Débat. En réponse à ceux qui la critiquent et l’accusent d’inciter à « la débauche », Aicha Chenna, fondatrice de l’association Solidarité féminine, a estimé que « l’éducation sexuelle existe dans le Coran et que nos enfants sont dans l’ignorance », déplorant le nombre croissant des enfants abandonnés au Maroc.

Intervenant lors d’une rencontre organisée cette semaine par la Fondation Friedrich Naumann pour la liberté au Maroc et le Mouvement Damir, Chenna, dont les propos ont été relayés par Hespress, a indiqué que de nombreux Marocains ont refusé de l’écouter depuis qu’elle a commencé à chercher des solutions aux souffrances des mères célibataires et des victimes de viol.

Elle a ajouté qu’elle a été très touchée par ce qu’elle a vu lorsqu’elle était infirmière puis assistante sociale au ministère de la santé, affirmant: « J’ai souffert lorsque je suis entrée au service de l’assistance sociale du ministère de la Santé et j’ai trouvé une jeune fille portant un nourrisson dans ses bras venue s’en séparer parce que ses parents l’avaient expulsée et ne trouvait personne pour la soutenir ainsi que son bébé ».

« Je n’ai pas oublié le moment où l’enfant a crié après que sa mère ait fini de le téter, alors, ce jour, j’ai juré de trouver une solution, même si je ne savais pas ce que je pouvais faire », a déclaré la militante sociale de 78 ans.

Chenna est également revenue sur le début de son action sociale au cours des années de plomb lorsqu’elle faisait l’objet de critiques et de menaces de la part de religieux.

« J’ai fait une déclaration à Al-Jazeera et beaucoup d’hommes religieux ont commencé à parler de moi et j’avais très peur de me trouver en prison, mais j’ai bénéficié du soutien et des encouragements de nombreuses personnes (…) comme Christine Sarfati, Zoulikha Nasri, Khalid Jamaï, et Abderrahim Jamaï, qui m’ont encouragé et m’ont assuré qu’ils ne m’abandonneraient pas ».

+ Que Dieu vous bénisse tous +

« Les mères célibataires ont reconnu être les victimes des islamistes radicaux », a-t-elle dit à propos de certains religieux qui exploitent la religion pour abuser de nombreuses filles et les épouser par le mariage coutumier (par Al-Fatihah), plaidant pour que l’enfant reste avec sa mère pour « conserver son identité malgré la haine que certaines mères célibataires ressentent envers leurs enfants ».

Elle a également souligné le soutien qu’elle a reçu du roi Mohammed VI. « Le roi nous a donné 50 millions. Lorsque je l’ai rencontré à l’invitation de Zoulikha Nasri, il m’a dit que Dieu vous bénisse et que Dieu vous bénisse tous »‘. 

Et d’ajouter: « En 2001, le roi a invité 40 associations féminines qui lui ont demandé d’intervenir au sujet du code du statut personnel et il nous a dit que seul je ne pourrais pas introduire de changements, mais ma main dans la vôtre, et là, je pourrai faire des changements ».

Chenna, qui a ouvert, en 1981, le premier jardin d’enfants des femmes célibataires, a appelé tous les acteurs à mettre en place des lois protégeant les droits des femmes, en particulier des mères célibataires confrontées à la dureté de la famille et de la société.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.