Phénomène incontrôlable ou presque. La récente campagne de colère sur les réseaux sociaux concernant « l’anarchie des prix » des parkings a poussé les services de la ville de Casablanca, qui a fixé les tarifs de stationnement dans les différentes zones de la capitale économique, à appeler les citoyens à les informer de tout abus tarifaire dans ce domaine.

« Nous disposons de deux types de places de stationnement, dont un est géré par la société de développement local « , a indiqué sur sa page Facebook Mohamed Abou Rahim, vice-président du conseil de la ville chargé du transport et de la circulation ».

Il a ajouté que « le premier type concerne les quartiers des roches noires, Anfa, Maarif et Sidi Belyout où le prix a été fixé à deux dirhams l’heure de stationnement alors que le second type intéresse les garages et les parkings qui existent partout à Casablanca et où le tarif a été fixé à 3 dirhams et ce par rapport à la taxe votée par le conseil ».

Le responsable, dont les propos ont été relayés par le site arabophone Hespress, a souligné que « le prix de trois dirhams s’applique aux citoyens qui possèdent des voitures ordinaires, quelle que soit la durée du stationnement, cinq dirhams pour les bus et deux dirhams pour les motocyclettes, un prix qui peut doubler la nuit », ajoutant que le conseil de la ville a mis en place des panneaux indiquant aux citoyens les prix mentionnés. Et d’appeler les citoyens à « signaler toute infraction qui pourrait avoir lieu en cette matière ».

Les différends entre les automobilistes et les gardiens de voitures éclatent souvent entre les deux parties à cause des prix demandés par ces derniers et certaines pratiques d’incivilité notamment le déplacement des bennes à ordures des endroits prévus à cet effet et qu’ils mettent sur le trottoirs, dans les allées ou à proximité des bâtiments pour gagner un espace de stationnement supplémentaire.

Les automobilistes, dans la zone touristique d’Ain Diab, sont souvent obligés par les gardiens à payer dix dirhams pour le stationnement de leurs voitures à un moment où le conseil de la ville l’a fixé à trois dirhams, à deux dirhams pour les vélos et motocyclettes et à cinq dirhams pour les camions, et le double de ces tarifs la nuit et ce qu’elle que soit la durée du stationnement.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.