Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mercredi:

L’Economiste :

• Voilà une petite fragilité qui mérite un traitement de la part des pouvoirs publics. Les recettes des IDE se sont établies à 13,9 milliards de DH à fin mai en retrait de 4,9%. En parallèle, les dépenses (assistance technique et dividendes notamment) ont pris 18,4% atteignant 5,8 milliards de DH. Le flux des investissements directs étrangers a ainsi baissé de 16,7%. Il s’est établi à 8,1 milliards de DH contre 9,7 milliards à la même période de l’année dernière, soit un recul de 1,6 milliard de DH. Dans ses prévisions, Bank Al-Maghrib reste néanmoins optimiste. Elle estime que les IDE devraient osciller autour d’un montant équivalent à 3,4% du PIB cette année.

• L’Espagne est le 3e investisseur au Maroc (derrière la France et les Emirats arabes unis). Il est aussi le premier partenaire commercial du Maroc depuis 7 ans (2012). Aujourd’hui, il va falloir donner du relief et intensifier encore plus les échanges et les investissements, voire explorer de nouveaux périmètres et faire jouer des synergies à l’échelle du continent. Tourisme, énergie, automobile, agro-industrie, BTP, infrastructures, EnR… Ce sont là autant de secteurs où l’Espagne est prête à apporter une réelle valeur ajoutée. Le Maroc est aussi appelé à investir au Royaume ibérique. Les temps forts du Forum d’affaires et d’investissement Maroc-Espagne.

Le Matin :

• C’est parti pour le projet de bourses virtuelles des prestations logistiques. L’Agence marocaine de développement de la logistique a mandaté le cabinet GCL Group Africa pour mener les études d’opportunité de développement et de promotion de ces plateformes. Les bourses virtuelles permettront de rapprocher l’offre et la demande en mettant en relation des chargeurs qui peuvent communiquer leurs besoins en prestations logistiques et des professionnels de la logistique inscrits dans cet espace. Ainsi, les chargeurs pourront profiter de la confrontation entre l’offre et la demande pour réduire le coût de leurs achats de prestations et les opérateurs du transport et de la logistique pourront optimiser leurs opérations.

• La soumission électronique à la commande publique gagne du terrain. Sur les 6 premiers mois de l’année en cours, plus de 7.000 entreprises y ont eu recours, soit une hausse de 3,5% par rapport à la même période un an plus tôt. Soumissionner en ligne à un appel d’offres permet de faire des économies. «Elles sont de l’ordre de 2.000 DH par rapport à la démarche classique. Ce qui permet à une TPE de déposer sa candidature à plus de marchés publics», estime Zakaria Fahim, président de la Commission TPE, PME, GE-PME et Auto-entrepreneur de la CGEM. Fahim intervenait, hier, lors de la cinquième matinale, organisée par la CGEM, en partenariat avec Barid Al-Maghrib.

Aujourd’hui le Maroc :

• Le patrimoine privé de l’Etat n’est pas à l’abri de la spoliation. A fin 2018, une assiette foncière de près de 17.000 hectares de ce domaine a été exploitée illégalement, dont 7.536 hectares occupés sans droit ni titre par des personnes physiques. Certes, ces chiffres révélés sont beaucoup moindres que ceux des années précédentes mais c’est dire à quel point ce fléau persiste dans notre société. Les efforts engagés par la Direction des domaines de l’Etat ont contribué à atténuer l’impact de ces occupations illégales dues à une erreur de gestion ou d’un comportement abusif de la part des délinquants. S’agissant des actions d’apurement juridique menées en coordination avec l’Agence nationale de la conservation foncière, du cadastre et de la cartographie, 71.273 hectares ont été immatriculés au cours de l’année, soit une baisse de 7% en termes d’élaboration des titres fonciers par rapport à l’exercice précédent.

• Bien que la balance commerciale ressorte toujours déficitaire, un redressement notable des exportations marocaines est à relever. A fin mai 2019, le chiffre d’affaires réalisé à l’export s’est consolidé de 4,14 milliards de dirhams par rapport à l’année précédente. A cet effet, la valeur de la marchandise marocaine exportée affiche un cumul de 124,89 milliards de dirhams (MMDH) au titre des 5 premiers mois de l’année, en amélioration de 3,4%. L’ensemble des secteurs réalise une bonne performance à l’export. C’est ce que l’on peut tirer des derniers indicateurs établis par l’Office des changes. Totalisant une valeur globale de 20,86 milliards de dirhams, les exportations des phosphates et dérivés ont progressé au titre des 5 premiers mois de l’année de 7,8%. Les exportations agricoles et agroalimentaires ont pour leur part tiré la cadence à fin mai 2019. L’Opinion :

• L’encours de la dette extérieure publique s’est situé à 326,3 milliards de dirhams (MMDH) au premier trimestre 2019, selon la Direction du Trésor et des Finances extérieures (DTFE). La structure par créanciers de cette dette fait ressortir une prédominance des multilatéraux avec une part de 48,6%, suivis des bilatéraux (28,1%) et des marchés financiers internationaux et banques commerciales (23,4%), précise la DTFE dans son bulletin statistique de la dette extérieure publique à fin mars. Au premier trimestre 2019 les établissements publics et le Trésor ont été les premiers emprunteurs avec des parts respectives de 54,4% et 44,9%.

• Les médecins dentistes dénoncent l’exercice illégal de la médecine dentaire au Maroc par 3.300 faux dentistes. Et pour cause, ils craignent que le projet de loi n° 25-14 fasse une grande pause ou soit modifié au niveau de la Chambre des Conseillers. Dans un communiqué, l’Ordre national des médecins dentistes du Maroc dénonce les pratiques dangereuses des faux médecins dentistes et tire la sonnette d’alarme afin de prévenir tout changement irréfléchi dans ledit projet de loi validé par la Chambre des Représentants. Ces faux dentistes persistent à exercer au niveau des médinas et des quartiers populaires. Outre leurs «prérogatives » d’arracher des dents, ils ont aussi tendance à faire d’autres soins. Et c’est vers les vrais médecins dentistes que ces mêmes patients retournent, afin de réparer les dégâts parfois irréparables des premiers.

Al Bayane :

• Une campagne nationale de lutte contre les piqûres et envenimations scorpioniques (PES) ainsi que les morsures de serpents a été lancée par Anass Doukkali, ministre de la Santé, avec comme objectif de sensibiliser la population à ces risques redoutés notamment en période estivale. Cette campagne s’assigne aussi pour objectifs de consolider les axes de la stratégie nationale de lutte contre les envenimations et de renforcer les réalisations de la stratégie au niveau régional. Cette stratégie s’articule autour de quatre axes stratégiques, en l’occurrence des actions centrées sur les facteurs de risques et l’environnement, le comportement de la population et des professionnels de la santé, sur l’amélioration de la prise en charge des malades et l’implication multisectorielle, en plus du rôle de la commission nationale de lutte contre les envenimations créée en 2013.

• La CGEM a procédé à la remise des trophées « Label RSE » (Responsabilité sociétale de l’entreprise) à dix-huit entreprises opérant dans différents domaines d’activités, en reconnaissance de leur engagement en la matière. Cette distinction de la CGEM, par laquelle l’organisation patronale reconnaît l’engagement des entreprises en matière de responsabilité sociétale et son intégration dans leur stratégie et leurs opérations quotidiennes, a été décernée pour la première fois à neuf entreprises et a été renouvelée à neuf autres. Ainsi, le « Label RSE » a été attribué, pour la première fois, au courtier en assurances AFMA, à Amendis, opérateur de services publics chargé de la distribution d’eau potable et d’électricité ainsi que de la collecte et du traitement des eaux usées dans de la région de Tanger-Tétouan, à la Banque centrale populaire, à Casa Transports, à LafargeHolcim Maroc ainsi que sa filiale spécialisée dans le traitement des déchets, Geocycle Maroc.

Libération :

• La ville de Marrakech se prépare à accueillir les 5 et 6 juillet, plus de 3.000 personnes pour participer aux travaux du Forum pharmaceutique international. Des représentants de plus de 25 pays seront attendus : chercheurs, professeurs, médecins, pharmaciens, biologistes, industriels, distributeurs et professionnels de santé pour prendre part à cet événement dont la 20ème édition se déroule au Maroc. L’événement est organisé sous l’égide du ministère de la Santé et du Conseil national de l’Ordre des pharmaciens du Maroc. Les invités en provenance du Maroc, d’Afrique, d’Europe, d’Asie et d’Amérique participeront au côté de leurs homologues marocains tout le long de ce forum international, qui se focalise cette année sur la sécurité et la qualité des produits de santé et de biologie médicale.

• Les financements alloués par les sociétés de leasing ont totalisé 15,8 milliards de dirhams (MMDH) en 2018, contre 15,3 MMDH une année auparavant, en progression de 3,3%, selon l’Association professionnelle des sociétés de financement (APSF). Ces financements ont permis la concrétisation de plus de 16.000 projets nouveaux ou d’extension couvrant tous types de besoins à usage professionnel, qu’il s’agisse de biens mobiliers ou immobiliers, souligne l’APSF lors de son assemblée générale annuelle tenue récemment à Casablanca.

Al Alam :

• Nizar Baraka, secrétaire général du PI, a indiqué que le parti place les attentes des Marocains résidant à l’étranger (MRE) au cœur de ses préoccupations, et ce, pour garantir l’égalité des chances et rendre plus étroite la relation entre droits et obligations. Le parti, poursuit Baraka, cherche aussi à enraciner l’appartenance des Marocains à leur pays d’origine. Conformément à l’article 17 de le Constitution, les Marocains du monde jouissent des droits de pleine citoyenneté et peuvent participer à la vie politique, a indiqué Adil Achraoudo, président de la commission des Marocains du monde au PI.

• Le gouvernement El Otmani semble déterminé à adopter l’heure d’été durant toute l’année. Les conclusions de l’étude d’évaluation des conséquences de l’adoption de l’horaire d’été sur la santé, dans sa deuxième phase, sont d’autant plus « rassurantes » qu’elles dissipent les craintes suscitées chez les citoyens, a affirmé Mohamed Benabdelkader, ministre chargé de la Réforme de l’administration et de la fonction publique. Les résultats de l’étude ont mis l’accent sur les inconvénients des passages récurrents à l’heure d’été et vice versa, un constat qui a motivé le choix du maintien d’un seul horaire pendant toute l’année, a indiqué Benabdelkader à la Chambre des Représentants. D’après l’étude réalisée de concert avec 20 parties prenantes et sur la base de témoignages de plus de 40 responsables, l’économie marocaine a totalisé 37,6 Gwh d’économies d’énergie durant la période entre octobre 2018 et mars 2019.

Akhbar Al Yaoum :

• Conformément au Code de la presse et de l’édition, les détenteurs de 1.000 sites électroniques ont arrêté leurs activités de plein gré, a indiqué Mohamed Laâraj, ministre de la Culture et de la Communication, notant que les autorités s’apprêtent dans les prochains jours à agir vigoureusement contre 500 sites électroniques qui ne respectent pas le cadre juridique en vigueur. Intervenant devant la commission de l’enseignement, de la culture et de la communication à la Chambre des représentants, Laâraj a souligné que les autorités concernées prendraient des décisions d’urgence à l’encontre des sites électroniques qui ne sont pas conformes au Code de la presse et de l’édition car, selon lui, le délai accordé était suffisant.

• Avec l’adoption et la publication de la charte nationale de la déconcentration administrative, le Maroc a franchi un pas déterminant vers la consolidation de la régionalisation avancée et vers la mise en place d’une administration déconcentrée responsable et dotée de pouvoirs de décision, efficace, efficiente et proche des préoccupations des citoyens et des opérateurs institutionnels et économiques, a souligné Mohamed Benabdelkader, ministre de la Réforme de l’Administration et de la Fonction publique. La réussite de ce chantier nécessite un suivi et une évaluation continus. A cette fin, la commission interministérielle de la déconcentration administrative, instituée auprès du chef du gouvernement, chargée de proposer les mesures nécessaires à l’exécution des orientations générales de la politique de l’État dans le domaine de la déconcentration administrative et d’en assurer le suivi de mise en œuvre, a tenu quatre réunions entre mars et juin derniers, a fait savoir Benabdelkader.

Al Ahdat Al Maghribia :

• Sur Hautes Instructions de Sa Majesté le Roi, Chef Suprême et Chef d’Etat-Major Général des Forces Armées Royales, le Général de Corps d’Armée, Inspecteur Général des FAR, a reçu, lundi au niveau de l’Etat-Major Général des FAR à Rabat, le Secrétaire d’Etat britannique aux Forces Armées, Mark Lancaster, en visite au Royaume à la tête d’une importante délégation militaire. Les entretiens, qui se sont déroulés en présence du Lieutenant-Général Sir John Lorimer, haut conseiller à la Défense Britannique, chargé de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA), et de l’Ambassadeur de la Grande Bretagne accrédité à Rabat, Thomas Reilly, ont porté sur le bilan de la coopération militaire entre les Forces armées des deux pays, coopération qui englobe le soutien réciproque, la formation, l’organisation d’exercices combinés, l’échange de visites d’information et la participation aux différents entraînements, souligne un communiqué de l’Etat Major Général. • Mohamed Benabdelkader, ministre de la réforme de l’administration et de la fonction publique, met en œuvre l’article 57 de la Constitution qui prévoit la mise en place d’une Charte des services publics. En effet, le prochain conseil du gouvernement, prévu jeudi, examinerait un projet de loi portant charte des services publics, en plus d’un autre projet se rapportant à la simplification des procédures et des formalités administratives. Selon la Constitution, cette charte fixe l’ensemble des règles de bonne gouvernance relatives au fonctionnement des administrations publiques, des régions et des autres collectivités territoriales et des organismes publics.

Bayane Al Yaoum :

• « L’arrêté des comptes nationaux fait ressortir une croissance de l’économie nationale à 2,8% au premier trimestre 2019 au lieu de 3,5% durant le même trimestre de l’année précédente. La demande intérieure reste le moteur de la croissance, avec la même tendance baissière de l’inflation alors que le besoin de financement de l’économie nationale a marqué une relative amélioration », a indiqué le HCP dans sa récente note d’information sur la situation économique nationale. Ladite note fait également ressortir que la valeur ajoutée (VA) du secteur primaire en volume, corrigée des variations saisonnières, a enregistré une baisse de 1,1% au cours du premier trimestre de l’année 2019, au lieu de 3,1% réalisée durant la même période en 2018.

• Le Maroc a engagé une série de chantiers structurels qui impacteront sa politique de promotion de l’investissement au cours des prochains mois, a affirmé le secrétaire d’État chargé de l’Investissement, Othman El Ferdaous. Parmi ces chantiers figurent notamment la charte de déconcentration, la simplification des procédures administratives, la création des commissions régionales unifiées de l’investissement et la refonte de la charte de l’investissement, a affirmé El Ferdaous, qui intervenait lors d’une conférence régionale co-organisée par l’Union européenne (UE) et l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), à Amman . El Ferdaous a affirmé que « le Royaume est l’un des premiers pays d’Afrique à avoir élaboré un rapport sur les dépenses fiscales ».

Al Massae :

• Le ministre chargé de la réforme de l’administration et de la fonction publique a affirmé que le gouvernement a adopté l’heure d’été conformément aux aspirations des Marocains, soulignant que l’étude réalisée par le gouvernement sur le changement d’heure montre que l’heure d’été a de nombreux avantages. Selon cette étude qui a couvert la période entre 2012 et 2017, le changement d’heure au cours de l’année a plus d’inconvénients que d’avantages, précisant que les troubles de sommeil ne sont pas la conséquence de l’adoption de l’heure d’été, mais du changement fréquent de l’heure légale.

• Loi sur la grève : les partenaires divergent. Le patronat a refusé de valider ce projet de loi. Pire il a exigé, avant toute négociation sur ce projet au parlement, de modifier certains articles dans le Code du travail, qui se rapportent notamment aux CDD. Ce projet de loi prévoit de restreindre les libertés syndicales. En vertu de ce texte, le droit de grève ne doit être exercé qu’après l’expiration de 30 jours après la réception par l’employeur du cahier revendicatif de la partie qui veut faire grève.

Al Ittihad Al Ichtirazki :

• Le ministère de la Santé et le ministère de l’Intérieur ont signé une circulaire conjointe portant sur la mise en place d’un système national d’enregistrement des causes de décès, conforme aux standards internationaux. Ce système, qui s’inscrit dans le cadre des priorités nationales et des engagements internationaux du Royaume, permet d’identifier les principaux facteurs de la mortalité de la population, indique mardi un communiqué du ministère de la Santé, relevant que la connaissance des causes de décès est de nature à améliorer la planification stratégique basée sur l’évidence scientifique, renforcer la surveillance épidémiologique et améliorer l’évaluation des programmes de santé.

• Le renforcement de la coopération entre le Maroc et la Russie a été au centre des entretiens, à Moscou, du président de la Chambre des représentants, Habib El Malki, avec le président de la Douma d’État russe, Vyacheslav Volodin, et le vice-président du Conseil de la Fédération, Ilyas Umakhanov. Ces entretiens ont été extrêmement utiles dans la mesure où ils ont permis d’établir un contact direct avec les responsables des institutions législatives russes, et d’évoquer les préoccupations communes des deux pays et les voies susceptibles de renforcer la coopération bilatérale dans divers domaines, a déclaré El Malki en marge de ces entrevues.

Rissalat Al Oumma :

• La deuxième phase de la campagne de sensibilisation autour des services digitalisés de la conservation foncière auprès des usagers marocains établis à l’étranger, a été lancé à l’initiative conjointe du ministère délégué chargé des Marocains résidant à l’étranger et des Affaires de la migration et l’Agence nationale de la conservation foncière, du cadastre et de la cartographie (ANCFCC). A cette occasion, le ministre délégué chargé des Marocains résidant à l’étranger et des affaires de la migration, Abdelkrim Benatiq, et le directeur général de l’ANCFCC, Karim Tajmouati, ont signé la convention relative au renouvellement du partenariat entre les deux parties visant à rapprocher les usagers marocains à l’étranger des divers services proposés par l’agence. Le renouvellement de cette convention vient souligner l’importance du chantier de la digitalisation qui a contribué à atteindre un plus grand nombre de Marocains du monde, a estimé Benatiq.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.