Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce vendredi :

Le Matin :

• Des représentants des ministères et institutions internationales ont mis en exergue, jeudi à Rabat, les réalisations et les résultats de la mise en oeuvre de la Loi organique relative à la loi de Finances (LOF), dans le cadre de la clôture du contrat de jumelage institutionnel de l »Appui à la mise en œuvre de la LOF ». Les participants au séminaire de clôture de ce jumelage, ont également tracé un premier bilan faisant ressortir les principaux enseignements de la mise en oeuvre de la LOF, en vue de capitaliser les acquis et de réfléchir sur les perspectives et les actions à entreprendre pour améliorer le processus de sa mise en oeuvre. Ils ont, de même, formulé des recommandations pour la pérennisation des acquis du contrat de jumelage, qui a appuyé pendant 5 ans, la réforme de la LOF, à travers l’expertise publique et l’assistance technique de l’agence « Expertise France » au profit du ministère de l’Economie et des Finances.

• Le Conseil de gouvernement, réuni jeudi, sous la présidence du Chef de gouvernement Saad Dine El Otmani a adopté le décret 2-19-328 portant application du décret-loi 18781 relatif à la création de la Caisse marocaine de l’assurance maladie. Selon un communiqué du ministère en charge des Relations avec le Parlement et de la société civile, le texte en question stipule que la Caisse est placée sous la tutelle de l’autorité gouvernementale en charge de l’emploi, tout en prenant en considération les prérogatives accordées au ministère de l’Economie et des finances. Le texte adopté par l’Exécutif souligne également que le conseil d’administration de ladite Caisse sera présidé par le Chef du gouvernement ou par l’autorité gouvernementale qu’il nomme a cet effet.

Aujourd’hui le Maroc :

• « Les banques centrales de par l’autonomie dont elles jouissent peuvent jouer un rôle important dans le développement de la recherche et exercer un effet d’entraînement sur son écosystème ». Cette recommandation a été faite par Abdellatif Jouahri, wali de Bank Al-Maghrib, lors de l’ouverture, jeudi à Rabat, du Congrès africain de l’Econometric Society. Jouahri a, dans ce sens, souligné la nécessité d’investir dans la recherche et l’innovation. Une orientation qui pourrait assurer la croissance rapide et soutenable dont l’Afrique a besoin en vue de répondre aux aspirations de la population en général et de la jeunesse en particulier. « C’est aussi l’unique option pour éviter que la fracture avec les pays avancés ne se creuse davantage », a-t-il assuré.

• 26,3 milliards de dirhams est le montant global des investissements de l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) sur la période 2016- 2018. Ce chiffre dévoilé, lors de la 3ème session du conseil d’administration de l’Office tenue mercredi à Rabat, a permis de maintenir le niveau des services, d’alimenter de manière permanente et normale toutes les villes en électricité et en eau potable, d’assurer l’épuration des eaux usées, d’augmenter l’approvisionnement de ces deux substances vitales dans le monde rural à 99,64% pour l’électricité et 97% pour l’eau, ainsi que la contribution notable de l’ONEE à la mise en oeuvre du programme national d’assainissement liquide. Le conseil était une occasion d’approuver le plan d’équipement de l’établissement au titre de 2019-2023.

L’Economiste :

• Les bonnes nouvelles se multiplient pour les habitants de la province de Jerada. Après l’ouverture d’une première usine dans la nouvelle Zone Industrielle (ZI) qui a créé 1.200 emplois, six autres unités viennent d’entamer leurs travaux de constructions. Trois sont situées dans la ZI de Jerada et trois autres dans celle de Guenfouda. Elles sont spécialisées dans le textile, l’agrobusiness, l’informatique, le traitement des déchets médicaux, et le recyclage de carton. Ces projets comptent générer 1.400 emplois et nécessiteront 62 millions de DH pour leur réalisation (dont 9 MDH de contribution du fonds d’appui aux porteurs de projets). Au total 26 unités industrielles sont sélectionnées pour assurer la reconversion économique de la province de Jerada.

• Le marché de la santé fait bonne recette. Tout le gotha des laboratoires, de l’industrie pharmaceutique, distributeurs et pharmaciens étaient présents à la conférence de la Chambre britannique du commerce. Et pour cause ! Le thème est d’actualité brûlante et l’enjeu est de taille : un marché de plus de 2 milliards de DH par an. A elle seule, éla commande annuelle du secteur public est estimée à 1,3 milliard de DHé, révèle Mahjoub Ahdi, chef de la division de l’approvisionnement pharmaceutique du ministère de la Santé. Le médicament est devenu une problématique majeure ces dernières années au Maroc, suscitant parfois des débats houleux touchant les prix, le taux de pénétration du générique, la disponibilité des médicaments dans le secteur public et la rationalisation de leur gestion.

L’Opinion :

• Le Conseil Supérieur de l’Education, de la Formation et de la Recherche Scientifique (CSEFRS) vient de tenir à Rabat sa 17ème session. Une dernière du premier mandat du Conseil, qui s’est étalé sur une durée de 5 ans, de juillet 2014 à juillet 2019. A l’ouverture de cette session, Omar Azziman, président du CSEFRS, a souligné que cette session »se démarque des sessions antérieures car elle vient couronner cinq années de travail collectif assidu et fructueux ». Le Président du CSEFRS a relevé par ailleurs que le Conseil a contribué à asseoir, très largement, l’idée que la réforme profonde du système éducatif « constitue un impératif politique, socio-économique, culturel, éthique et religieux, autour duquel un large consensus s’est formé ; et qui ne laisse place à aucune hésitation comme il ne tolère aucun retard, même s’il se heurte, ici et là, à des vents contraires et à des résistances adverses, ouvertes ou masquées ».

• L’amélioration des conditions de détention exige une harmonisation complète du système juridique national régissant les questions carcérales et pénales avec les normes internationales en la matière, a recommandé l’Observatoire marocain des prisons (OMP). Dans son rapport annuel 2018 sur la situation des établissements pénitentiaires et des détenus au Maroc, présenté par son président Abdellatif Rafoua, l’OMP appelle à la mise en œuvre des nouvelles dispositions de la loi n°23-98 régissant les établissements pénitentiaires, compte tenu des propositions formulées par les organisations de la société civile de défense des droits humains. L’Observatoire plaide aussi en faveur d’une réforme de l’arsenal juridique pénal relatif aux droits des détenus, insistant sur l’impératif de revoir de manière radicale les prérogatives et la composition des commissions préfectorales instituées en vertu des articles 620 et 621 du Code de procédure pénale.

Libération :

• L’Agence marocaine pour l’énergie durable (Masen) vient de lancer un appel à pré-qualification (RfQ) relatif à la deuxième centrale du complexe solaire Noor Midelt (Noor Midelt II). Cet appel de pré- qualification, qui s’inscrit dans le cadre du développement du complexe solaire Noor Midelt, et après l’adjudication de la centrale Noor Midelt I, constitue la première étape du processus de sélection du partenaire privé en charge de la conception, du financement, de la construction, de l’exploitation et de la maintenance d’une centrale solaire avec stockage, indique un communiqué de Masen. Et d’ajouter que Noor Midelt II mettra en compétition l’ensemble des technologies solaires avec stockage mature, notamment le Photovoltaïque (PV) et le Solaire Thermodynamique (CSP) associés aux différentes technologies de stockage thermique ou batterie, dans le but d’assurer une puissance stable injectée dans le réseau de 190 MW pendant les heures de pointe et 230 MW en journée, environ.

• L’entrée en vigueur de la convention sur la lutte contre les vecteurs de maladies, les nuisibles et la capture des animaux errants constitue une nouvelle étape dans le renforcement des services publics vitaux dans la capitale économique et, partant, l’amélioration du cadre de vie des habitants, a affirmé le Wali de la région de Casablanca-Settat, gouverneur de la préfecture de Casablanca, Said Ahmidouch. La convention, entérinée par la commune urbaine et la société de développement local Casablanca Baia (SDL) vient s’ajouter aux nouveaux contrats de gestion déléguée de la propreté urbaine et des déchets ménagers pour marquer un tournant dans le processus de création d’un modèle complémentaire et intégré en matière d’hygiène et de protection de l’environnement, a souligné Ahmidouch, dans une allocution lue en son nom par le gouverneur de la préfecture des arrondissements Ain Sebaa-Hay Mohammadi, Hassan Benkheyi, au cours de la cérémonie de lancement desdites prestations.

Al Bayane :

• La juge marocaine Jamila Sedqi a prêté mercredi serment devant la Commission de l’Union africaine à Addis-Abeba, en tant que nouveau magistrat au Tribunal administratif de l’Union africaine. Jamila Sedqi a été nommée pour un mandat de quatre ans en tant que juge au tribunal administratif aux côtés de deux autres magistrats, à savoir Sylvester Mainga de la Namibie et Paulo Comoane du Mozambique. La candidature marocaine à ce poste avait été entérinée lors du 32è sommet de l’Union africaine tenu en février dernier à Addis-Abeba. Avocat Général près de la Cour de Cassation du Maroc et Magistrat de Liaison, Conseillère Juridique au sein de la Mission du Royaume auprès de l’Union Européenne, Jamila Sedqi devient ainsi la première femme marocaine à occuper le poste de juge au tribunal administratif de l’Union africaine.

• La 16ème édition du festival international « Maroc Hikayate » rend hommage au patrimoine culturel immatériel, notamment le patrimoine oral féminin, objet de différentes recherches académiques, a souligné la directrice du festival, Najima Thay Thay. Cette édition, organisée du 1er au 13 juillet, se veut une occasion de mettre en exergue le rôle de la conteuse qui a inspiré plusieurs générations et de rendre vie au patrimoine oral et au conte populaire ou la « halqa », en tant que trésor immatériel qu’il faut préserver et valoriser, a indiqué Thay Thay lors d’une conférence de presse dédiée à la présentation du festival. Cet événement culturel veut redorer l’image des places publiques et les meubler de nouveau par « chioukh laklam » (les maîtres de la parole), une école populaire qui contribue à inculquer les principes et valeurs représentant tous les Marocains et traduisant leur sentiment d’appartenance, a-t-elle ajouté.

Al Ahdat Al Maghribia :

• En guise de protestation, les agences et bureaux d’assurance comptent fermer boutique lundi prochain. Cette mesure fait suite à l’appel adressé, par l’association des courtiers et agents d’assurance au Maroc, aux professionnels du secteur. L’association a saisi le Conseil de la concurrence pour dénoncer la concurrence déloyale d’une banque qui souscrit des contrats d’assurance exclusifs avec une société d’assurance et de réassurance. Les courtiers dénoncent également, le faible pourcentage de la commission et l’absence d’un cadre légal qui réglemente la profession.

• Les 23 recommandations élaborées par les députés de la Commission de contrôle des finances publiques de la Chambre des représentants ont été acceptées par Abdellatif Zaghnoun, directeur général de la CDG et Mohamed Benchaâboun, ministre de l’Économie et des Finances. Le but est d’encourager à aller vers l’amélioration de la gouvernance de ce groupe public. Ces recommandations portent notamment sur la gouvernance, la stratégie et le pilotage, la création des filiales et les prises de participation, la gestion financière et les investissements. A l’instar de la Cour des comptes, les députés recommandent la révision du cadre légal et institutionnel de la CDG, en vue de se conformer aux meilleures pratiques de la gestion moderne des entreprises.

Akhbar Al Yaoum :

• Des consultations autour de la réforme globale du régime de retraite ont été entamées depuis mars dernier entre les caisses de retraite et des départements ministériels, a indiqué, à Rabat, le Chef du gouvernement, Saâd Dine El Otmani. Aujourd’hui, une étude est menée en la matière par les quatre caisses de retraites concernées par la réforme des régimes de retraite, ainsi que les départements gouvernementaux concernés, en vue de déterminer les méthodologies de la mise en œuvre de la réforme globale basée sur le système de polarisation (public et privé), a souligné El Otmani. Dans cette lignée, il a précisé que le nombre de retraités déclarés a atteint environ 1.805.224 personnes au titre de l’exercice 2018, pour un montant global des retraites brutes dépassant 58 MMDH, ajoutant que la Caisse marocaine des retraites (CRM) et la caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) représentent plus de 81,8% du quota total de retraités déclarés, contre 10,3% pour la Caisse interprofessionnelle marocaine de retraite (CIMR) et 6,9% pour le Régime collectif d’allocation de retraite (RCAR).

• La Chambre des conseillers a approuvé un projet de loi relatif au code des assurances et introduisant le Takaful sur le marché marocain. Ce projet de loi entrera en vigueur dès publication au Bulletin officiel. Un sujet qui suscite toujours l’intérêt des acteurs économique et financiers ainsi que les clients des banques participatives qui ont démarré au Maroc en 2017. Auparavant, les clients des banques participatives étaient contraints de conclure des contrats de crédit sans souscrire à une assurance. Grace à Takaful les banques participatives et leurs clients seront en mesure de couvrir leurs encours de financements puis d’ouvrir le marché aux investisseurs dans des secteurs comme l’immobilier et l’automobile.

Bayane Al Yaoum :

• Le Chef du gouvernement, Saâd Dine El Otmani a insisté sur l’importance primordiale des secteurs supervisés par l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE), ainsi que sur la Haute sollicitude que leur accorde SM le Roi Mohammed VI, mettant en avant leur impact direct sur le vécu quotidien de la population et leur rôle majeur dans l’amélioration de la compétitivité de l’économie nationale. El Otmani, qui présidait la 3è session du Conseil d’administration de l’ONEE, a souligné que cette réunion a été consacrée au bilan des réalisations de l’Office au terme du premier contrat programme (2014-2017) l’ayant lié à l’Etat, ainsi qu’à l’exploration des perspectives de travail en vue d’élaborer un deuxième contrat-programme. A cette occasion, il a salué les efforts d’investissement de l’Office, qui se chiffrent à environ 26.3 milliards de dirhams lors de la période (2016-2018).

• Le ministère de la Santé a lancé un programme de renforcement du mécanisme d’intégrité et de transparence dans les prestations de santé et les relations avec les usagers. Ce programme se décline en une série de mesures à prendre au niveau des différents établissements de santé en vue de diffuser et de consolider la culture de la probité et de la lutte contre toutes les formes de corruption portant préjudice aux efforts déployés par les professionnels du secteur. A cette occasion, Doukkali a indiqué que le plan de santé 2025 place en tête de ses priorités l’amélioration des services de santé, dans le cadre d’une vision fondée sur les principes et les valeurs de pérennité et de proximité, de responsabilité et de reddition des comptes, de solidarité et d’entraide, d’égalité dans l’accès à des prestations médicales efficaces et de qualité.

Al Alam :

• Un total de six millions de têtes sont identifiées et trente souks supplémentaires dédiés à la vente des ovins et caprins mis en place à ce jour dans le cadre des préparatifs de la fête du sacrifice, indique l’Office national de la sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA). Cette année, environ 8 millions d’ovins et de caprins devraient être identifiés suite à l’adhésion massive des éleveurs-engraisseurs à l’opération de l’enregistrement destinée pour Aid Al Adha, précise l’ONSSA dans son communiqué publié suite à une réunion qui s’est tenue sous la présidence de Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural, de l’eau et des forêts. A ce jour, 6 millions de têtes ont été identifiées et plus de 223.000 éleveurs engraisseurs enregistrés, soit une augmentation de 62% par rapport à l’année dernière, l’opération de l’identification des ovins et des caprins devant s’achever vers la fin du mois de juillet courant.

• La violence psychologique est la plus fréquente dans le milieu conjugal et représente 96,5% des formes de violence, a indiqué, mercredi à Rabat, la ministre de la Famille, de la Solidarité, de l’Egalité et du Développement social, Bassima Hakkaoui. La violence sous toutes ses formes est liée au système de valeurs de la société et à la perception de la relation entre hommes et femmes, a précisé Hakkaoui, notant que l’objectif est de déterminer la prévalence de la violence à l’égard des femmes au niveau national, suivant les formes de violence prévues par la loi n°103.13 sur la lutte contre la violence à l’égard des femmes, ainsi que leur prévalence en fonction du contexte ou elles se produisent, ajoutant que la violence psychologique est la plus fréquente, représentant 49,1% des formes de violence subie par les femmes.

Al Massae :

• Alors que le dossier des carburants est toujours en suspens au niveau du département du Chef du gouvernement, le Conseil de la concurrence va commencer à exercer ses prérogatives prévues par la loi régissant le Conseil et la loi sur la liberté des prix et la concurrence. Des sources bien informées ont révélé que le Conseil entamerait ses investigations pour vérifier dans quelle mesure les entreprises opérant dans le secteur respectent les règles de la concurrence. « La loi autorise le Conseil de la concurrence à intervenir pour sanctionner toute pratique illégale. L’institution exercera donc ses prérogatives dans les différents domaines, aussi bien en matière d’hydrocarbures que de tout autre secteur », selon une source d’Al Massae.

• Le Haut-commissaire au Plan (HCP), Ahmed Lahlimi Alami, a annoncé que le taux de croissance de l’économie au Maroc devrait s’établir à 2,7% cette année, au lieu de 3% en 2018. Lors d’une conférence de presse dédiée à la présentation de la situation économique nationale en 2019 et ses perspectives en 2020, Lahlimi a expliqué que ce ralentissement est dû à la baisse de 2,1% de la valeur ajoutée du secteur primaire, ce qui contribuera de manière négative à la croissance du PIB avec -0,3 points en 2019, au lieu de sa contribution positive de 0,3 points au cours de l’année dernière. Les activités non agricoles devraient s’améliorer légèrement, passant de 2,8% en 2018 à 3,2%, a-t-il précisé.

Al Ittihad Al Ichtiraki :

• Les relations entre le Maroc et l’Union européenne (UE) sont désormais placées sous le signe d’un partenariat euro-marocain pour une prospérité partagée qui implique un changement de paradigme fondé sur l’égalité, a affirmé le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita dans une interview publiée, mercredi, sur le site d’information européen « Euractiv ». Bourita revient dans cet entretien sur les enjeux de ce partenariat lancé à l’occasion de la 14ème session du Conseil d’Association Maroc-UE, le 27 juin dernier à Bruxelles, sanctionnée par une Déclaration politique conjointe qui constitue, a-t-il dit,  » un véritable jalon  » pour une relation Maroc-UE renouvelée. « La déclaration a jeté les bases d’une relation renouvelée. Nous avons convenu de renforcer une nouvelle dynamique dans notre relation déjà stratégique, multidimensionnelle et privilégiée », a indiqué le ministre, précisant que le texte insiste sur  » l’importance de la mise en place d’un partenariat d’égal à égal au service des intérêts mutuels ».

• Le président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire et Premier président de la Cour de cassation, Mustapha Fares a souligné mardi l’intérêt que porte le Maroc à l’expérience pionnière du Centre d’arbitrage international de Singapour, compte tenu du leadership économique du la cité-Etat en tant que hub international des affaires, à travers la participation du Royaume aux travaux de cet organisme de manière à lui permettre de s’enquérir de près de son fonctionnement. Lors de ses entretiens avec le président du Centre, Kevin Nash, Fares a indiqué que le Centre constitue un modèle avancé de résolution des litiges économiques et commerciaux entre l’État et les investisseurs et d’adoption des technologies de l’information dans la gestion de ces questions, exprimant son intérêt pour le transfert de l’expérience de Singapour dans l’arbitrage international relatif aux litiges commerciaux aux tribunaux marocains pour en bénéficier et ce dans le cadre des grands chantiers lancés par le Maroc, en particulier la réforme du système judiciaire et la mise en œuvre d’un nouveau modèle économique.

Rissalat Al Oumma :

• Le ministre du Tourisme, du Transport aérien, de l’Artisanat et de l’Economie sociale, Mohamed Sajid, a exprimé, mercredi à Paris, à l’ouverture du Sommet Pact for Impact qui doit lancer une Alliance mondiale autour de l’Économie Sociale et Solidaire et l’Économie Inclusive, la pleine adhésion du Royaume à cette Alliance inédite. « Le Maroc est le premier à applaudir et à adhérer à cette alliance mondiale autour de l’Économie Sociale et Solidaire (ESS) et l’Économie Inclusive », a affirmé le ministre, lors de la cérémonie d’ouverture de ce Sommet, en présence de délégations gouvernementales d’une cinquantaine de pays, de représentants d’organisations et d’institutions internationales et d’acteurs de l’ESS et de la société civile. Riche de ses traditions de solidarité et disposant d’un formidable tissu associatif qui œuvre au développement territorial du pays, le Maroc est convaincu que l’ESS est un « levier extraordinaire » de son développement, a-t-il ajouté.

• Le guide de plaidoirie sur la question de l’intégrité territoriale du Maroc va permettre à la diplomatie parlementaire de se doter d’outils scientifiques pour soutenir la position du Royaume, a indiqué, mercredi à Rabat, le président de la Chambre des conseillers, Hakim Benchamach. Dans une déclaration en marge d’une rencontre dédiée à la présentation de ce guide, sous le thème « La marocanité du Sahara : démonstration par l’histoire et le droit », Benchamach a souligné que ce document vise à confirmer la position du Maroc et à réfuter la thèse séparatiste du « polisario ». Ce guide, réalisé par Mohamed Loulichki, ancien ambassadeur du Maroc à l’ONU, est basé sur des faits historiques, le droit international et le droit international humanitaire, en tenant compte des changements géopolitiques ayant accompagné ce différend artificiel dans les provinces du Sud, a noté Benchamach.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.