Le Tracteur s’enlise dans les sables mouvants de la discorde. Et pour cause 13 membres ont décidé de boycotter la prochaine réunion du bureau politique du Parti authenticité et modernité (PAM) convoquée pour le 16 du mois en cours  par le secrétaire général du parti, Hakim Benchamach.

Dans un communiqué parvenu à Article19.ma, les 13 membres du bureau politique soulignent « l’incapacité du Secrétaire général à gérer la crise organisationnelle que connaît le parti » alors que le Secrétariat général, selon eux, est censée rassembler, veiller aux questions organisationnelles et politiques du parti, prendre des décisions fondées sur la participation des autres instances, préserver l’esprit de l’unité du parti et prendre la même distance vis-à-vis de toutes les sensibilités au sein du parti.

Ils expriment également leur rejet des « décisions unilatérales » prise par le Secrétaire général sans l’assentiment du bureau politique depuis la dernière réunion du  20 mai 2019, dans lesquelles il a considéré comme étant nuls les résultats de la première réunion de la commission préparatoire du quatrième congrès national et les pressions qui s’en sont suivies sur la présidence de la commission d’arbitrage et d’éthique ainsi que la décision unilatérale de revenir sur l’accord du 5 janvier 2019.

+ Fatima-Zahra à la tête des refuzniks +

Les signataires du communiqué déclarent qu’ils ne cautionneront pas les décisions du Secrétaire général concernant la commission préparatoire du congrès, le secrétaire général par intérim et le président du bureau fédéral ainsi que les secrétaires et coordonnateurs régionaux du parti.

Ils soulignent aussi leur refus de « la logique de la gestion des différends internes du parti par le biais de messages ouverts, à la fois de l’intérieur et de l’extérieur du pays », en portant atteinte aux  militants du parti et à ses fondateurs, ainsi que la mobilisation de certains membres du parti pour mener des campagnes sur internet dont le but ne pourrait que nuire à ce qui reste de la cohésion et de l’unité du parti.

Ils dénoncent également la manière avec laquelle ont été traitées la présidence du Conseil national du parti et ses décisions, une manière qui a consacré, selon eux, la logique des attaques destructrices au lieu de la coordination constructive et de la coopération entre les instances du parti.

Les 13 membres déclarent refuser de participer à la réunion du bureau politique dans une atmosphère caractérisée par des comportements inacceptables, en contradiction avec les principes du parti, avec son discours, et avec les dispositions les plus élémentaires du Code du travail à travers une campagne de licenciement de certains employés de la Fondation du PAM selon une logique de vengeance dans le but d’exercer des pressions matérielles sur ces salariés et sur leurs familles.

Les signataires du communiqué assurent, enfin, qu’à travers cette position ils aspirent au retour à la raison et à la sagesse dans la gestion des affaires du parti qui débouche sur le retrait de toutes les décisions unilatérales, aboutisse à l’apaisement de l’atmosphère et permettra à tous les membres de la commission préparatoire de travailler dans un esprit d’unité et de veiller à la position du parti sur la scène politique de façon à tourner la page des différends en posant  les fondements de la démocratie interne et du respect les règles et des instances du parti, loin de tout esprit d’accaparement des décisions et des accusations gratuites à l’encontre de tout membre ayant un avis différent.

A signaler que le communiqué porte les signatures de  Fatima Zahra Mansouri, Mohamed Hammouti,Said Seddiki, Najwa Koukous, Ahmed Khchichen, Cheikh Ahmado Dabda, Salah Eddine Abou Ghali, Mohamed Solouh, Ahmed Idrissi, Abdellatif Ouahbi, Adil Barakat, Jamal Makmani et Ahmed Salek.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.