A l’issue de ses réunions avec la commission interministérielle chargée de trouver une issue à la crise des étudiants médecins, la coordination nationale de ces derniers a réaffirmé la poursuite du boycott jusqu’à ce que des solutions pratiques et concrètes soient trouvées à leurs revendications.

En ce qui concerne les conséquences des formes de leurs actions de protestation depuis plus de quatre mois, la coordination a souligné que les étudiants en médecine et en pharmacie ont fait preuve de sagesse face aux diverses accusations et menaces proférées à leur encontre au cours des derniers mois, en ce sens qu’ils ont rencontré les divers organismes officiels et associatifs de défense des droits de l’homme afin qu’ils interviennent pour mettre fin aux dépassements dont ils ont fait l’objet.

Dans un communiqué posté mardi sur sa page Facebook, la coordination des étudiants  a réaffirmé sa volonté « d’engager un dialogue sérieux avec toutes les composantes du gouvernement afin de trouver une solution garantissant les droits, consacrant les acquis de l’université publique et améliorant le niveau des études au Maroc ».

La coordination, qui a souhaité la réussite des élèves aux concours d’accès aux facultés  de médecine, de pharmacie et de dentisterie, espère que ces derniers contribueront à la poursuite de ces luttes, soulignant son attachement à la résolution de toutes les questions justes et légitimes contenues dans leur cahier revendicatif en tant que préalable à une réforme globale du système des formations médicales ».

+ Des solutions concrètes répondant aux aspirations légitimes des étudiants +

La Coordination entend ainsi tenir une assemblée générale nationale lundi prochain, en plus de contacts avec diverses organisations syndicales et partisanes, appelant le gouvernement à proposer des solutions concrètes répondant aux aspirations légitimes des étudiants.

Un membre de la coordination nationale des étudiants a souligné qu ‘ »il y a eu des progrès dans les tentatives de la commission interministérielle, mais qu’à ce jour, il n’y a pas eu de solution définitive à la crise », notant que « la commission discute de la réforme globale du système de formation médicale au Maroc alors que l’objectif est de trouver une solution urgente à la crise des étudiants en médecine « .

En ce qui concerne les menaces faites aux étudiants, la même source a confirmé à Hespress que certains d’entre eux ont fait l’objet « indirectement de menaces de la part d’agents auxiliaires des autorités qui ont tenté de les forcer à mettre fin au boycott et à reprendre les cours, en plus de leur empêchement de recevoir des documents de l’administration de la faculté ».

La même source a précisé que l’objectif de la tenue des assemblées générales est de faire le point sur la situation, d’informer l’opinion publique sur les développements les plus importants du dossier et de répondre aux questions des étudiants, soulignant l’urgence de trouver des solutions à leurs revendications afin qu’ils puissent reprendre les cours et « sauver ce qui pourrait encore l’être ».

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.