Un scandale qui s’ajoute à d’autres dans le secteur de la santé où le soin des malades est devenu un business lucratif. Et pour cause, une vidéo, publiée par la famille d’un jeune homme, victime d’un accident mortel de la circulation à Mohammédia, a provoqué un véritable tollé.

Dans cette vidéo, selon le quotidien Assabah, un membre de cette famille affirme qu’une clinique privée à Casablanca a demandé aux proches du jeune homme mourant « d’enlever des organes » à ce dernier contre une renonciation aux frais exhorbitants d’hospitalisation.

Le proche de la victime a ainsi fait savoir que l’administration de la clinique a demandé à la famille avant l’admission du jeune homme de déposer un chèque garantie de 50 000 dirhams, somme qui a été revue à la baisse après une âpre négociation pour être réduite finalement à 40 000 dirhams.

Il a également expliqué que le recours à cette clinique, qui a ouvert ses portes il y a seulement quelques mois, était sur recommandation du conducteur de l’ambulance, qui devait transporter la victime du service des urgences de l’hôpital Prince Abdallah de Mohammédia à l’hôpital Ibn Rochd de Casablanca.

Toutefois, le chauffeur a soutenu que l’hôpital public ne pourra rien pour la victime et qu’il faudra l’amener à une clinique qu’il connaissait.

+ Une facture au bout de 36 heures plus de 230 000 dirhams +

En état de choc, la famille a été convaincue par le chauffeur qui n’avait démarré, par ailleurs, l’ambulance qu’après avoir encaissé les frais aller-retour de carburants.

Le proche du jeune homme a ajouté qu’après l’admission de ce dernier un médecin a rassuré les membres de sa famille affirmant que le cas de la victime ne pose aucun problème particulier et qu’elle a été placée en réanimation en les persuadant de partir.
Mais, le lendemain, la famille a reçu un appel téléphonique l’informant que le jeune homme était entre la vie et la mort, et que sa chance de survie ne dépasse pas les 1%.

La famille a été intriguée, cependant, par le comportement de l’administration de la clinique, qui a insisté pour garder la victime jusqu’à sa mort dans la salle de réanimation et a refusé de la leur remettre pour leur facturer au bout de 36 heures plus de 230 000 dirhams, un montant que les membres de la famille ne peuvent payer avant qu’une employée de la clinique ne leur propose le prélèvement de certains organes du jeune patient, notamment les reins et le cœur contre le renoncement au paiement de la somme due.

Ladite proposition a choqué la famille de la victime qui ne pouvait s’attendre à une telle suggestion.

In fine, face à ce genre de situation, on se demande comment ces chirurgiens ont-ils vite oublié le Serment d’Hippocrate ?

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.