Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce jeudi :

Le Matin :

• Un mémorandum d’entente a été signé à Singapour entre le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire du Maroc et la Cour suprême de Singapour en vue de renforcer la coopération judiciaire entre les deux pays. L’accord a été paraphé par le président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire et Premier président de la Cour de cassation, Mustapha Fares, et le président de la Cour suprême de Singapour, Sundaresh Menon. S’exprimant à cette occasion, Fares a souligné que le Maroc est engagé dans une dynamique d’accélération de la réforme de la justice en consacrant l’indépendance du pouvoir judiciaire, conformément aux dispositions de la Constitution de 2011.

• Les relations sino-marocaines ont connu un « développement excellent », notamment depuis la visite en 2016 de SM le Roi Mohammed VI en Chine, et le partenariat stratégique établi entre les deux pays a impulsé le développement des relations bilatérales, a affirmé à Rabat le vice-ministre chinois des Affaires étrangères, Chen Xiaodong. Dans une déclaration à la presse à l’issue de ses entretiens avec le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Nasser Bourita, Chen a fait part de sa satisfaction du développement des relations, de la confiance mutuelle et de la coopération entre les deux pays. Les deux parties ont convenu de redoubler d’efforts pour approfondir la coopération entre les deux pays, à travers les diverses plateformes comme le forum sur la coopération sino-africaine, l’initiative de la ceinture et la route et le forum sur la coopération sino-arabe, a-t-il ajouté.

Aujourd’hui le Maroc :

• Lancement officiel de la première Université d’été des jeunes africains au Maroc. Le coup d’envoi a été donné mardi 9 juillet à Oujda. Cet événement constituera pendant 5 jours un espace de vivre-ensemble pour 100 étudiants représentant 26 pays africains frères. L’occasion étant pour ces jeunes d’échanger sur diverses questions afin d’en sortir avec des recommandations et des idées pour le développement de l’Afrique sur le plan économique, culturel et social. Intervenant à cette occasion, le ministre délégué chargé des Marocains résidant à l’étranger (MRE) et de la Migration, Abdelkrim Benatiq, a souligné que plus de 20.000 étudiants étrangers sont inscrits dans les universités marocaines. 16.000 d’entre eux viennent de toutes les contrées africaines.

• Les produits du terroir au service de développement économique et social et à l’auto-emploi dans la région. Tel est le thème principal des dixièmes « Journées de commercialisation des produits du terroir », dont les travaux se tiendront, du 11 au 14 juillet, à Al Hoceima. C’est une meilleure occasion de mettre en avant les potentialités de la région de Tanger-Tétouan-AI Hoceima en matière de produits du terroir. D’autant plus que la perle de la Méditerranée devient en cette période estivale une destination de choix pour les visiteurs nationaux et les Marocains résident à l’étranger, qui manifestent un grand intérêt pour ces produits connus par leurs bienfaits nutritionnels et cosmétiques. Ces dixièmes journées- qui s’inscrivent dans le cadre du Plan agricole régional (PAR)- seront tenues sur une superficie globale de 1.000 m2.

L’Economiste :

• La maîtrise de l’inflation, l’objectif d’un déficit budgétaire à 3% ou encore le recours excessif à l’endettement intérieur alors que le Trésor peut toujours se faire financer à des taux bas à l’extérieur… Autant de contraintes de pilotage que les pouvoirs publics s’imposent et qui devraient être revues. Une politique « expansionniste » est vivement recommandée par le HCP qui vient de livrer des prévisions de croissance pour 2019 et les perspectives 2020. L’année se terminera sur une faible croissance : 2,7% du PIB contre 3% en 2018 sous l’effet d’une mauvaise campagne agricole et du difficile décollage du non-agricole sans oublier la conjoncture internationale. L’inflation serait à 0,8% contre 1,1% en 2018.

• Après la Cour des comptes, la Commission de contrôle des finances publiques de la Chambre des représentants. Son président Driss Skalli Adaoui a invité Abdellatif Zaghnoun, directeur général de la CDG, qui doit être accompagné par le ministre des Finances, à une réunion pour adopter les 23 recommandations élaborées par les députés de la Commission. Le but est d’encourager à aller vers l’amélioration de la gouvernance de ce groupe public. Ces recommandations portent notamment sur la gouvernance, la stratégie et le pilotage, la création des filiales et les prises de participation, la gestion financière et les investissements. A l’instar de la Cour des comptes, les députés recommandent la révision du cadre légal et institutionnel de la CDG, en vue de se conformer aux meilleures pratiques de la gestion moderne des entreprises.

L’Opinion : • Les acteurs clés de l’accompagnement à la start-up se sont fédérés autour de l’association Moroccan Start-up Ecosystem Catalysts (MSEC) pour promouvoir l’émergence d’un écosystème d’innovation performant au Maroc. Cette association a pour objectif de porter les enjeux communs de l’écosystème start-up marocain et de défendre, en particulier, les intérêts des start-up, indique un communiqué de MSEC. Réunissant l’ensemble des structures d’accompagnement labellisées par la Caisse Centrale de Garantie (CCG) ainsi que les structures œuvrant depuis plus de 4 ans dans le soutien à la start-up au Maroc, MSEC œuvrera également à la promotion de standards professionnels et éthiques au sein de l’écosystème.

• La ville de Taroudant accueille, du 2 au 4 août prochain, la deuxième édition du « Forum de l’inspiration », avec la participation d’artistes peintres africains aux côtés de plasticiens locaux. Selon un communiqué de l’Association Mohammadia d’art pictural, organisatrice de cet événement, cette édition porte le nom de l’artiste d’origine chilienne Claudio Bravo Camus, « le réaliste surréaliste », qui a passé une partie de sa vie à Taroudant jusqu’à son décès. D’après les organisateurs, cette manifestation artistique vise à consacrer l’ouverture du Maroc sur le monde, en plus de renforcer la vocation de Taroudant en tant que terre d’inspiration pour les artistes. Il s’agit aussi d’ouvrir l’art pictural local sur le marché de l’art et soutenir la professionnalisation de l’artiste local, indique la même source.

Libération :

• La Conférence régionale africaine de haut niveau sur la lutte contre le terrorisme et la prévention de l’extrémisme violent propice au terrorisme a ouvert ses travaux, mercredi à l’Office des Nations Unies à Nairobi, avec la participation de chefs de gouvernement, de ministres de l’intérieur et des affaires étrangères de plusieurs pays dont le Maroc. La conférence devra débattre de plusieurs thématiques, à savoir « Échange sur les bonnes pratiques en matière de lutte contre le terrorisme et de prévention et de lutte contre l’extrémisme violent propice au terrorisme », « Création d’un partenariat avec les jeunes, les femmes et les communautés marginalisées afin de prévenir et de combattre l’extrémisme violent propice au terrorisme » et « Renforcement de la coopération entre les États membres, les Nations Unies et l’architecture de paix et de sécurité de l’Union africaine visant à renforcer la prévention du terrorisme et de l’extrémisme violent au terrorisme ».

• Mohamed Ben Abdelkader, ministre délégué chargé de la réforme de l’administration et de la fonction publique, a souligné à Fès, que la « dynamique importante et inlassable » en Afrique en matière d’enracinement des règles de bonne gouvernance dans la gestion des affaires publiques et la consolidation de l’État de droit. Intervenant à l’ouverture du 15è Forum panafricain ministériel sur la modernisation de l’administration publique et des institutions de l’État, placé sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, le ministre a mis en valeur les « importants progrès » réalisés par les pays africains sur la voie de la construction démocratique, à la faveur des diverses initiatives de réforme adoptées. Selon lui, l’administration n’est plus seulement un outil de mise en œuvre des politiques gouvernementales et d’exécution des décisions politiques, elle est devenue le pilier de tout changement économique et social.

Al Bayane : • Le service préfectoral de la police de Tétouan, en coordination avec son homologue de Casablanca, a arrêté mardi soir un inspecteur de police principal, suspect principal dans l’affaire des tirs d’arme de service ayant fait deux morts dimanche à Casablanca. Selon un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), le suspect a été arrêté dans la zone de « Cabo Negro » à Tétouan sur la base des résultats des enquêtes qui ont suivi son implication dans de graves dépassements professionnels et juridiques durant l’usage de son arme de service, et après la décision de la DGSN de le suspendre de ses fonctions en attendant de le déférer devant la justice.

• Anass Doukkali, ministre de la Santé, a appelé l’ensemble des responsables et professionnels des administrations et établissements de santé à déployer davantage d’efforts pour consolider les mécanismes de promotion de l’intégrité et de la transparence dans la prestation des services de santé et les relations avec les usagers. Doukkali a souligné, dans une circulaire sur « le renforcement des mécanismes de mise en œuvre de l’intégrité et de la transparence dans la prestation des services de santé », qu’il est nécessaire de mener des campagnes de sensibilisation au profit des employés du secteur de la santé, au niveau des unités veillant à assurer des services de santé dans tous les services hospitaliers, notamment les urgences, les consultations médicales, les accouchements et la gynécologie, pour la moralisation du service public sanitaire et la lutte contre la corruption.

Al Alam :

• Dix-sept personnes ont trouvé la mort et 1.957 autres ont été blessées, dont 71 grièvement, dans 1.473 accidents de la circulation survenus en périmètre urbain au cours de la semaine allant du 01 au 07 Juillet, a indiqué la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN). Ces accidents sont dus, respectivement, à l’inadvertance des conducteurs, au non-respect de la priorité, à l’excès de vitesse, au non-respect de la distance de sécurité, à l’inadvertance des piétons, au changement de direction sans usage de signal, à la perte de contrôle, au changement de direction non-autorisé, au non-respect du stop, à la conduite en état d’ébriété, à la circulation sur la voie de gauche, au non-respect des feux de signalisation, au dépassement défectueux et à la circulation en sens interdit, a précisé la DGSN dans un communiqué.

• Il faut prêter une attention particulière aux retraités qui n’ont ménagé aucun effort pour servir le Maroc, a indiqué Abdeslam Lebbar, président du groupe PI à la Chambre des Conseillers. Conformément aux conclusions du dialogue social, le gouvernement devrait satisfaire les revendications des retraités, a souligné Lebbar qui commentait la réponse de Saâd Dine El Otmani, Chef du gouvernement, dans le cadre de la séance mensuelle des questions orales. Le Maroc a enregistré des avancées notables en matière de réforme du régime de retraite, a-t-il rappelé, notant que le pays, dans une conjoncture de crise économique, fait toujours face à d’énormes pressions. Le retraité est donc victime de cette situation. En moyenne, 13 fonctionnaires actifs contribuaient auparavant pour un seul retraité. Aux années 2000, 6 fonctionnaires travaillaient pour chaque retraité. Aujourd’hui, un à deux fonctionnaires cotisent pour chaque retraité, une menace qui pèse sur les caisses de retraite.

Al Ahdat Al Maghribia :

• L’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) a suspendu l’inspection vétérinaire dans les abattoirs qui ne disposent pas des conditions nécessaires de la sécurité sanitaire. Appuyant cette nouvelle mesure, l’Ordre national des vétérinaires (ONV) a également suspendu le contrôle sanitaire vétérinaire des viandes rouges dans 900 abattoirs municipaux et tuerie rurales. « A l’exception des 8 abattoirs de viandes rouges agréés par l’ONSSA, la majorité des unités d’abattage ne dispose pas du minimum requis en termes d’hygiène et de salubrité », indique l’ONV dans un communiqué. En conséquence, ces structures ne permettent pas aux vétérinaires (public et privé) d’effectuer l’inspection sanitaire des viandes rouges conformément à la réglementation en vigueur. La situation actuelle des abattoirs des viandes rouges est caractérisée par la présence d’unités non agréées sur le plan sanitaire par l’Office en charge de la réglementation dans ce domaine.

• La Chambre des conseillers a approuvé à l’unanimité et sans amendements, la loi N°87.18 modifiant et complétant la loi N°17.99 relative au code des assurances et introduisant le Takaful telle qu’approuvée précédemment par la Chambre des représentants. Ladite loi ne sera pas soumise à une deuxième lecture à la Chambre des représentants, et sera bientôt publiée au Bulletin officiel. Ce texte stipule, entre autres, que les banques participatives ont l’exclusivité de présenter des opérations d’assurances Takaful famille, ainsi que les assurances Takaful relatives à l’assistance et aux financements. Cela permettra aux banques participatives et à leurs clients de couvrir dans un premier temps leurs encours de financements puis d’ouvrir le marché de l’épargne participative à travers le « Bancatakaful » et en introduisant l’investissement Takaful parmi les différentes opérations d’assurance.

Akhbar Al Yaoum :

• Alors que des dizaines de milliers de marocains perdent annuellement leur emploi, le fonds d’indemnisation pour perte d’emploi a bénéficié, entre 2014 et 2017, à environ 32.000 personnes, a souligné Mohamed Yatim, ministre du Travail et de l’Insertion professionnelle. Parmi les conditions d’éligibilité, le demandeur doit avoir au moins 780 jours au cours des 36 mois précédant la perte du travail, dont 280 jours au cours des douze mois précédant la date de la perte de l’emploi, a expliqué Yatim, à la Chambre des Représentants. La CNSS qui gère le dispositif de perte d’emploi, a refusé 15.005 demandes qui ne répondent pas aux exigences d’éligibilité ou à la réglementation en vigueur, a-t-il précisé, notant que le gouvernement est en train de réviser le système d’indemnisation pour perte d’emploi pour simplifier, améliorer les conditions d’éligibilité et élargir le cercle des bénéficiaires.

• Réforme du système de l’éducation et de la formation : le projet de loi-cadre suscite toujours la polémique. « La réforme profonde du système éducatif constitue un impératif politique, socio-économique, culturel, éthique et religieux, autour duquel un large consensus s’est formé et qui ne laisse place à aucune hésitation comme il ne tolère aucun retard, même s’il se heurte, ici et là, à des vents contraires et à des résistances, ouvertes ou masquées », a affirmé Omar Azziman, président du Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique. Ces résistances, poursuit-il, montrent qu’un enseignement de qualité pour tous, ouvert et moderne, fondé sur l’égalité des chances, au service de la mobilité sociale, du renouvellement des élites et du développement du capital humain n’est pas du goût de tous.

Al Massae :

• Le ministère de la Santé a annoncé un ensemble de mesures visant à lutter contre la corruption dans les hôpitaux publics. Une circulaire signée par le ministre de la Santé, Anas Doukkali, met l’accent sur la nécessité de faire face fermement à tous les cas d’extorsion et aux situations qui les favorisent, appelant à diffuser des affiches avec la mention « non à la corruption » accompagnées d’un numéro vert pour dénoncer les cas rencontrés. La circulaire, invite tous les responsables et les professionnels des établissements de santé à redoubler d’efforts pour renforcer les mécanismes de promotion de l’intégrité et de la transparence à travers des campagnes de sensibilisation au profit des professionnels du secteur de la santé.

• Le Chef du gouvernement, Saad Dine El Otmani, a exprimé son souhait de mettre fin à la « retraite des ministres », si seulement il en était capable, signifiant que la gestion de ce dossier dépasse ses prérogatives en tant que Chef du gouvernement. Lors de la séance mensuelle des questions orales à la Chambre des conseillers, El Otmani a appelé les parlementaires à proposer un amendement à la loi régissant ces pensions, tout en exprimant son refus catégorique d’intervenir pour sauver la caisse des retraites parlementaires. Il a révélé que le gouvernement compte entamer des consultations sur la réforme globale du régime de retraite.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.