La plateforme nationale « Maroc Université Numérique » (MUN), dédiée à des cours en ligne ouverts et massifs (MOOC), a été lancée vendredi à Rabat.

Développée en partenariat entre le ministère de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique et le Groupement français d’intérêt public « GIP FUN-MOOC », cette plateforme, première en son genre au Maroc et en Afrique, vise aussi à développer des cours en ligne privés à petits groupes (SPOC) et à promouvoir la coopération entre les universités marocaines et françaises en matière de formation à distance commune, adaptée aux spécificités de l’enseignement supérieur au Maroc.

La plateforme propose des contenus dans des domaines variés: l’éducation et la formation, les sciences de l’ingénieur, l’informatique, l’économie et finances, les sciences fondamentales, la santé, les langues, le management et l’entreprenariat, l’environnement, les sciences humaines et le droit.

Le projet s’inscrit dans le cadre des efforts déployés pour généraliser l’usage des technologies de l’information dans l’enseignement supérieur et partant, relever certains défis liés notamment à la massification dans les universités, à la qualité des formations et à l’insertion professionnelle des jeunes diplômés.

Le ministre de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Said Amzazi, qui coprésidait la cérémonie officielle du lancement de cette plateforme avec son homologue française, a indiqué que cette plateforme, fruit d’une solide collaboration maroco-française, propose un « contenu de qualité » qui sera continuellement consolidé en faveur de la communauté francophone au Maroc, voire en Afrique, précisant qu’il s’agit d’un moyen de favoriser un apprentissage innovant qui passe forcément par le digital.

« C’est un projet national à même de contribuer à contenir la massification au sein des universités marocaines qui accueillent chaque année 250.000 nouveaux bacheliers », a-t-il dit, faisant savoir que d’autres projets seront menés pour doter les campus universitaires de technologies d’information de qualité, particulièrement en termes d’accès à internet.

Dans une déclaration à la MAP, le ministre a affirmé que le projet MUN a démarré en 2017 à travers un appel d’offres qui a concerné toutes les universités, pour 49 projets retenus. L’objectif principal est de permettre aux universités marocaines de surmonter certaines problématiques, à travers une pédagogie moderne offrant aux étudiants la possibilité d’acquérir de nouvelles compétences et de mieux préparer leur intégration du marché de l’emploi, a-t-il expliqué.

De son côté, la ministre française de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, Frédérique Vidal, a relevé que « Maroc Université Numérique », qui est un exemple de plus de la coopération entre le Maroc et la France, est de nature à amener davantage de personnes dans des situations particulières à suivre des cours de qualité, comme les personnes en situation de handicap ou vivant loin des villes.

Cette plateforme permet aussi de rendre les cursus universitaires plus modulaires et plus adaptés aux profils des étudiants, tout en contribuant à repenser profondément la pédagogie universitaire, selon des approches de pédagogies inversées ou par compétence, a-t-elle poursuivi.

« Il s’agit également d’un outil de formation continue permettant à tout un chacun d’obtenir un diplôme, d’opérer des reconversions professionnelles pour les personnes en situation de handicap ou encore de consolider leurs connaissances », a estimé Mme Frédérique Vidal.

La ministre française effectue une visite de travail au Maroc, accompagnée d’une délégation académique de haut niveau, dans le cadre du renforcement des relations de coopération dans les domaines de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

La cérémonie de lancement officiel de MUN s’est déroulée en présence notamment du Secrétaire d’État chargé de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Khalid Samadi, de l’ambassadeur de la République française à Rabat, Jean François Girault, de la Directrice du GIP FUN-MOOC, Catherine Mongenet, du Directeur de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Mohamed Tahiri et de présidents d’universités des deux pays.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.