La loi du Talion : Œil pour œil… Alors que le procès des accusés du meurtre des deux touristes scandinaves touche presque à sa fin, la mère de la victime danoise Louisa Vesterager Jespersen a appelé, jeudi, les juges à condamner à mort les principaux accusés reconnus dans ce crime odieux.

Dans une lettre lue par son avocat devant le tribunal de Salé chargé des affaires du terrorisme, la mère de Louisa Vesterger a décrit sa fille comme étant une « personne bonne, joyeuse et pleine de rêves, mais qui nous a été arrachée d’une manière odieuse ».

Elle a indiqué qu’elle avait appris la nouvelle de la mort de sa fille dans la nuit du 17 décembre 2018. « Ma fille m’a appelé mais je n’ai pas pu la sauver. Elle était seule face à des monstres humains ». Et d’interroger les juger: « Imaginez si cela était arrivé à vos enfants, ne soyez pas cléments avec ces horribles tueurs, exécutez la peine de mort à l’endroit de ces criminels ».

Interrogé par un reporter d’Article19.ma, suite à son intervention devant la cour jeudi matin, Me Abdellatif Ouahbi, avocat de l’État marocain affirme que le Maroc a cessé d’exécuter les sentences de la peine capitale depuis 1993.

« Je pense plutôt que les condamnés à mort passeront le reste de leur vie à l’ombre… dans la détresse, le regret et la tristesse ».

La mère de la victime danoise a également exprimé sa grande douleur morale à la suite de cet assassinat qui a bouleversé sa vie, soulignant que Louisa était toute dans sa vie et qu’elle ne supporte pas sa disparition.

« J’ai entendu les cris de ma fille et ses gémissements alors qu’elle me parlait difficilement: maman, sauves moi… je fais face à la mort », a-t-elle encore dit dans sa lettre.

La mère de la victime a, en outre, loué l’action des services sécuritaires marocains, qui travaillent avec dévouement et professionnalisme pour protéger les touristes étrangers, affirmant qu’elle n’a aucun problème avec l’Etat marocain.

Pour sa part, l’avocat de la victime danoise a indiqué que la peine de mort réclamée par la mère de la victime a été abolie dans les pays scandinaves mais qu’il s’agit d’une demande officielle de la mère de la victime qui insiste sur l’application de cette peine.

Portant des djellabas légers, les principaux mis en cause Abdessamad Joud, 25 ans, cerveau et émir de la cellule, Younes Ouziad, 27 ans, et de Rachid Afati, 33 ans, avaient pris place, lors de l’audience, au premier rang des 24 accusés alors que le Suisse Kevin Zoller Kervos était assis à côté d’un interprète pour pouvoir suivre les détails du procès.

Les 24 accusés, dont l’hispano-suisse, sont notamment poursuivis pour “apologie du terrorisme”, “atteinte à la vie de personnes avec préméditation” et “constitution d’une bande pour préparer et commettre des actes terroristes”.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.