Comme attendu, l’Italo-suisse Gianni Infantino a été réélu, mercredi, à Paris à la tête de la FIFA pour un second mandat de quatre ans.

Seul candidat en lice, Infantino, qui préside aux destinées de la FIFA depuis le 26 février 2016, a été réélu par acclamation lors du 69ème Congrès de la fédération internationale, qui a ouvert ses travaux dans la matinée dans la capitale française.

Fort de son bilan jugé globalement positif par les observateurs sportifs, Infantino a été reconduit pour le mandat 2019-2023.

Le président de la FIFA, qui a assumé la lourde succession du suisse Sepp Blatter, peut se prévaloir notamment d’un Mondial-2018 en Russie sans fautes, «le plus profitable à ce jour» selon la fédération internationale, avec pour la première fois l’utilisation de l’assistance vidéo à l’arbitrage (VAR).

L’un de ses projets avortés a été cependant celui d’élargir le Mondial-2022 au Qatar de 32 à 48 équipes, au même titre que celui d’une Coupe du monde des clubs à 24 équipes dès juin 2021, projet qui est loin de faire l’unanimité.

Le 69ème Congrès de la FIFA, qui réunit les 211 associations membres, se tient à la veille du match d’ouverture de la Coupe du monde Féminine, France 2019, prévu vendredi soir, dans la capitale française. Cette rencontre inaugurale opposera les sélections française et sud-coréenne.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.