Avant d’accéder à la Primature, les islamistes du PJD ne cachaient pas leur opposition à la vente d’alcool aux musulmans, mais depuis 2012 un certain pragmatisme a prévalu sur les principes. La preuve : les taxes sur les vins ont rapporté à l’Etat l’année dernière près de 653 millions de dirhams, tandis que les recettes de la taxe sur la bière ont atteint 817 millions de dirhams, soit un total de 1,47 milliard de dirhams pour l’ensemble des boissons alcoolisées, selon un récent rapport du ministère de l’économie et des finances.

Le rapport, qui a été relayé par le site arabophone Hespress, a relevé que les recettes des taxes sur ces boissons ont dépassé de plus de 100% les prévisions du gouvernement telles qu’elles figurent dans la loi de finances de 2019.

En ce qui concerne la taxe sur le tabac manufacturé, elle a apporté l’année dernière au budget de l’Etat quelque 10,8 milliards de dirhams, alors que le gouvernement tablait seulement sur 9,5 milliards de dirhams.

+ Surtaxer ne réduit pas nécessairement la consommation d’alcool au Maroc, au contraire +

A noter que les leaders du PJD ne manquent aucune occasion pour fustiger la consommation d’alcool au sein de la société marocaine, toutefois ils n’hésitent pas au sein du Parlement à soutenir la hausse des taxes afin de boucler le budget avec des produits considérés du domaine de l’illicite c-à-d «haram».

Et pour se justifier, il expliquent que cette surtaxe va obliger les gens à réduire leur consommation et du coup protéger la société du mal. Curieuse approche?

Les opérateurs du secteur quant à eux, « le fait de surtaxer les boissons alcoolisées ne réduit pas nécessairement la consommation », notent-ils. Les Marocains consomment toujours autant, sinon plus et ce quelques soit les prix.

Par contre, les activités de contrebande s’élargissent rapidement et « portent atteinte à la santé » des consommateurs, ajoute-t-ils.

Tout un débat…

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.