictueux d’après le droit national ou international. De même, il ne sera infligé aucune peine plus forte que celle qui était applicable au moment où l’acte délictueux a été commis.

    Article 12

    Nul ne sera l’objet d’immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d’atteintes à son honneur et à sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes.

    Article 13

    1. Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un Etat.
    2. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays.

    Article 14

    1. Devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l’asile en d’autres pays.
    2. Ce droit ne peut être invoqué dans le cas de poursuites réellement fondées sur un crime de droit commun ou sur des agissements contraires aux buts et aux principes des Nations Unies.

    Article 15

    1. Tout individu a droit à une nationalité.
    2. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa nationalité, ni du droit de changer de nationalité.

    Article 16

    1. A partir de l’âge nubile, l’homme et la femme, sans aucune restriction quant à la race, la nationalité ou la religion, ont le droit de se marier et de fonder une famille. Ils ont des droits égaux au regard du mariage, durant le mariage et lors de sa dissolution.
    2. Le mariage ne peut être conclu qu’avec le libre et plein consentement des futurs époux.
    3. La famille est l’élément naturel et fondamental de la société et a droit à la protection de la société et de l’Etat.

    Article 17

    1. Toute personne, aussi bien seule qu’en collectivité, a droit à la propriété.
    2. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa propriété.

    Article 18

    Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites.

    Article 19

    Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit.

    Article 20

    1. Toute personne a droit à la liberté de réunion et d’association pacifiques.
    2. Nul ne peut être obligé de faire partie d’une association.

    Article 21

    1. Toute personne a le droit de prendre part à la direction des affaires publiques de son pays, soit directement, soit par l’intermédiaire de représentants librement choisis.
    2. Toute personne a droit à accéder, dans des conditions d’égalité, aux fonctions publiques de son pays.
    3. La volonté du peuple est le fondement de l’autorité des pouvoirs publics ; cette volonté doit s’exprimer par des élections honnêtes qui doivent avoir lieu périodiquement, au suffrage universel égal et au vote secret ou suivant une procédure équivalente assurant la liberté du vote.

    Article 22

    Toute personne, en tant que membre de la société, a droit à la sécurité sociale ; elle est fondée à obtenir la satisfaction des droits économiques, sociaux et culturels indispensables à sa dignité et au libre développement de sa personnalité, grâce à l’effort national et à la coopération internationale, compte tenu de l’organisation et des ressources de chaque pays.

    Article 23

    1. Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage.
    2. Tous ont droit, sans aucune discrimination, à un salaire égal pour un travail égal.
    3. Quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant ainsi qu’à sa famille une existence conforme à la dignité humaine et complétée, s’il y a lieu, par tous autres moyens de protection sociale.
    4. Toute personne a le droit de fonder avec d’autres des syndicats et de s’affilier à des syndicats pour la défense de ses intérêts.

    Article 24

    Toute personne a droit au repos et aux loisirs et notamment à une limitation raisonnable de la durée du travail et à des congés payés périodiques.

    Article 25

    1. Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l’alimentation, l’habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires ; elle a droit à la sécurité en cas de chômage, de maladie, d’invalidité, de veuvage, de vieillesse ou dans les autres cas de perte de ses moyens de subsistance par suite de circonstances indépendantes de sa volonté.
    2. La maternité et l’enfance ont droit à une aide et à une assistance spéciales. Tous les enfants, qu’ils soient nés dans le mariage ou hors mariage, jouissent de la même protection sociale.

    Article 26

    1. Toute personne a droit à l’éducation. L’éducation doit être gratuite, au moins en ce qui concerne l’enseignement élémentaire et fondamental. L’enseignement élémentaire est obligatoire. L’enseignement technique et professionnel doit être généralisé ; l’accès aux études supérieures doit être ouvert en pleine égalité à tous en fonction de leur mérite.
    2. L’éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Elle doit favoriser la compréhension, la tolérance et l’amitié entre toutes les nations et tous les groupes raciaux ou religieux, ainsi que le développement des activités des Nations Unies pour le maintien de la paix.
    3. Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants.

    Article 27

    1. Toute personne a le droit de prendre part librement à la vie culturelle de la communauté, de jouir des arts et de participer au progrès scientifique et aux bienfaits qui en résultent.
    2. Chacun a droit à la protection des intérêts moraux et matériels découlant de toute production scientifique, littéraire ou artistique dont il est l’auteur.

    Article 28

    Toute personne a droit à ce que règne, sur le plan social et sur le plan international, un ordre tel que les droits et libertés énoncés dans la présente Déclaration puissent y trouver plein effet.

    Article 29

    1. L’individu a des devoirs envers la communauté dans laquelle seule le libre et plein développement de sa personnalité est possible.
    2. Dans l’exercice de ses droits et dans la jouissance de ses libertés, chacun n’est soumis qu’aux limitations établies par la loi exclusivement en vue d’assurer la reconnaissance et le respect des droits et libertés d’autrui et afin de satisfaire aux justes exigences de la morale, de l’ordre public et du bien-être général dans une société démocratique.
    3. Ces droits et libertés ne pourront, en aucun cas, s’exercer contrairement aux buts et aux principes des Nations Unies.

    Article 30

    Aucune disposition de la présente Déclaration ne peut être interprétée comme impliquant pour un État, un groupement ou un individu un droit quelconque de se livrer à une activité ou d’accomplir un acte visant à la destruction des droits et libertés qui y sont énoncés.

  18. Déclaration des droits de l’homme
    Déclaration universelle des droits de l’homme
    Le 10 décembre 1948, les 58 États Membres qui constituaient alors l’Assemblée générale ont adopté la Déclaration universelle des droits de l’homme à Paris au Palais de Chaillot (résolution 217 A (III)).
    Pour commémorer son adoption, la Journée des droits de l’homme est célébrée chaque année le 10 décembre.
    Ce document fondateur – traduit dans plus de 500 langues différentes – continue d’être, pour chacun d’entre nous, une source d’inspiration pour promouvoir l’exercice universel des droits de l’homme.

    Préambule
    Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde.

    Considérant que la méconnaissance et le mépris des droits de l’homme ont conduit à des actes de barbarie qui révoltent la conscience de l’humanité et que l’avènement d’un monde où les êtres humains seront libres de parler et de croire, libérés de la terreur et de la misère, a été proclamé comme la plus haute aspiration de l’homme.

    Considérant qu’il est essentiel que les droits de l’homme soient protégés par un régime de droit pour que l’homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l’oppression.

    Considérant qu’il est essentiel d’encourager le développement de relations amicales entre nations.

    Considérant que dans la Charte les peuples des Nations Unies ont proclamé à nouveau leur foi dans les droits fondamentaux de l’homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine, dans l’égalité des droits des hommes et des femmes, et qu’ils se sont déclarés résolus à favoriser le progrès social et à instaurer de meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande.

    Considérant que les Etats Membres se sont engagés à assurer, en coopération avec l’Organisation des Nations Unies, le respect universel et effectif des droits de l’homme et des libertés fondamentales.

    Considérant qu’une conception commune de ces droits et libertés est de la plus haute importance pour remplir pleinement cet engagement.

    L’Assemblée générale proclame la présente Déclaration universelle des droits de l’homme comme l’idéal commun à atteindre par tous les peuples et toutes les nations afin que tous les individus et tous les organes de la société, ayant cette Déclaration constamment à l’esprit, s’efforcent, par l’enseignement et l’éducation, de développer le respect de ces droits et libertés et d’en assurer, par des mesures progressives d’ordre national et international, la reconnaissance et l’application universelles et effectives, tant parmi les populations des Etats Membres eux-mêmes que parmi celles des territoires placés sous leur juridiction.

    Article premier

    Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.

    Article 2

    1. Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation.
    2. De plus, il ne sera fait aucune distinction fondée sur le statut politique, juridique ou international du pays ou du territoire dont une personne est ressortissante, que ce pays ou territoire soit indépendant, sous tutelle, non autonome ou soumis à une limitation quelconque de souveraineté.

    Article 3

    Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne.

    Article 4

    Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude; l’esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes.

    Article 5

    Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

    Article 6

    Chacun a le droit à la reconnaissance en tous lieux de sa personnalité juridique.

    Article 7

    Tous sont égaux devant la loi et ont droit sans distinction à une égale protection de la loi. Tous ont droit à une protection égale contre toute discrimination qui violerait la présente Déclaration et contre toute provocation à une telle discrimination.

    Article 8

    Toute personne a droit à un recours effectif devant les juridictions nationales compétentes contre les actes violant les droits fondamentaux qui lui sont reconnus par la constitution ou par la loi.

    Article 9

    Nul ne peut être arbitrairement arrêté, détenu ou exilé.

    Article 10

    Toute personne a droit, en pleine égalité, à ce que sa cause soit entendue équitablement et publiquement par un tribunal indépendant et impartial, qui décidera, soit de ses droits et obligations, soit du bien-fondé de toute accusation en matière pénale dirigée contre elle.

    Article 11

    1. Toute personne accusée d’un acte délictueux est présumée innocente jusqu’à ce que sa culpabilité ait été légalement établie au cours d’un procès public où toutes les garanties nécessaires à sa défense lui auront été assurées.
    2. Nul ne sera condamné pour des actions ou omissions qui, au moment où elles ont été commises, ne constituaient pas un acte délictueux d’après le droit national ou international. De même, il ne sera infligé aucune peine plus forte que celle qui était applicable au moment où l’acte délictueux a été commis.

    Article 12

    Nul ne sera l’objet d’immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d’atteintes à son honneur et à sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes.

    Article 13

    1. Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un Etat.
    2. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays.

    Article 14

    1. Devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l’asile en d’autres pays.
    2. Ce droit ne peut être invoqué dans le cas de poursuites réellement fondées sur un crime de droit commun ou sur des agissements contraires aux buts et aux principes des Nations Unies.

    Article 15

    1. Tout individu a droit à une nationalité.
    2. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa nationalité, ni du droit de changer de nationalité.

    Article 16

    1. A partir de l’âge nubile, l’homme et la femme, sans aucune restriction quant à la race, la nationalité ou la religion, ont le droit de se marier et de fonder une famille. Ils ont des droits égaux au regard du mariage, durant le mariage et lors de sa dissolution.
    2. Le mariage ne peut être conclu qu’avec le libre et plein consentement des futurs époux.
    3. La famille est l’élément naturel et fondamental de la société et a droit à la protection de la société et de l’Etat.

    Article 17

    1. Toute personne, aussi bien seule qu’en collectivité, a droit à la propriété.
    2. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa propriété.

    Article 18

    Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites.

    Article 19

    Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit.

    Article 20

    1. Toute personne a droit à la liberté de réunion et d’association pacifiques.
    2. Nul ne peut être obligé de faire partie d’une association.

    Article 21

    1. Toute personne a le droit de prendre part à la direction des affaires publiques de son pays, soit directement, soit par l’intermédiaire de représentants librement choisis.
    2. Toute personne a droit à accéder, dans des conditions d’égalité, aux fonctions publiques de son pays.
    3. La volonté du peuple est le fondement de l’autorité des pouvoirs publics ; cette volonté doit s’exprimer par des élections honnêtes qui doivent avoir lieu périodiquement, au suffrage universel égal et au vote secret ou suivant une procédure équivalente assurant la liberté du vote.

    Article 22

    Toute personne, en tant que membre de la société, a droit à la sécurité sociale ; elle est fondée à obtenir la satisfaction des droits économiques, sociaux et culturels indispensables à sa dignité et au libre développement de sa personnalité, grâce à l’effort national et à la coopération internationale, compte tenu de l’organisation et des ressources de chaque pays.

    Article 23

    1. Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage.
    2. Tous ont droit, sans aucune discrimination, à un salaire égal pour un travail égal.
    3. Quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant ainsi qu’à sa famille une existence conforme à la dignité humaine et complétée, s’il y a lieu, par tous autres moyens de protection sociale.
    4. Toute personne a le droit de fonder avec d’autres des syndicats et de s’affilier à des syndicats pour la défense de ses intérêts.

    Article 24

    Toute personne a droit au repos et aux loisirs et notamment à une limitation raisonnable de la durée du travail et à des congés payés périodiques.

    Article 25

    1. Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l’alimentation, l’habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires ; elle a droit à la sécurité en cas de chômage, de maladie, d’invalidité, de veuvage, de vieillesse ou dans les autres cas de perte de ses moyens de subsistance par suite de circonstances indépendantes de sa volonté.
    2. La maternité et l’enfance ont droit à une aide et à une assistance spéciales. Tous les enfants, qu’ils soient nés dans le mariage ou hors mariage, jouissent de la même protection sociale.

    Article 26

    1. Toute personne a droit à l’éducation. L’éducation doit être gratuite, au moins en ce qui concerne l’enseignement élémentaire et fondamental. L’enseignement élémentaire est obligatoire. L’enseignement technique et professionnel doit être généralisé ; l’accès aux études supérieures doit être ouvert en pleine égalité à tous en fonction de leur mérite.
    2. L’éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Elle doit favoriser la compréhension, la tolérance et l’amitié entre toutes les nations et tous les groupes raciaux ou religieux, ainsi que le développement des activités des Nations Unies pour le maintien de la paix.
    3. Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants.

    Article 27

    1. Toute personne a le droit de prendre part librement à la vie culturelle de la communauté, de jouir des arts et de participer au progrès scientifique et aux bienfaits qui en résultent.
    2. Chacun a droit à la protection des intérêts moraux et matériels découlant de toute production scientifique, littéraire ou artistique dont il est l’auteur.

    Article 28

    Toute personne a droit à ce que règne, sur le plan social et sur le plan international, un ordre tel que les droits et libertés énoncés dans la présente Déclaration puissent y trouver plein effet.

    Article 29

    1. L’individu a des devoirs envers la communauté dans laquelle seule le libre et plein développement de sa personnalité est possible.
    2. Dans l’exercice de ses droits et dans la jouissance de ses libertés, chacun n’est soumis qu’aux limitations établies par la loi exclusivement en vue d’assurer la reconnaissance et le respect des droits et libertés d’autrui et afin de satisfaire aux justes exigences de la morale, de l’ordre public et du bien-être général dans une société démocratique.
    3. Ces droits et libertés ne pourront, en aucun cas, s’exercer contrairement aux buts et aux principes des Nations Unies.

    Article 30

    Aucune disposition de la présente Déclaration ne peut être interprétée comme impliquant pour un État, un groupement ou un individu un droit quelconque de se livrer à une activité ou d’accomplir un acte visant à la destruction des droits et libertés qui y sont énoncés.

    Répondre

    Répondre

  19. El tema de las aplicaciones consistentes sobre los detalles de Mohamed Al-Dhahia se integra en la reconexión de estos productos hablados. El cierre de pertenecer a estas conversaciones sobre la implementación de la conducta de estos grandes hijos de la reina del rey en la implementación de la estructura de las mujeres reprimidas en la creencia de que los argelinos y la más importante de estas fusiones son restauraciones restauradas de ambos Este desastre

  20. sujetvde tous els famile bourdelles qui souivre mohamed kherchach de lespnaole i=une imagistion de la souite responsable de la falmile chngable s sur son role de cadre de cetet fis de pooutte avce son droi de verte la police de leiux verte son prason avec el souite ed chque vieux poutte cadre son amleure souivbnte par leiux de la police de avoire souivre cetet fis de poutte de la famile roiyale de doubail sur le spouite ed chqiue fi sde pouytte isl devra avoire souivbre cetet fis de poute cadre cette responasble s sur leux de son balge souivent par mohamed kherrchach a vetrstion de droie sur cette amleure douleur cadre oppar son amleure cadre verte chrone ausii a bien le souite de le roi de lhinde verte son prbelmmes ur sonmelure de criyu=ture ils devra avoire ente de la chnos verstion de la chnois siri thouiy ni aljkhaba

  21. TOUJOURE AVCE CETTE FAMIEL SUR SON CADRE MOTRELLS SUR SON CADRE DE COMMENT AVOIRE SOUIVRE LES DEIUX SOUIVNET RESPOONSABLE DANS LE S DEUX HSTOIRE CADRE UNE BALGE DE SOUIVENT PAR LE S RESPONSABLE VERTE LA POLICE DE CRITURE A HOSTONE SUR SON CADRE DE KNITRA UNE FIS DE POUTTE ILSS DEVRA AVOIRE ENT VERTE LE SOUITE DE TOUS ELS FAMILE AVEC SON ACDRE DE SOUIVRE CETTE RESPONSABLES ABIEN ELS DEUX FEMS AVEC SON BALGE DE SEXULITE VERTE SON AMLEURE DE TROUVAIS L4HOMME DE SON VIE AVEC SON CADRE DE SOUIVER TE CERT RESPONSABLE S SUR SON CADRE ED COMMMENT AVOIRE SOUIVRE CETTTE IMABINASTION SUR SON BLGE DE SOUIVENT AVCE LES ASTRAUNIOTE MLECHNTE ERTE SON AMLEURE DE SOUIVENT MALEUR AVCE CETTE HSTOIRE DE MOHALMED KHERCHACH

  22. TOUJOURE LEIUX DE CETET FAMILE AVEC SON CADRE DEC TOUS ELS DECLARSTION SOUIVNET AVCE SON CADRE DE SOUIVNET PAR UNE BALGE DE SOUIVRE SSON POUINE DE FEBLES SUR SON DETROUIRE AVCE SON PLUS RESPONSABLE DE AVOIRE LE S DETROUIRE J4AIS UNE PRBLEMMES SUR LES RESPONSABLE DE COUMUNICASTION VERTE CETTE BIRAUX DE ENCOUTEURE CADRE SON AMLEUR SOUIVTE POURE LE S FAMILE ROIYALE CADRE AVCE UE DROLE DE CHNAGTE AVEC LE S ATRAONOTE MECHNTE

  23. On such a serious subject, a letter to the hierarchy poses no problem. If it is found in the press, it is something else, the sanction was inevitable. Who leaked the letter? Who wrote it in a kind of suicidal sacrifice? Someone who resented him? Someone who wanted to destabilize the general staff? Depending on the evolution of the situation, this Commander will be a hero or fall into oblivion, this is so in times of crisis. with all the emnbasde of this leader in green morocco the king has turned down with this leader erspnasbel i am between dee looking for an effort to save this minisstarsstion of school on the wish to destroy them from this network vever sson servaux

  24. El tema de la coordinación continúa en una decisión tomada de una clase de seguimiento de Fez Meknes. El destino es que White me muerda para levantar las presiones del trabajo marroquí como resultado de las trivialidades constantes ahora de Argelia en la planificación de dibujos para enfrentar el suicidio. Los regulares de la sede de las estructuras se beneficiaron de ellos, estas son mujeres, inmoralidad y libertinaje en el mundo árabe, yo soy de África, de seguirme, escuchar a algunos bastardos, insultar e insultar en los cambios, los oportunistas de derechos humanos en Argelia, y quienes levantaron los detalles tortuosos del Ministerio de Salud centrados en los marroquíes que me fallaron, el solicitante de asilo de Políticos, entre ellos mujeres y prostitutas, de los principales laboratorios de desmantelamiento y desmantelamiento, que pertenecen a las mujeres de Qatar, y un rompecabezas armonioso en la interpretación superior de estructuras, desde su motor. De las familias de los campamentos de Argelia, que afirman ser de un qatarí, y a pesar del caso de encontrar la forma de terminar con este demandante, tengo los derechos y una decisión tomada por el régimen problemático de cortar el enlace coherente en la fase de procedimientos hacia la llegada de un funcionario marroquí que finge desde África escribiendo mis cartas para rodear y deshacerse de estos fraudes de sus mayores para implementar

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.