L’ultra-conservateur prédicateur Cheikh Maghraoui de Marrakech semble être rattrapé par son passé. Et pour cause, après l’interrogatoire des personnes impliquées dans l’assassinat des deux touristes scandinaves à Imlil, la partie civile a demandé l’audition salafiste marrakechi en tant que responsable de l’association « Maisons coraniques ».

L’avocat de la victime danoise, Me Khalid El Fataoui, a indiqué le site arabophone alyaoum24, qu’il a reçu récemment les dirigeants de l’association « Maisons coraniques » venus lui demander des explications sur la demande de convoquer le président de l’association de Maghraoui comme partie dans l’affaire de l’assassinat des deux touristes.

Me El Fataoui a souligné que lors de cette rencontre, les membres de l’association l’ont également interrogé sur le dossier devant le tribunal antiterroriste de Salé avant de le mettre en contact direct au téléphone avec Cheikh Maghraoui.

+ Les maisons coraniques montrés du doigt? +

L’avocat a indiqué qu’à la question Maghraoui qui voulait savoir pourquoi il a été question de lui dans cette affaire, il lui a répondu que ce sont plutôt les mis en cause dans ce procès qui l’ont mêlé à cette affaire.

Selon l’avocat, plusieurs accusés ont souligné qu’ils ont reçu une formation religieuse dans « les maisons coraniques » que dirige Maghraoui.

A souligner que le tribunal antiterroriste de Salé a rejeté, jeudi, la requête de convoquer le ministre d’Etat chargé des droits de l’homme, Mustapha Ramid, et le dirigeant de l’association « Maisons coraniques » de Marrakech comme partie dans l’affaire des meurtres d’Imlil.

Pour rappel, le procès d’Imlil qui se déroule devant le tribunal de Salé chargé des affaires de terrorisme a vu défiler devant la barre 24 accusé dont un suisse. Jeudi 20 juillet, le président du tribunal a terminé l’interrogatoire des accusés et ouvrira la semaine prochaine la séance aux plaidoiries.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.