Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mardi:

L’Economiste :

• Immobilier : De nouvelles règles prudentielles. Un changement dans les dations en paiement et ventes à réméré est prévu par la banque centrale. Les travaux sur ce qui s’apparente à un nouveau tour de vis prudentiel pour le secteur bancaire sont assez avancés. Les banques ont certes été amenées à acquérir des actifs immobiliers en extinction de dettes de contrepartie dans la promotion immobilière. L’objectif à travers ces opérations était surtout de réduire leurs pertes. Aujourd’hui, la banque centrale veut mieux encadrer ces opérations et couvrir le risque immobilier encouru par les établissements financiers en mettant en place des garde-fous. Le scénario envisagé est le renforcement du traitement prudentiel. Par ailleurs, la gestion des actifs immobiliers fera également l’objet d’une directive qui définira notamment les éléments qui seront pris en compte pour la valorisation à l’entrée et les exigences en matière d’expertise, entre autres.

• « Pour l’avenir, nous sommes en train de repenser le modèle avec lequel la Société nationale des autoroutes (ADM) travaillera dans les prochaines années », a affirmé Abdelkader Amara, ministre de l’équipement, du transport, de la logistique et de l’eau. « Deux éléments sont importants. D’abord, il s’agit de soulager les finances de l’Etat, avec des mécanismes de financement innovants et c’est ce que nous sommes en train d’explorer. Ensuite, il ne faut pas freiner cet élan de construction que nous avons initié depuis plusieurs années », a-t-il indiqué dans un entretien. « Avant la fin de l’année, nous allons trouver un canevas qui permettra justement au secteur privé de participer. Nous n’aurions pas pu le faire auparavant, parce que nous attendions justement qu’ADM puisse voir le bout du tunnel dans ses équilibres financiers », a-t-il dit.

Aujourd’hui le Maroc :

• Le secteur bancaire a pu préserver sa rentabilité. Un constat fait par Bank Al-Maghrib (BAM) dans sa 15ème édition de son rapport annuel sur la supervision bancaire relatif à l’exercice 2018. La banque centrale a attribué la rentabilité du secteur bancaire à son modèle d’activités diversifié aux plans sectoriel et géographique. A cet effet, le produit net bancaire a affiché durant l’exercice 2018 un accroissement modéré. Ce qui a contribué à la hausse de 2,9 % du résultat net des banques sur base sociale. Une performance qui, d’après BAM, se confirme en dépit du renchérissement du coût du risque. Par ailleurs, la banque centrale a consolidé sa surveillance transfrontalière, en collaboration avec les autorités de supervision des pays d’accueil et a renforcé le cadre de supervision des risques de marché et de taux d’intérêt global, en accompagnement de la réforme du régime de change.

• En 2018, la CNSS a servi plus de 17,5 milliards DH de prestations (hors AMO), un chiffre en progression de 6,1% par rapport à 2017. C’est ce qu’indique le rapport d’activité du régime général de la CNSS au titre de l’année 2018. En termes d’effectifs, les bénéficiaires des prestations servies ont augmenté de 2,2%, atteignant 1,84 million en 2018 contre 1,80 million en 2017. En 2018, le nombre des allocataires a atteint 1,32 million d’assurés, enregistrant une augmentation de 3%, précise le rapport, notant que les indemnités journalières de maladie et de maternité ont représenté 68% des prestations à court termes servies en 2018. S’agissant du nombre de bénéficiaires de l’indemnité pour perte d’emploi, il est passé de 9.123 en 2015 à 13.376 en 2018, soit une augmentation annuelle moyenne de 14%, souligne la même source.

Le Matin :

• Bank Al-Maghrib poursuit le parachèvement de l’écosystème de la finance participative. Elle a engagé le processus de validation pour trois nouveaux produits : Salam, Istisnaa et Ijara Montahiya Bittamlik. Dans le secteur bancaire conventionnel, la Banque centrale est en train de préparer plusieurs réformes. Il s’agit notamment d’une circulaire sur la classification des créances en souffrance et la révision de celle portant sur le ratio de liquidité en vue de son adaptation aux spécificités des banques participatives.

• Face aux contraintes financières auxquelles font face les entreprises de presse, l’urgence se fait de plus en plus sentir de réfléchir à un nouveau modèle économique. Cette question et bien d’autres ont été soulevées par Bahia Amrani, présidente de la Fédération marocaine des éditeurs des journaux (FMEJ), lors de son intervention hier dans le cadre du Forum de la MAP. Amrani a saisi cette occasion pour appeler le ministère de la Communication et tous les partenaires du secteur à organiser des assises de presse en vue d’engager un large débat sur l’état des lieux et les perspectives du secteur.

L’Opinion :

• En l’espace de quelques années, le Maroc a émergé comme l’un des acteurs les plus en vue de l’industrie automobile, un choix d’autant plus stratégique que le secteur affiche de belles performances tant en termes d’exportations que d’attractivité des investissements. L’envolée des exportations combinée à l’implantation d’équipementiers de référence mondiale et de géants de la construction automobile illustrent, d’année en année, la pertinence de cette stratégie tout en consacrant la place du Royaume dans la cour des grands en Afrique et dans le pourtour euro-méditerranéen. En chiffres, les exportations de la branche automobile sont passées de 14,7 milliards de dirhams (MMDH) à près de 65,1 MMDH à fin 2018, soit une nette progression moyenne de 14,5 % par an. Ce ne sont pas moins de 116.600 postes d’emploi qui ont été générés depuis le lancement du Plan d’accélération industrielle (PAI) en 2014, pour une capacité de production installée de 700.000 véhicules.

• Les ventes de ciment, principal baromètre du secteur du BTP, ont progressé de 2,1% au terme du premier semestre 2019, indique la Direction des études et des prévisions financières (DEPF), relevant du ministère de l’Economie et des Finances. Cette évolution s’explique par la reprise des ventes de ciment au cours du mois de juin 2019 (+4,1%), après la baisse exceptionnelle enregistrée lors du mois de mai (-13%), ayant coïncidé avec le mois de Ramadan, indique la DEPF dans sa note de conjoncture de juillet 2019. A fin mars 2019, les ventes du ciment affichaient une progression de 7,8%, rappelle la même source qui cite l’Association professionnelle des cimentiers (APC).

Al Bayane :

• La présentation de l’état d’avancement de projets de développement, dont certains réalisés ou en cours de réalisation, ainsi que des projets programmées pour la prochaine période dans nombre de secteurs gouvernementaux au niveau de la région de Dakhla-Oued Eddahab, a eu lieu à Dakhla. « Le programme de développement de la région qui s’étend jusqu’à 2021, comprend 149 projets, dont 21 réalisés, et 75 en cours de réalisation ou dans leur phase finale, alors que 50 autres projets attendent leur coup d’envoi. Le déroulement des travaux se fait à une cadence accélérée et équilibrée », a souligné Saâd Dine El Otmani, chef du gouvernement lors d’une rencontre de communication régionale.

• Céréales : Loin du record de l’année dernière pour la région Casablanca-Settat. La production globale prévisionnelle en céréales dans la région Casablanca-Settat sera de seulement 8,5 MQx sur les 61,0 MQx attendus au niveau national pour la campagne agricole 2018-2019, soit une baisse de plus de 60.0% par rapport à la saison précédente. La faible pluviométrie, voire même l’absence de précipitations, pendant des périodes critiques a engendré un retard de croissance des semis et, par conséquent, une baisse des rendements.

Libération :

• L’Agence Française de Développement (AFD) et l’Office National des Aéroports (ONDA) ont signé deux conventions de financement portant sur un prêt de 50 millions d’euros et une subvention de 400.000 euros pour le renforcement de la sécurité aérienne, de la sûreté des aéroports ainsi que des mesures d’efficacité énergétique. Destinées à financer des projets relatifs à la sécurité aérienne, la sûreté des aéroports et à l’efficacité énergétique, elles s’inscrivent en ligne avec l’approche de développement durable et les projets stratégiques de l’ONDA, souligne la même source, notant que l’Office s’est engagé dans une démarche ambitieuse de transition énergétique visant la diminution de la consommation énergétique des aéroports marocains et l’introduction progressive des énergies renouvelables.

• Le dirham s’est apprécié de 0,11% par rapport à l’euro et de 0,14% vis-à-vis du dollar lors de la période allant du 11 au 17 juillet 2019, selon Bank Al-Maghrib (BAM). Au cours de cette période, aucune opération d’adjudication n’a été réalisée sur le marché des changes, indique BAM dans une note sur ses indicateurs hebdomadaires. Au 12 juillet, les réserves internationales nettes se sont établies à 232,9 milliards de dirhams (MMDH), quasiment inchangées d’une semaine à l’autre.

Al Alam :

• La demande du FMI au Maroc pour adopter un régime de change plus flexible ne date pas d’aujourd’hui et n’est pas la première du genre, a souligné l’Economiste, Najib Akesbi. Il s’agit, selon lui, d’une demande tactique et stratégique qui fait partie des recommandations permanentes du FMI au Maroc, notant que la libéralisation du dirham est partie prenante des prescriptions de cette institution financière, mais à des conditions spécifiques, sachant que le Royaume fait face à l’endettement et que la dette extérieure est toujours nécessaire pour financer l’économie marocaine. A travers cette mesure, le FMI cherche à réaliser les objectifs non atteints depuis des décennies, a-t-il dit, notant que l’économie marocaine ne peut pas sortir du cercle vicieux du programme d’ajustement structurel.

• L’indice des prix à la consommation a connu, au cours du mois de juin 2019, une hausse de 0,2% par rapport au mois précédent, indique le HCP. Les hausses des produits alimentaires observées entre mai et juin 2019 concernent principalement les «légumes» avec 2,4%, les «fruits» avec 1,0%, les «viandes» avec 0,5% et le «café, thé et cacao» avec 0,1%. En revanche, les prix ont diminué de 1,0% pour les «huiles et graisses» et de 0,9% pour le « lait, fromage et œufs », explique le HCP dans une note d’information relative à l’IPC du mois de juin 2019.

Al Ahdat Al Maghribia :

• Saad-Eddine El Othmani, Chef du gouvernement, a affirmé que ceux qui critiquent le vote du PJD en faveur du projet de loi-cadre sur la réforme de l’enseignement ne connaissent pas le contenu de ce texte, soulignant que son parti place l’intérêt de la nation au-dessus de toute considération. El Otmani, qui s’exprimait lors du 15ème forum national de la jeunesse du PJD, a appelé la jeunesse du parti de la lampe à respecter les fondements pragmatiques de la démocratie, la liberté d’opinion, la politesse et les institutions et ce, à travers le recours aux organes du parti.

• Le secrétariat d’Etat chargé du Développement durable lancera mercredi une campagne de sensibilisation nationale visant la protection de l’environnement pendant la période de l’Aid Adha. L’objectif de cette campagne intégrée est de sensibiliser les citoyens à la nécessité de préserver la propreté des milieux et des espaces, en nettoyant les lieux d’abattage, en collectant les ordures et résidus dans des sacs fermés et en évitant de les jeter dans les canaux d’assainissement liquide, indique le département dans un communiqué notant que cette période connait un ensemble de pratiques nuisibles à l’environnement et une augmentation des quantités de déchets produits. La nouveauté de la campagne de cette année est qu’elle met l’accent sur la préservation des peaux afin de pouvoir les récupérer et les valoriser dans l’industrie du cuir, ajoute la même source, rappelant que 85 % des peaux sont dégradées et ne peuvent être valorisées, ce qui engendre pour le secteur du cuir une perte de près 7 milliards de centimes annuellement.

Akhbar Al Yaoum :

• Peu de jour après la visite effectué par le ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale, Nasser Bourita, dans plusieurs pays d’Amérique du Sud, le conseil de gouvernement examinerait trois projets de loi portant ratification de trois nouvelles conventions conclues avec le Brésil, se rapportant au transfèrement des personnes condamnées et à la coopération en matière d’investissements et de défense.

• Alors que la crise des étudiants en médecine semblait se dissiper suite à la constitution d’une commission ministérielle, aucun compromis n’a été établi à ce jour. Si « ce blocage » perdure, nous serons contraints de boycotter des examens de la session de rattrapage, indique une source de la Coordination nationale des étudiants en médecine. Les étudiants jugent impératif d’examiner les points de discorde, notamment les concours du résidanat, avant de trouver un consensus, poursuit la même source, notant qu’une décision serait prise dans ce sens dans les mois qui viennent, car la commission ministérielle poursuivra ses travaux jusqu’à fin décembre 2019.

Bayane Al Yaoum : • Les travaux de construction du pavillon marocain sur le site de l’exposition internationale « Expo 2020 Dubaï », ont été lancés, dimanche, sur le site du Salon situé dans la localité de Jebel Ali. Première Exposition Universelle organisée au Moyen-Orient, cette « célébration de l’ingéniosité humaine » qui se tiendra du 20 octobre 2020 au 10 avril 2021 autour du thème « Connecter les Esprits, Construire le Futur » sera déclinée autour de trois sous-thèmes, « Mobilité, Durabilité et Opportunité », mettant en avant des problématiques auxquelles les pays participants seront invités à réfléchir pour penser ensemble les modèles de développement de demain. Erigé sur une parcelle d’une superficie de près de 1.500 m² au sein du district « Opportunité », le Pavillon marocain véhiculera l’image d’un Maroc « riche de talents, source d’inspiration et terre d’opportunités ». L’architecture du Pavillon combine modernité et tradition avec un bâtiment qui, tout en étant à l’avant-garde des techniques de construction, s’inspire des méthodes ancestrales de construction en terre à l’instar de certains villages marocains. • Le ministre de l’aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville, Abdelahad Fassi Fehri a affirmé que le programme de son ministère en matière de mise à niveau urbaine, d’offre d’habitat, d’appui aux quartiers sous-équipés et de lutte contre l’habitat insalubre, coûte depuis 2008 et jusqu’à l’heure actuelle 1,5 milliard de DH. Dans ce sens, le ministre a insisté sur la nécessité de consolider la coordination entre les différents intervenants en vue de renforcer la capacité de réalisation sur le terrain et ce, afin de faire face au retard que connait le programme de mise à niveau urbaine de la ville de Dakhla. De son côté, le ministre de l’équipement, du transport, de la logistique et de l’eau, Abdelkader Amara, a fait savoir que son département suit minutieusement et sur le terrain, le projet de la route reliant Tiznit à Dakhla sur une distance de 1.055 km.

Al Massae :

• Peu de jours après avoir affirmé que le gouvernement ne retirerait pas le projet de loi sur la grève, le ministre de l’emploi et de l’insertion professionnelle Mohamed Yatim, fait face à une sorte de « rébellion », non seulement de la part de partis appartenant à l’opposition, mais également des parlementaires de son parti, qui se sont dits opposés à la copie que le gouvernement a déposée à la Chambre des représentants. De fortes oppositions ont éclaté entre les groupes PJD et RNI sur le timing de l’examen de ce projet de loi. Alors que le PJD se dit en faveur d’un ajournement de cet examen afin de circonscrire les implications de la crise de son vote pour le projet de loi relatif à l’enseignement, le RNI préfère que ce projet soit discuté le plus tôt possible, sur fond de profondes divergences de vues qui risquent de mettre au réfrigérateur ce texte, rejeté aussi bien par les syndicats que par le patronat.

• L’annulation de visas que des Marocains ont obtenus pour voyager aux Etats Unis ne veut pas que ces personnes aient été interdites d’entrer dans ce pays, mais signifient simplement qu’elles doivent faire de nouvelles demandes, explique une source officielle de l’ambassade des Etats Unis à Rabat, qui a écarté l’idée de lier cette annulation avec des renseignements des personnes intéressées sur les réseaux sociaux. D’autres sources expliquent que cette annulation est due à la production de documents inexacts ou à une dissimulation de la vraie raison de ce voyage.

Al Ittihad Al Ichtiraki :

• Maroc Telecom a réalisé un Résultat Net ajusté Part du Groupe en hausse de 1,8% au 1er semestre 2019, annonce l’opérateur historique de télécommunications dans un communiqué. Le chiffre d’affaires consolidé a affiché une hausse de 0,8% à change constant, soutenu par la croissance des revenus Data Mobile au Maroc (+19,7%) et dans les filiales (+24,6%). Le Parc global du Groupe s’est renforcé de 3,9% à près de 63 millions de clients, indique la même source qui fait état d’une forte hausse de l’EBITDA de 5,1%, grâce à l’optimisation des coûts.

• Bank Al Maghrib a affirmé avoir reçu 800 plaintes des citoyens contre des établissements bancaires en 2018, soit une hausse de 30,5% par rapport à 2017. La majorité de ces plaintes étaient en faveur des clients, soit 72%, alors que 28% étaient en faveur des établissements bancaires. Selon la directrice de la supervision bancaire à Bank Al-Maghrib, Hiba Zahoui, qui présentait le rapport annuel de Bank Al-Maghri sur la supervision bancaire, 39% de ces plaintes se rapportaient aux comptes bancaires, dont le problème de la clôture de comptes, alors que 30% étaient relatives aux conditions que les banques imposaient lors de l’octroi des crédits.

Rissalat Al Oumma :

• Le Secrétaire d’État chargé de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Khalid Samadi a affirmé que le débat déclenché sur le projet de loi sur l’enseignement, que vient d’adopter la commission de l’enseignement à la Chambre des représentants, est « salutaire » et tout à fait normal. Ce débat peut même être qualifié d’un moment historique qui exige de toutes les parties prenantes de se mobiliser pour le faire aboutir, a-t-il jugé. Il a également souligné que les groupes parlementaires ont voté à l’unanimité la suppression de l’article 48, qui prévoyait le paiement des droits de scolarité au secondaire.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.