Par Dr. Jaouad Mabrouki ***

Le mariage n’est jamais une obligation, mais pour celui ou celle qui veut se marier, une méditation individuelle est nécessaire avant de s’engager comme associé(e) dans cette entreprise. Cette étape est obligatoire avant de passer à la phase de la connaissance de celui ou de celle qui va s’engager à son tour comme partenaire de cette union institutionnelle.

Dans cet article je vais traiter uniquement la 1ère étape strictement individuelle qui reste à la charge de celui ou de celle qui compte s’investir dans l’entreprise du mariage. Il s’agit d’un pur travail sur soi à travers trois questionnements inévitables.

1- Pourquoi je veux me marier ?

La majorité des jeunes, à un moment de leur vie, décident de se marier. Mais quelles sont les raisons de cette lourde décision? Pour certains, c’est parce qu’ils sont amoureux, ou parce qu’ils sont chastes, ou parce qu’ils ont besoin de compagnie agréable constante, pour d’autres parce qu’ils veulent avoir des enfants ou bien pour accomplir un dogme religieux.

Il est certain que nous n’avons pas tous les mêmes raisons pour nous marier. Il est certain aussi qu’il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises raisons. Par contre, il est important de prendre un temps méditatif afin d’identifier par écrit (pour une meilleure visualisation) les raisons personnelles de vouloir s’engager dans le mariage et de les présenter par la suite à celui ou à celle avec qui nous comptons nous marier, afin d’unir la vision et de brasser les intérêts communs.

2- C’est quoi « le mariage » pour moi ?

Pour certains c’est le sexe hallal, ou c’est la sécurité, ou c’est une usine à bonheur, pour d’autres c’est une tradition culturelle, pour « faire comme tout le monde », ou alors un titre ou un exploit social.

Il est nécessaire pour chacun et chacune de méditer là-dessus et d’essayer de donner une définition strictement personnelle du mariage et d’être convaincu de ce qu’il représente dans sa portée sociale, juridique, religieuse (pour les croyants) et économique.
Le mariage n’est-il pas un engagement vis-à-vis de l’associé(e), de la société, du gouvernement et de Dieu (pour les croyants) ? Il est important d’identifier en quoi consiste cet engagement et en suis-je capable ? Comment puis-je développer mes capacités pour honorer mes engagements dans le mariage ? Quelles sont mes limites en quoi je vais m’engager ?

Évidement, il ne s’agit pas d’établir une liste des engagements, mais c’est plutôt à celui ou celle souhaitant se marier de faire sa propre recherche et d’arriver à ses propres convictions afin d’évaluer s’il ou elle est capable de les respecter ou non ?

C’est ce travail sur soi qui est important et non les conseils des spécialistes, en psychologie de comptoir ou en théologie miraculeuse, qui dressent des listes interminables qui toutes débutent par « il faut…, il faut…. il faut… ». Tous les conseils débités sont intéressants, si seulement ses débiteurs les vivent eux-mêmes les premiers en silence.

3- Est-ce que je me connais bien?

C’est une étape cruciale et douloureuse, mais elle est la clé de la réussite de la communication conjugale. Il est courant d’entendre qu’il faut bien connaitre le ou la partenaire avant le mariage. Ceci est une grosse erreur car il est impossible de connaitre l’autre d’autant plus que nous évoluons tous d’une année à une autre et celui que vous connaissez bien aujourd’hui, sera demain un autre. Ceci explique pourquoi nous entendons toujours les partenaires dire « il ou elle n’était pas comme ça au début, il ou elle a changé et je ne le ou la reconnais plus ». C’est la loi de la nature.

C’est pour cette raison, qu’il faut se regarder dans le miroir et d’essayer de faire connaissance avec soi en toute franchise et de dessiner une carte de sa personnalité, de son tempérament, de ses points forts et ses points faibles. Ainsi, chacun se présente à l’autre, voici ce que je suis. Une fois que cette carte personnelle est faite avec clarté, le futur marié décide sur quels points forts il va travailler en les développant davantage et quels sont les points faibles qu’il va faire l’effort de corriger et de canaliser. Ainsi, n’importe quelle critique à son encontre, ne le déstabilisera pas étant donné qu’il connaitra bien ses points faibles et qu’il les aura même présentés à son partenaire.
Ainsi, le fait de très bien se connaitre, permettra à la personne de bien savoir comment éviter les situations où il peut perdre son contrôle et celles où il peut être à l’aise et prévoir des stratégies diplomatiques qui lui permettront d’être toujours en cohérence avec lui-même et avec le ou la partenaire.

*** Docteur Jaouad Mabrouki Expert en psychanalyse de la société marocaine et arabe

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.