De nouveau sous le feu des médias. Al Moqri Abouzaïd Al Idrissi, député du PJD et membre influent du Mouvement unicité et réformes (MUR) affirme que depuis l’avènement de la mondialisation, au cours des années 80, des écrits d’économistes sont apparus faisant état d’une regrettable transformation du rôle de l’Etat, « de l’Etat bienveillant à celui de la fiscalité ».

Le PJDiste, qui intervenait lors d’une rencontre, en début de semaine à Tétouan sur « la famille marocaine et les défis actuels », a affirmé que ce changement intervenu dans la fonction de l’Etat est dû à la pression de la mondialisation et à l’endettement, soutenant que les pressions externes viennent des Nations Unies et de « la mondialisation législative », selon le site arabophone Hespress.

« Nous parlons de lois, petit à petit, nous sommes contraints de les signer. Puis, petit à petit, nous sommes contraints de lever les réserves à leur sujet. Et petit à petit, nous nous approchons du délai légal pour que les Nations Unies commencent à exercer le droit à la coercition. Cette coercition est d’abord financière en privant les pays d’aide, puis en intervenant au moyen de prêts, puis ensuite, elle pourrait devenir militaire », a-t-il dit, selon la même source.

En ce sens, il considère que les conventions internationales relatives aux femmes et à la famille visent « le fondement même de la cellule familiale et son noyau dur, à savoir les valeurs symbiotiques et cohésives ».

Selon ce faucon du MUR, des fonctionnaires se seraient « infiltrés aux Nations Unies et que ce sont eux qui dictent l’agenda ». Il s’agit d’une « catégorie dangereuse qui s’est imposée au sein de l’ONU, qui suivent les dossiers, choisissent les points à l’ordre du jour et en écartent d’autres…Ce sont eux qui pressent la famille marocaine et la menacent, et les conséquences de leurs actes ne sont pas encore visibles », explique-t-il.

+ Beaucoup de célibataires au Maroc +

Par ailleurs, El Idrissi a évoqué plusieurs autres défis « inquiétant résultant d’un changement des valeurs sociales et du mode de consommation, changement qui a eu un impact grave sur la famille et la société comme le recul de l’âge au mariage et le célibat des filles.

Il a, par ailleurs, expliqué le phénomène du recul du mariage par l’apparition de valeurs négatives permettant aux jeunes d’avoir des relations sexuelles hors mariage.

El Idrissi estime que le Maroc occupe « la deuxième position après le Liban » en ce qui concerne le nombre élevé de célibataires dans le Monde arabe.

Concernant l’éducation, le PJDiste a estimé que « l’école marocaine s’oriente vers la francisation, ce qui constitue une menace pour l’identité marocaine et un danger pour la personnalité de l’enfant marocain ».

Face à « ces défis qui menacent la cohésion de la famille marocaine », Idrissi a notamment préconisé un allégement de la pression fiscale sur la famille afin d’encourager le mariage et la reproduction à l’instar de nombreux pays européens tels que l’Allemagne et la France pour éviter le danger du vieillissement démographique. Il a également proposé le contrôle des publicités, de l’internet et des jeux électroniques pour éviter la propagation des valeurs négatives de consommations, appelant, en outre, à doter le ministère de la famille et de la solidarité d’un budget conséquent tout en le débarrassant des secteurs des personnes handicapées et de l’entraide nationale.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.