Au Maroc, une rencontre organisée, vendredi à Errachidia, a mis l’accent sur les principaux progrès du Programme de plantation de 3 millions de palmier dattier (2009-2020), lancé le Roi Mohammed VI, le 10 novembre 2009 en cette ville, soulignant que les objectifs de ce programme seront dépassés fin 2019.

Lors de cette rencontre, présidée par le ministre de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts, M. Aziz Akhannouch, des exposés ont été présentés faisant état d’un bilan de réalisations qualifié de positif, passant par l’amélioration des techniques de production, le renforcement des capacités des agriculteurs, la réhabilitation des anciennes palmeraies ou encore l’adoption de techniques modernes d’irrigation et de valorisation des dattes, indique le ministère de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts.

Ainsi, cette rencontre a été l’occasion de mettre le point sur les différentes réalisations dans ce domaine, notamment la distribution et plantation de plus de 2,765 millions de plants, qui devrait atteindre 3,068 millions fin 2019, le renforcement de la recherche et installation de nouveaux laboratoires de l’Etat et du secteur privé, et des infrastructures en matière d’irrigation et d’aménagement de l’espace agricole avec équipement de 15.560 hectares du dispositif de goutte à goutte, la construction et équipement de 48 unités de valorisation des produits de dattes et renforcement de la capacité installée, ajoute le ministère dans un communiqué.

La mobilisation du foncier agricole sur 28 400 ha mis à la disposition des investisseurs et l’Instauration des normes de qualité de 9 variétés marocaines de dattes pour accroître leur valeur commerciale, dont 8 variétés de signe distinctif d’Indication Géographique Protégée (IGP) et un label agricole (variété Najda) ont été également mis en avant lors de ces exposés.

Au terme de cette rencontre, M. Akhannouch a insisté sur la nécessité de la consolidation et de pérennisation des acquis et la multiplication des efforts de l’ensemble des acteurs de la filière pour un développement durable et équitable des zones oasiennes.

Les impacts du programme mesurés pour les principaux indicateurs pour la période 2015-2018, comparés à la période de référence 2003-2007, sont probants et révélateurs des efforts des différents intervenants. Il s’agit en l’occurrence de la valeur ajoutée du secteur qui a plus que doublé et du nombre de journées de travail créées qui ont également doublé avec une amélioration du rendement de la main d’œuvre de 40%. La production a pratiquement doublé avec une nette amélioration de la qualité, grâce à l’entrée en production des nouvelles plantations. Le revenu moyen des agriculteurs s’est amélioré de 33%, grâce à l’amélioration de la qualité de la production.

L’analyse de la situation se rapportant aux réalisations révèle des résultats très positifs pour la plupart des indicateurs, dépassant parfois les objectifs fixés.

Pour accompagner le programme de plantation de 3 millions de palmiers dattier, qui vise sa protection et son développement, l’extension et la densification des palmeraies, l’augmentation de la production de dattes et l’amélioration de la qualité du produit et de sa commercialisation, un Contrat-programme avait été signé en 2010 entre le gouvernement et la profession pour le développement des différents maillons de la chaîne de valeur de la filière palmier dattier à l’horizon 2020 pour un investissement global de 7,6 milliards de dirhams.

Ce Contrat-programme s’est fixé pour objectifs globaux à l’horizon 2020, la réhabilitation et la reconstitution des palmeraies existantes, la création de nouvelles plantations, le renforcement des disponibilités nationales de vitro-plants, l’amélioration de la production de dattes et le développement des exportations en dattes de qualité.

Le palmier dattier s’accapare une place importante dans l’agriculture marocaine et contribue à la préservation de l’écosystème oasien. Le palmier dattier occupe une superficie qui dépasse 60.000 ha, avec plus de 6 millions de palmiers (avec une densité moyenne de 100 arbres à l’hectare), se situant principalement au niveau de la région de Draa Tafilalet (81%), Souss Massa (13%), l’Oriental (3%) et Guelmim Oued Noun (2%).

L’activité phoenicicole contribue de 20 à 60 % dans la formation du revenu agricole pour plus de 1,4 million d’habitants et assure, en plus de la datte, divers matériaux destinés à l’artisanat, à la construction ou à la production d’énergie. En outre, la production de dattes contribue à la création de l’emploi et à la stabilisation des populations dans les zones présahariennes à l’équilibre agro-écologique fragile.

En marge de cette rencontre, le ministre a procédé à l’inauguration du nouveau complexe administratif de l’agriculture à Errachidia, comportant les sièges de la chambre régionale d’agriculture, de la Direction Régionale de l’Agriculture et des directions régionales de l’Office National du Conseil Agricole et de l’Office National de la Sécurité Sanitaire des produits Alimentaires.

Cette rencontre s’est déroulée en présence notamment de M. Yahdih Bouchaab, Wali de la région de Drâa-Tafilalet, gouverneur de la province d’Errachidia, M. Ibrahim Hafidi, Directeur général de l’Agence nationale pour le développement des zones oasiennes et de l’arganier (ANDZOA), et de M. Abdelkrim Ait Elhaj, président de la Chambre régionale d’agriculture et de responsables centraux et régionaux du département.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.