Le sélectionneur national, Hervé Renard, a affirmé endosser toute la responsabilité de l’échec des Lions de l’Atlas à se qualifier pour les quarts de finale de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN-2019) de football, après leur défaite contre le Bénin en huitièmes vendredi soir au Caire (4-1 tab, 1-1).

« J’endosse toute la responsabilité de la défaite face au Bénin et de notre élimination précoce de la CAN », a déclaré le technicien français lors de la conférence de presse d’après match. « Je savais que le match face au Bénin allait être très difficile, après avoir visionné leurs rencontres face au Cameroun et au Ghana », a-t-il dit, félicitant les Écureuils pour leur qualification.

« Nous avions des ambitions et de grands espoirs, mais nous n’avons pas pu trouver les solutions adéquates. Nous devons accepter le résultat tel qu’il est, c’est le football. Mais je ressens de la frustration face au public marocain », a-t-il dit. Évoquant son avenir avec les Lions de l’Atlas, Hervé Renard a indiqué qu’il est lié à la sélection marocaine par un contrat qui court jusqu’en 2021 et qu’il « respecte » ce contrat.

Article19.ma

1 COMMENTAIRE

  1. L’équipe nationale avait déjà perdu la CAN 2019 lors des jeux de la coupe du monde de Moscou 2018. Les deux défaites successives (je souligne le mot successives de plusieurs traits) n’étaient que des signaux précurseurs passés inaperçus à cause des somnifères qu’on nous injecte à chacun des échecs tout aussi successifs.

    Vous pouvez revoir quelques rencontres jouées par l’EN pendant la WC 2018 et la CAN 2019 pour vous rendre compte qu’il s’agit, coté entraineur, de la même stratégie et des mêmes tactiques infructueuses et stériles, et coté joueurs (quelques joueurs mais pas des moindres) d’un comportement enfantin et égoïste qui sapait à la base l’effort collectif du reste leurs camarades.

    Tous les marocains, y compris l’âne que je suis, ont été bernés par l’entraineur et les joueurs qui ont su transformer leurs échecs successifs à la WC2018 en victoires éclatantes. Je m’en veux énormément quand je revois des scènes de jeux de 2018 et 2019.

    J’aurais aimé voir l’arbitre de l’avant dernier match sanctionner Ziach d’un carton rouge quand ce dernier faisait la tortue pour sortir du terrain. Cela aurait été la meilleure façon de le priver de jouer à la 8ème de finale et en même temps de corriger la faute grave de l’entraîneur qui la laissé jouer toute la partie !

    En fait, était-ce une faute ou un acte délibéré pour accélérer son départ et aller vendre ses services en pétrodollars comme cela lui a été proposé lors de la WC2018 ? Le temps nous le dira mais il ne nous rendra pas les efforts et l’argent perdus pour rien et il ne fera pas son effet pour remettre nos nerfs d’aplomb.

    N’en déplaise à M. Le Ministre de la jeunesse et des sports qui l’a défendu bec et ongles, ce qui m’a ‘’tuer’’ le plus, c’est l’égoïsme incommensurable de Ziach. A chaque fois qu’il recevait un ballon, il ne trouvait rien de mieux que de le taper dans les pieds des 10 joueurs qui faisaient barrage entre lui et leurs filets, alors qu’il y avait toujours ses 2 coéquipiers ailiers gauche et droit complètement libres et qui avaient énormément plus de chance que lui de marquer.

    Ziach est arrivé à la CAN2019 avec l’esprit de vedette gonflée à bloc. Ce comportement combiné aux mauvais choix stratégiques et tactiques du coach est l’une des causes principales du fiasco connu par notre équipe. Au fil du temps, il a perdu le contrôle de ses pieds et de son système nerveux et ne faisaient que tirer des ballons sur les photographes et cameramen ou de chaque coté des buts, ou sur les spectateurs dans les estrades ou encore sur les oiseaux perchés sur les toitures du stade.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.