Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce samedi :

Le Matin :

• Son Altesse Royale la Princesse Lalla Hasnaa a présidé, vendredi à Fès, la cérémonie d’ouverture du 25è Festival de Fès des musiques sacrées du monde, organisé sous le Haut Patronage de S.M. le Roi Mohammed VI, autour de la thématique «Fès, à la confluence des cultures». De la tribune officielle, son Altesse a suivi le concert inaugural, une création originale intitulée «Fès, mémoire du futur», qui reflète la dimension sacrée et spirituelle de la médina de Fès, tout en valorisant les traditions authentiques du Maroc et de ses liens avec plusieurs pays du monde. De nombreux artistes marocains, portant l’héritage arabe, andalou, amazigh et juif, ont mis en valeur la diversité culturelle qu’incarne l’enchevêtrement des ruelles de la médina, représentation symbolique d’une géographie de l’esprit et du voyage. Des chants du Sénégal, honorant la confrérie Tijaniya, sont venus rappeler à cet autre trait de l’identité de Fès, africaine.

• Le secteur tertiaire occupe une place importante dans la formation de la production intérieure brute. Durant les 3 dernières décennies, sa contribution dans le PIB s’élève à 50%. Sur la période 2007-2017, les recettes d’exportation des services ont cru de 5,4%, à 168 milliards de DH, selon le Centre marocain de conjoncture.

L’Opinion :

• Le délai moyen de paiement des clients au Maroc a baissé de 5,4 jours entre 2017 et 2018. Il reste néanmoins parmi les plus longs au monde à 93 jours. Telle est, en tout cas, la principale conclusion tirée de la quatrième enquête sur le comportement de paiement des entreprises au Maroc, menée par Coface, une société d’assurance-crédit française, au cours du premier trimestre 2019. L’enquête fait ressortir, par ailleurs, que près de la moitié des personnes interrogées déclarent ainsi avoir connu des délais dépassant les 180 jours. Le délai légal maximum fixé entre 60 et 90 jours est donc largement dépassé. Néanmoins, selon l’enquête, les entreprises ont décelé une amélioration au cours du dernier semestre avec une mention spéciale pour les services de l’État et les entreprises publiques qui s’avèrent devenir de meilleurs payeurs. • L’utilisation des nouveaux alcootests est effective sur les routes du Royaume depuis la fin du mois de ramadan. Avoir un taux d’alcoolémie élevé risque de coûter cher aux imprudents. Depuis la fin du mois sacré, les agents de la police routière sont équipés de deux alcootests permettant de contrôler le taux d’alcool des conducteurs et prévenir ainsi les risques d’accident de la circulation. Une peine d’emprisonnement allant d’un mois à un an, est la condamnation prévue à l’encontre de toute personne contrôlée en état d’ébriété au volant.

Libération :

• La Chambre criminelle chargée des affaires du terrorisme près l’annexe de la Cour d’appel a fixé la date du 20 juin pour reprendre l’examen du procès des accusés dans l’affaire du meurtre des deux touristes scandinaves dans la région d’Imlil (province d’El Haouz). Dans le cadre de ce procès, ouvert le 2 mai, les accusés, dont un ressortissant portant la double nationalité suisse et espagnole, sont poursuivis, notamment, pour « apologie du terrorisme », « atteinte à la vie de personnes avec préméditation » et « constitution d’une bande pour préparer et commettre des actes terroristes ».

• Le Parlement marocain abrite depuis hier et aujourd’hui samedi les travaux de la 27ème session de l’Assemblée régionale Afrique relevant de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie. Au cours de cette session, les participants doivent débattre de sujets portant essentiellement à « L’intégration régionale en Afrique » et « Le système parlementaire en Afrique : les nouveaux défis ». De même qu’ils présenteront un rapport sur le programme numérique de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie. Cette session sera également l’occasion d’examiner la situation politique et sécuritaire en Afrique francophone, notamment dans la région du Sahel.

Al Bayane :

• Le Conseil de gouvernement a adopté le projet de décret n° 2.19.424 portant fixation des montants du salaire minimum légal dans l’industrie, le commerce, les professions libérales et l’agriculture. Ce projet de décret vise à exécuter les obligations contenues dans l’axe relatif à l’amélioration du revenu, a indiqué le porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi à l’issue du Conseil. Ainsi, à partir du 1er juillet 2019, le SMIG dans les secteurs de l’industrie, du commerce et des professions libérales atteindra 2.698,83 dirhams et 1.903,72 dirhams dans le secteur agricole sans compter les avantages en nature, a-t-il expliqué. A partir du 1er juillet 2020, le SMIG sera de 2.828,71 dirhams dans les secteurs de l’industrie, du commerce et des professions libérales et de 1.994,20 dirhams dans le secteur agricole sans compter les avantages en nature.

• Le Maroc est en passe de battre son record national pour atteindre un taux de donneurs de sang de 1% par rapport à la population générale, soit le taux minimum recommandé par l’OMS pour répondre aux besoins nécessaires en produits sanguins, a affirmé le directeur du Centre national de transfusion sanguine et d’hématologie (CNTSH), Mohamed Benajiba. Dans cet esprit, tous les centres de transfusion ont été appelés à se mobiliser avec comme mot d’ordre « Tous pour 1% », en ayant recours à tous les moyens à leur disposition et en proposant chacun son programme de collecte et de promotion de dons de sang. et en ciblant pour chaque Centre de transfusion un total de 363.377 donneurs de sang d’ici la fin de l’année, un chiffre largement suffisant pour frôler le 1pc recommandé par l’Organisation mondiale de la santé, a précisé le directeur.

Bayane Al Yaoum :

• Mohamed Yatim, ministre du travail et de l’insertion professionnelle, a passé en revue, à Genève, l’expérience marocaine en matière de sécurité sociale et de dialogue tripartite comme cadre de promotion des normes du travail décent. S’exprimant lors de la 108ème conférence internationale du Travail, Yatim a rappelé la signature fin avril d’un nouvel accord social avec les partenaires sociaux « comprenant des engagements réciproques, notamment l’augmentation du pouvoir d’achat des travailleurs et des fonctionnaires, le renforcement des libertés syndicales, l’institutionnalisation du dialogue social et la promotion de la protection sociale, ainsi que la concertation en vue de consolider la législation sociale ». Il a indiqué, par ailleurs, que le Royaume « a poursuivi ses efforts pour établir un système de sécurité sociale inclusif et global, mettre à niveau et réformer les programmes de protection sociale existants et développer son mode de gouvernance ».

• Le Brésil soutient les efforts du Maroc pour parvenir à « une solution réaliste » à la question du Sahara, qui n’a que trop duré, a affirmé à Brasilia, le ministre des Relations extérieures du Brésil, Ernesto Araujo, en faisant état de la disposition de son pays à contribuer aux différents efforts pour parvenir à des solutions allant « au delà de la rhétorique ». S’exprimant lors d’une conférence de presse conjointe avec le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale Nasser Bourita, Araujo a indiqué que son pays « a tout intérêt à contribuer aux différents efforts dans le monde pour parvenir à des solutions qui vont au delà de la simple rhétorique et créent des nouvelles bases de coopération », en relevant que le Brésil y apportera tous les moyens en sa disposition. Il a en outre relevé que l’échange de vues sur des questions épineuses a été absolument fondamental, en mettant en relief les relations de grande amitié et de grande confiance que partagent les deux pays.

Akhbar Al Yaoum :

• L’Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale (ACAPS) et l’Unité de traitement du renseignement financier (UTRF) ont signé un protocole d’accord de coopération qui vient renforcer l’engagement des deux instituions en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme. L’accord prévoit les modalités de coopération et de collaboration à développer entre les deux institutions que ce soit en matière d’échange de renseignements et de documents, de déploiement de mesures et actions destinées à lutter efficacement contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme ou d’échange d’expériences. L’ACAPS et l’UTRF conviennent de mettre en place un comité de suivi en charge de l’évaluation des actions menées dans le cadre de cet accord et de créer des groupes de travail techniques sur des problématiques communes, selon la même source.

• Le coût global de l’accord issu du dialogue social s’élève à 14,5 milliards de dirhams, dont 1,2 milliard consacré à l’augmentation des salaires et des allocations familiales des fonctionnaires des collectivités locales, a indiqué le ministre de l’Économie et des Finances, Mohamed Benchaâboun. Lors de la réunion hebdomadaire du conseil de gouvernement, le ministre, qui présentait un exposé sur le dialogue social, a relevé que cette enveloppe dépasse les perspectives de l’ancien dialogue social, soulignant qu’il s’agit d’une augmentation de salaires et des allocations familiales au profit de 900.000 fonctionnaires civils et militaires. L’augmentation des allocations familiales concerne plus de 380.000 fonctionnaires, a-t-il dit, rappelant que l’augmentation des salaires sera effectuée en trois étapes (mai 2019, janvier 2020 et janvier 2021).

Al Ahdat Al Maghribia :

• Le ministre de l’Intérieur a reçu une lettre de démission du président du Conseil de la région Guelmim-Oued Noun de son poste dans laquelle il a fait part de sa volonté de mettre fin définitivement et de manière irrévocable à sa mission à la tête de ce Conseil, a-t-on indiqué de source informée. Par conséquent, le Conseil de la région sera convoqué pour élire un nouveau président et les autres membres du bureau conformément aux conditions, aux modalités et aux délais fixés par la loi.

• Le Conseil de gouvernement a adopté 36 décrets relatifs à la mise en œuvre des résultats du dialogue social, au profit des cadres, fonctionnaires et agents des administrations publiques et des institutions qui en font partie, ainsi que l’administration territoriale et les régimes spéciaux, a indiqué le porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi. En approuvant cette augmentation, le SMIG au sein de la fonction publique sera de 3.300 DH par mois, tandis que le salaire mensuel moyen dépassera 8.000 dh, précise El Khalfi.

Al Alam : • Le ministère de la Maison Royale, du Protocole et de la Chancellerie annonce que les festivités du 20ème Anniversaire de l’accession de Sa Majesté le Roi Mohammed VI au Trône de Ses glorieux Ancêtres, se dérouleront selon les coutumes et les traditions habituelles, et ce à l’instar des années précédentes. Ainsi, les différentes institutions, instances et personnalités nationales sont appelées à commémorer cette heureuse occasion de manière normale, sans célébrations supplémentaires ou spéciales « . • Après la suspension de trois professeurs des Facultés de médecine d’Agadir, Marrakech et Casablanca, la tension est montée d’un cran entre le gouvernement, les étudiants en médecine et pharmacie et le syndicat national de l’enseignement supérieur. Fayçal Lamrini, membre du bureau national du Syndicat national de l’enseignement supérieur, a déploré la manière avec laquelle le ministère en charge de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique a traité ce dossier. « Au lieu d’atténuer cette crise, l’exécutif l’a accentuée davantage », a-t-il dit, notant que le syndicat ne tardera pas à riposter.

Al Massae :

• Le groupe PJD à la Chambre des représentants a déposé une proposition de loi permettant de demander des comptes aux hauts responsables dans les établissements publics, les collectivités territoriales et les entreprises. Ce texte, qui modifie et complète la loi sur l’Inspection générale des finances (IGF), prévoit d’élargir le champ d’intervention de l’IGF, d’introduire de nouvelles dispositions pour renforcer son rôle de surveillance et de prévoir des mécanismes permettant de mettre en œuvre le contrôle et de déterminer ses effets, enter autres. Al Ittihad Al Ichtiraki :

• Les examens prévus dans les facultés de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire resteront ouverts jusqu’au 25 juin devant tous les étudiants conformément au planning déjà annoncé à ce sujet, a indiqué jeudi le gouvernement qui affirme sa détermination à respecter le principe de l’égalité des chances entre tous les étudiants et les médecins marocains, sans aucune discrimination. « Le gouvernement suit avec grand intérêt ce dossier et approuve l’ensemble des mesures et initiatives prises par le ministère de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Formation des cadres, et le ministère de la Santé, pour trouver une solution à la situation que connaissent les facultés de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire au niveau national, en répondant favorablement aux revendications légitimes et raisonnables » des étudiants de ces facultés, souligne un communiqué du gouvernement.

• Entre 2017 et 2019, l’heure d’été a permis de réaliser une économie d’énergie de 37,6 GW, d’économiser la consommation des carburants et de réaliser un gain financier de 33,9 millions de dirhams, selon une étude menée par le ministère de la Réforme de l’Administration et de la Fonction Publique pour évaluer l’impact de l’adoption de l’heure d’été durant la saison d’hiver, qui a concerné les périodes 2012 -2017 et 2017-2019. L’adoption de l’heure d’été a également permis de réduire l’émission de gaz à effet de serre de près de 11,44 tonnes, selon cette étude.

Rissalat Al oumma :

• L’opération « Marhaba 2019 » qui se déroule du 5 juin au 15 septembre 2019 a prévu la mobilisation de 28 navires sur les 11 lignes maritimes, a indiqué le ministère de l’Équipement, du transport, de la logistique et de l’eau. A cet effet, deux axes essentiels ont été renforcés, le premier étant celui de Tanger Med-Algesiras avec 13 navires pour effectuer 53 rotations par jour (8% de plus par rapport à 2018) et offrant une capacité passagers de 47.210 et une capacité voitures de 12.895, soit une hausse de 11% pour les passagers et 13% pour les véhicules, a précisé le ministère.

• Le ministre de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Economie numérique, Moulay Hafid Elalamy, a effectué en compagnie d’Othman El Ferdaous, secrétaire d’Etat chargé de l’Investissement, une visite de travail au Japon, du 11 au 14 juin. L’objectif de la visite était de mettre en avant, auprès de la communauté d’affaire japonaise, le potentiel du secteur industriel marocain ainsi que les opportunités d’investissements qu’il recèle.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.