Une levée de bouclier, surtout à droite. Des parlementaires ont appelé à un audit du budget de la Fédération royale marocaine de football (FRMF), après les résultats modestes de l’équipe nationale lors de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) qui se déroule actuellement en Égypte.

Le groupe du Parti justice et développement (PJD) à la Chambre des représentants a estimé que l’élimination des lions de l’Atlas de la CAN est le résultat de l’esprit de « business et l’absence de démocratie dans la sélection de dirigeants compétents en matière de gestion administrative ».

Selon le site Hespress, le groupe du PJD très en colère a ainsi interpellé, dans une question orale, le ministre de la Jeunesse et des Sports à l’issue de la session hebdomadaire de la Chambre des représentants, lundi, le gouvernement à auditer les finances de la FRMF, soulignant qu’il s’agit de l’argent des citoyens marocains.

Versant dans le populisme islamiste, le PJD a critiqué la Fédération et ce qu’il considère « le choix privilégié » d’un entraîneur étranger avec « un coût financier très élevé », relevant qu’en 2004, l’équipe marocaine a atteint la finale avec un entraîneur marocain de même qu’en 1976, année où le Maroc a remporté la coupe d’Afrique.

De son côté, le groupe du Parti authenticité et modernité (PAM) a appelé à ne pas exploiter la question de l’équipe marocaine pour régler des comptes politiques, louant le haut esprit national dont ont fait montre certains des joueurs tout au long de la compétition.

Le groupe du Rassemblement constitutionnel a, pour sa part, estimé que les critiques adressé au ministre RNIste, Rachid Talbi Alami, sont « des discours émotionnels loin de la rationalité ».

Il a également soutenu que l’équipe marocaine a fait un bond qualitatif au cours des dernières années en se classant quatrième rang au niveau africain.

« Ce qui a frustré les Marocains, c’est la victoire de l’équipe nationale face à des équipes fortes et sa défaite face à un adversaire très modeste », a souligné Noureddine Madiane du groupe du Parti de l’Istiqlal.

Il s’est aussi interrogé sur l’intérêt d’avoir des infrastructures sportives de bonnes qualités si celles-ci ne contribuent pas à donner un joueur local capable de renforcer l’équipe nationale.

+ C’est comme si nous tournions dans un cercle vicieux ces dernières années +

Le député Mohammed Simo du Mouvement populaire a estimé que l’élimination des Lions était dû au « destin », appelant à l’organisation d’une réception officielle à l’intention de la sélection nationale au parlement marocain ou au complexe sportif Prince Moulay Abdellah à Rabat.

« Malgré les énormes efforts financiers du Maroc, c’est comme si nous tournions dans un cercle vicieux ces dernières années », a affirmé Imam Chakroun du groupe socialiste, qui a estimé qu’il existe un problème quelque part.

Il a, en outre, souligné la nécessité « d’investir dans les écoles de sport afin de pouvoir compter sur des joueurs locaux capables de créer une équipe solide, ainsi que sur des joueurs marocains évoluant dans des clubs internationaux ».

Le groupe parlementaire du Parti du progrès et du socialisme a également critiqué les résultats modestes qui « ne reflètent pas le budget alloué au sport », notant que l’élimination précoce du Maroc a également un coût financier.

Rachid Talbi Alami, ministre de la Jeunesse et des Sports, a souligné que le Maroc a entrepris la restructuration de ses institutions sportives, dont la FRMF, qui s’est attachée les services de cadres de haut niveau.

Il a ajouté que l’infrastructure du football a évolué de manière significative au cours des dernières années, relevant que « le ministère supervise la réhabilitation des grands stades avec un budget de 7 milliards de dirhams et le projet de construction de 500 stades, dont 140 ont été achevés, en plus de 3 centres régionaux de formation destinés aux ligues et de 7 pour les clubs locaux ».

Le ministre a également indiqué que « 8 des équipes participant à la CAN en Egypte ont eu leurs stagiaires au Maroc, ce qui indique la qualité des infrastructures dont dispose notre pays », soulignant que le Royaume possède « le meilleur centre national d’entraînement dans lequel les Lions de l’Atlas ont eu leur concentration pour zéro dirham contre 7 millions de dirhams lors de la précédente éditi on de la CAN ».

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.