L’absence du journaliste Taoufik Bouachrine, fondateur du journal Akhbar Al Yaoum, qui est poursuivi notamment pour traite d’êtres humains, d’exploitation et de harcèlement sexuels, a perturbé l’audience de vendredi.

Selon le procureur général adjoint de la Cour d’appel de Casablanca, Mohamed Messaoudi, l’absence de Bouachrine est due à un malaise au niveau de l’abdomen qui a empêché son déplacement de la prison d’Ain Borja au tribunal.

Messaoudi a expliqué que l’administration de l’hôpital a fait examiner Bouachrine par le médecin de la prison mais que l’auscultation médicale n’a révélé aucun symptôme de maladie.

De son côté, l’avocat de Bouachrine, Abdelmoula Marouri, a dit avoir rendu visite à son client vendredi et qu’il a remarqué des « signes de maladie et de fatigue et que la sueure coulait de son front, probablement à cause de la fièvre. Il n’a pas la force et est incapable d’être présent à l’audience ».

Il a ajouté dans un communiqué que Bouachrine lui avait confirmé qu’il « souffrait de douleurs au niveau de l’estomac depuis mercredi dernier, en plus de la fièvre », ajoutant qu’il « avait subi des examens médicaux par le médecin de la prison qui lui avait administré des tranquillisants et des sédatifs, sauf que ce traitement n’a pas été efficace et qu’il souffre toujours de coliques, et demande à être présenté à un médecin spécialiste et à subir des examens médicaux plus approfondis, d’autant plus qu’il avait déjà subi deux interventions chirurgicales ».
Pour sa part, la défense de la partie civile a critiqué ce qu’il a appelé « l’évasion de l’accusé ». L’avocat Habib Haji a estimé qu’il s’agit d’un prétexte pour Bouachrine afin « d’échapper aux plaidoyers qui l’énervent. »

Haji a ajouté dans une déclaration à Hespress que l’objectif est également de « nous placer devant le choix d’assister à l’audience et de s’absenter de l’audience du procès de son ami Hami Eddine mardi à Fès », relevant que Bouachrine « voudrait nous faire rater l’occasion et retarder le procès, car il croit fermement que je ne manquerai pas l’audience du procès de Hami Eddine, mais je vais assister aux deux et nous allons présenter toutes nos plaidoiries et dévoiler toutes ses manigances ».

L’avocat a expliqué que l’accusé « commentait l’étrange transfert du dossier directement au tribunal, mais nous avons montré que le ministère public a été miséricordieux en sa faveur ».

La dernière audience a été marquée par l’achèvement du plaidoyer du procureur dans lequel il a démonté les arguments relatifs à la procédure développé par la défense de l’accusé.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.