Abdessamad El Joud, l’auto-proclamé émir de la cellule terroriste qui a décapité les deux randonneuses scandinaves à Imlil, aurait avoué avoir planifié avec ses acolytes de recruter des subsahariens au Maroc afin de developper des liens avec le groupe terroriste djihadiste de l’Afrique de l’Ouest « Boko Haram ».

Selon le journal Al Alam dans son édition de ce mercredi, El Joud et son groupe avaient organisé « un méchoui au bord du barrage Lalla Takarkoust…et avoir invité deux immigrés Camérounais comme prélude à un recrutement de militants africains ».

Le plan concocté durant ce « barbecue islamiste » dans cet endroit discret situé à 40 kms au sud de Marrakech, visait à entrer en contact avec les extrémistes de Boko Haram en utilisant « les connaissances de leurs futures recrues des voies de circulation illégales entre les frontières africaines », explique le journal.

Cette revélation d’Al Alam intervient la veille de la tenue du procès à Salé des 24 accusés impliqués dans le double meurtre d’Imlil au pied du Haut-Atlas en décembre 2018. A noter, l’audience aura lieu ce jeudi 16 mai à la Chambre criminelle de première instance chargée des affaires du terrorisme près l’annexe de la Cour d’appel de Salé.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.