Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mardi:

L’Economiste :

• La croissance enregistrée au premier trimestre, autour de 2,5%, a permis de générer de nouveaux emplois dans les services, le BTP et l’industrie. Les services comptent 144.000 postes : 63.000 dans le commerce de détail, 27.000 dans la restauration et l’hôtellerie et 23.000 dans les services personnels et domestiques. L’industrie, y compris l’artisanat, dont les chiffres font l’objet d’une polémique entre le gouvernement et le HCP, a créé 4.000 emplois, exclusivement en milieu urbain. En revanche, l’agriculture (forêt et pêche) a perdu 152.000 emplois. La faible campagne céréalière fait beaucoup de dégâts.

• BPO (Business Process Outsourcing), ITO (Information Technology Outsourcing) et ESO (Engineering Service Outsourcing)… Le Maroc figure désormais dans les radars du marché mondial de l’offshoring. Il est en passe de devenir un hub numérique régional aussi bien pour les activités business process outsourcing (BPO) que pour l’offshoring sur l’Europe avec un positionnement de choix en Afrique francophone. En 2018, le secteur a réalisé un chiffre d’affaires à l’export de l’ordre de 10 milliards de DH. Depuis 2014, l’écosystème a généré quelque 70.000 postes de travail. En termes de création d’emplois, il arrive juste après l’automobile et le textile. Le montant global des investissements dans le secteur s’élève à 1 milliard de DH engagé l’an dernier. A l’horizon 2020, l’objectif est de réaliser 18 milliards de DH d’impact sur la balance commerciale.

Le Matin :

• Bombardier cède ses actifs au Maroc mais ne va pas quitter le Royaume. C’est en substance le principal message adressé par Moulay Hafid Elalamy, ministre du Commerce et de l’Industrie, aux médias, ce lundi 6 mai à Casablanca. Selon le ministre, le futur acquéreur de l’usine de Bombardier Aerospace à Nouaceur, va maintenir les engagements et objectifs du constructeur, notamment en termes d’emplois et d’investissement. Mieux, le constructeur canadien s’est engagé dans un nouveau projet de développement au Maroc, impliquant un doublement de sa taille, le terrain ayant déjà été acquis.

• De nouveaux fonds arrivent pour les investissements verts au Maroc. La Banque européenne pour la reconstruction et le développement vient d’approuver un prêt additionnel de 5 millions d’euros au profit de BMCE Bank Of Africa. Ce prêt constitue la seconde tranche d’une ligne de crédit de 10 millions d’euros accordée à la banque marocaine dans le cadre du programme GEFF (Green Economy Financing Facilities) de la BERD. À l’instar du premier prêt d’un même montant signé entre les deux parties mars dernier, la seconde tranche comprend une contribution du Fonds vert pour le climat (FVC) pour un co-financement à taux préférentiel.

Aujourd’hui le Maroc :

• Alors que le pays fait déjà face à un manque criant de ressources humaines dans la santé publique, la situation pourrait se détériorer davantage. Les concours lancés par le ministère de tutelle sont, en quelque sorte, boudés par les potentiels candidats, alors que les affectations dans les villes et zones reculées se font au compte-gouttes. Face à cette situation, les responsables dégainent des pistes qui pourraient être activées prochainement. Il s’agit tout d’abord de la contractualisation. Le bras de fer engagé actuellement entre le ministère de l’éducation nationale et des milliers d’enseignants recrutés au départ par contrat ne semble pas inquiéter outre mesure le ministre de tutelle Anass Doukkali. Plus encore, ce dernier laisse entendre que les contrats sont plébiscités par les médecins eux-mêmes, en raison de la flexibilité offerte.

• Le dispositif de remboursement de la TVA porte ses fruits. 80% du stock des créances ont été apurés durant 2018, représentant un montant de 39,3 milliards de dirhams (MMDH). C’est ce que l’on peut déduire du dernier rapport d’activité de la DGI. En effet, cette dernière s’est fortement mobilisée durant l’exercice pour l’apurement du passif des remboursements TVA, et ce, conformément aux dispositions de la convention-cadre de mobilisation de créances de crédits de la TVA signée en date du 24 janvier 2018 entre le Groupement professionnel des banques du Maroc et le ministère de l’Economie et des finances. Pour ce qui est des recettes brutes issues des droits d’enregistrement et de timbre, elles se sont améliorées de 2,8% pour se situer autour de 17,95 MMDH. S’agissant des recettes nettes, elles ont atteint à fin 2018 les 149,79 MMDH, en amélioration de 6,55 MMDH.

Libération :

• Émigration clandestine: Les efforts du Maroc en matière d’expulsion des candidats subsahariens à l’immigration vers leurs pays d’origine ont été mis en avant par les autorités espagnoles. Une coopération dont le Maroc n’empochera pas moins de 140 millions d’euros contre ses services rendus, selon le journal de droite ABC. Selon le ministère de l’Intérieur ibérique, ce soutien de l’UE prendra la forme d’équipements (bateaux pour la Gendarmerie, équipements destinés à détecter les faux-documents, systèmes biométriques, véhicules …). En effet, Madrid a plaidé et continue à le faire pour conclure un accord avec le Maroc à l’instar de celui qui a été signé avec la Turquie il y a trois ans pour mettre fin à la crise des réfugiés en Europe.

• La question du Sahara est une affaire d’intégrité territoriale et de souveraineté nationale du Maroc, et nullement une question de décolonisation, a affirmé l’ambassadeur représentant permanent du Maroc auprès de l’ONU, Omar Hilale. La question du Sahara ne remonte pas à 1963 ou à 1975, elle est ancrée dans l’histoire du Maroc et son identité, a-t-il souligné à l’occasion du Séminaire du Comité des 24 de l’Assemblée générale de l’ONU, pour les Caraïbes, tenu à Grenade.

Al Bayane :

• Le phénomène est récurrent et devient presque habituel. A la veille de chaque mois de ramadan, les prix des produits alimentaires s’envolent et affichent des hausses excessives. La fièvre des prix touche presque la totalité des produits de grande consommation durant le mois sacré de ramadan. Malgré les contrôles des autorités compétentes, la loi de l’offre et de la demande l’emporte sur tout le reste. La libéralisation de certains produits joue, en effet, pleinement depuis quelque temps, frappant de plein fouet le panier de la ménagère et le pouvoir d’achat du consommateur. Libéralisation, loi du marché, décompensation ou encore libre concurrence…les nouvelles règles de jeu produisent aujourd’hui tout leur effet sur le pouvoir d’achat, du consommateur.

• A l’issue des Assises nationales sur la Fiscalité, la CGEM a réitéré son total engagement pour soutenir la refonte indispensable de l’arsenal fiscal national, indique la Confédération dans un communiqué. « Forte de son expérience, son expertise et sa représentativité, forte de toutes les composantes du secteur privé, la CGEM à travers ses fédérations, ses CGEM-Régions, ses commissions et ses experts, s’est mobilisée pour produire une vision de ce que devrait être une réforme courageuse, adaptée aux évolutions de notre économie et de notre société, une réforme qui tient compte des mutations actuelles et futures de notre environnement, une réforme basée sur l’équité, la transparence, la responsabilité, la citoyenneté et la solidarité dans le cadre de l’État de Droit », souligne la CGEM.

L’Opinion :

• En ce début de ramadan, les transporteurs marocains de poids lourds sont déterminés à faire entendre leur mécontentement. Hier, en guise de contestation, ils ont décidé de se mettre en grève en stationnant leurs camions aux abords de l’autoroute à l’entrée de Rabat, non loin du complexe Moulay Abdellah ralentissait énormément le trafic routier et occasionnait un énorme bouchon sur plusieurs kilomètres, participant ainsi à l’exaspération des automobilistes. Le nœud du problème évoqué par les camionneurs serait le refus par le ministère de l’équipement, du transport, de la logistique et de l’eau, de mettre en œuvre le contenu du procès-verbal qui avait découlé d’une première réunion avec ces derniers.

• En vertu d’une décision prise lors de la matinée du lundi 6 mai entre les présidents des groupes et le Président de la 1ère chambre du Parlement, Habib El Malki, le chef du gouvernement, Saâd Dine El Otmani, présentera lundi 13 mai, le bilan de mi-mandat de l’exécutif. Cette mesure vient en application de l’article 101 de la constitution.

Al Ahdat Al Maghribia :

• En vue de contenir les protestations des futurs médecins qui se poursuivent pour la septième semaine consécutive, le réseau des doyens des facultés de médecine et de pharmacie et de médecine dentaire a tenu une réunion au cours de laquelle il a insisté sur la nécessité de reprendre les études à partir du 6 mai. Présidée par le secrétaire général du département de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique et le président de l’Université Mohammed V de Rabat (UM5), coordinateur du réseau, cette réunion intervient après une série de rencontres d’informations avec les représentants des étudiants, y compris celles tenues le 11 février, les 15 et 29 mars et le 12 avril, à l’invitation de Saïd Amzazi, ministre de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Dans un communiqué, le ministère a souligné l’impératif d’établir un calendrier spécial pour la reprise des études, les examens et les examens de rattrapage, compte tenu des spécificités de chaque faculté.

• Le Maroc a besoin d’une jeunesse investie dans l’innovation et l’entrepreneuriat au service du développement économique et social, en général, et le développement rural en particulier, notamment pour une agriculture moderne et durable et un milieu rural offrant les opportunités de création de la richesse et d’emplois, a indiqué Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts. S’exprimant lors de la cérémonie de clôture des Journées culturelles des étudiants de l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II (IAV), le ministre a souligné la nécessité d’accélérer l’intégration des TIC et des nouvelles technologies du digital pour accompagner les projets structurants du Royaume, particulièrement la modernisation de l’agriculture à travers la conduite de programmes de recherches novateurs répondant aux attentes et aux besoins d’un monde agricole en perpétuelle évolution.

Akhbar Al Yaoum :

• Le flux des Investissements Directs Marocains à l’Étranger (IDME) s’est inscrit en hausse de 56,7% à 2,739 MMDH, au titre des trois premiers mois de l’année 2019, relève l’Office des Changes, qui explique cette hausse par la progression des dépenses des investissements à l’étranger (+48,5% à 3,351 MMDH), et par l’augmentation des recettes de 20,5%. Les exportations s’établissent ainsi à 74,24 MMDH contre 71,326 MMDH au titre de la même période, indique l’Office dans une note sur ses indicateurs des échanges extérieurs. Cette hausse fait suite à l’accroissement des ventes de la majorité des secteurs, notamment les Phosphates et dérivés (+20,5%), l’Agriculture et agro-alimentaire (+3,2%) ainsi que l’Automobile (+1,6%), précise la même source.

• L’organisation marocaine des droits humains (OMDH) a condamné la note adressée par Saïd Amzazi, ministre de l’Education nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, aux présidents des universités pour l’interdiction de l’organisation de manifestations dans les universités. Dans un communiqué, l’OMDH rappelle que les universités sont des établissements publics dotés de la personnalité morale et de l’autonomie administrative et financière. Pour ce qui est du cadre de l’exercice des missions qui leur sont imparties, ces universités jouissent de l’autonomie pédagogique, scientifique et culturelle, sous réserve des dispositions de la présente loi, selon l’article 5 de ladite loi. L’OMDH a appelé toutes les composantes de l’université, étudiants, professeurs, cadres administratifs et les partenaires à garantir la liberté d’opinion et d’expression et d’organisation. Elle a également demandé de retirer « immédiatement » la note d’Amzazi en vue de préserver l’« ouverture nécessaire » de toutes les composantes de la société qui ont tissé des liens avec l’université, notamment les institutions onusiennes, internationales, régionales et nationale, les organisations de la société civile et celles du secteur privé.

Al Alam :

• Avec un recul de 61.000 chômeurs, résultant d’une baisse de 69.000 en milieu urbain et d’une hausse de 8.000 en milieu rural, la population active en chômage est passée, entre le premier trimestre de l’année 2018 et celui de 2019, de 1,272 million à 1,211 million chômeurs, enregistrant une baisse de 4,8% dans le volume global du chômage au niveau national, fait savoir le HCP dans une note sur la situation du marché du travail au au premier trimestre 2019. Les taux de chômage les plus élevés sont observés dans les régions de Guelmim-Oued Noun (20,8%) de l’Oriental (16,3%), et avec moins d’acuité, quatre autres régions dépassent la moyenne nationale (10%) à savoir Laayoune-Sakia El Hamra (14,8%), Rabat-Salé-Kénitra (12,2%), Souss-Massa (12%) et Casablanca-Settat (10,1%), relève la même source.

• Les projecteurs ont été braqués sur le secteur informel lors des 3èmes Assises nationales sur la Fiscalité. Ce secteur enregistre en effet un chiffre d’affaires atteignant les 410 milliards de dirhams, soit 13% du PIB, et crée 4 millions d’opportunités d’emploi. Pour plusieurs participants, le secteur informel a un impact négatif sur les entreprises légalement établies eu égard à une concurrence déloyale. Mais pour ce qui des revenus fiscaux, ils se révèlent négligeables pour l’Etat.

Al Ittihad Al Ichtiraki :

• « Nous attachons un intérêt particulier au développement des compétences des infirmiers. L’amélioration de la qualité de l’enseignement et de la formation des personnels infirmiers figurent parmi les priorités du plan Santé 2025 », a dit Doukkali lors d’une rencontre tenue par l’association « l’œuvre goutte de lait » en célébration de la 5ème Journée mondiale de l’infirmier et de l’infirmière. Doukkali a, en outre, fait savoir que son département œuvre pour assurer aux professionnels de la Santé les conditions adéquates pour l’exercice de leur fonction, saluant l’action et le travail important qu’accomplissent, dans les différentes structures publiques et privées, les infirmiers et infirmières, pivot de la santé des patients, de la prise en charge de leurs maladies, de la gestion et de la coordination des ressources qui leur sont nécessaires.

• L’Alliance de l’enseignement privé au Maroc a affirmé que l’enseignement scolaire privé est une partie indissociable du système éducatif national et une composante incontournable de l’école marocaine, exprimant ses réserves à l’égard de la démarche adoptée dans l’élaboration de la monture finale du projet de loi cadre sur l’enseignement. Elle a dénoncé le non respect par le ministère de tutelle des engagements pris au sujet du secteur, notamment l’accord cadre signé le 8 mai 2007 entre le gouvernement et les représentants du secteur, et en particulier la question de la formation des professeurs et les incitations fiscales.

Al Massae :

• Le secrétaire général du ministère de l’Énergie, des mines et du développement durable, Mohamed Ghazali, a affirmé la volonté de son département de renforcer le système de contrôle du stock et de la qualité des hydrocarbures raffinés et du gaz naturel carburant (GNC), au niveau de toutes les étapes de la chaine. Cette démarche vise à mettre en place un système de traçabilité basé sur les technologies modernes avancées pour définir les responsabilités des différents intervenants dans la chaîne de distribution des produits en question, a précisé Ghazali qui intervenait à l’ouverture d’une Journée de concertation sur le contrôle rationnel des produits pétroliers liquides.

• La population fiscale a effectué près de 2,8 millions opérations de télé-paiement en 2018, générant une recette de plus de 120 milliards de dirhams (MMDH), soit 85% des recettes fiscales globales, indique la Direction générale des impôts (DGI). Cette recette est répartie sur l’impôt sur les sociétés (48 MMDH), la taxe sur la valeur ajoutée (37 MMDH), l’impôt sur le revenu (27 MMDH) et les droits d’enregistrement et de timbres (9 MMDH), précise la DGI dans son rapport d’activité au titre de l’exercice 2018.

Bayane Al Yaoum :

• Des garde-côtes de la Marine royale en opération au détroit de Gibraltar ont porté secours, dans la nuit de samedi à dimanche, à seize embarcations pneumatiques de fortune avec à leur bord un total de 151 Subsahariens. L’ensemble des candidats à l’émigration clandestine ont été acheminés sains et saufs à Tanger.

• Les prix des denrées alimentaires de consommation courante se sont élevés depuis samedi dernier. Le prix de tomates a atteint 5 DH/kg, alors que d’autres légumes ont enregistré une hausse oscillant entre 1 et 2 dirhams. Les prix du poisson, une denrée très sollicitée par les Marocains pendant ramadan, se sont révélés excessifs. Ainsi le prix du merlan a atteint 80 DH/kg alors que la sole a augmenté jusqu’à 120 DH/ le kilo.

Rissalat Al Oumma :

• En 2018, le Maroc a importé 77.5 tonnes de thé provenant de Chine, ce qui représente environ un cinquième des exportations de thé chinois. Avec cette quantité, le Maroc figure en tête des pays importateurs du thé chinois. Jinli Tea, une petite compagnie de la ville de Hubei, dans la province de Lichuan, est devenue la plus grande entreprise d’exportation de thé vers le Maroc. Cette évolution est en grande partie due à la nouvelle route de la soie.

• Les opticiens lunettiers entendent observer mardi une grève. Ils protestent contre le projet de loi 45.13 relatif à l’exercice des professions de rééducation, de réadaptation et de réhabilitation fonctionnelle, considérant que ses dispositions ne sont pas conformes à leurs aspirations. Le syndicat professionnel national des opticiens du Maroc a appelé tous les opticiens lunettiers à participer à cette grève nationale, jugeant que ce texte ne tient pas compte des spécificités de la profession. Il a appelé le ministère de la Santé à ouvrir un dialogue sur ce projet afin de produire un texte qui répond aux attentes des professionnels.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.