À Alger, des centaines de milliers de personnes ont manifesté, dès les premières heures de ce vendredi 3 mai 2019, notamment au centre-ville et à l’esplanade de la Grande Poste, pour exiger « Esolta l’chaâb » (le pouvoir au peuple) dans une allusion au départ du gouvernement Bedoui et autres lieutenant de Bouteflika et à la restitution du pouvoir au peuple algérien.

« Yatnahaou gaa » (Ils doivent tous dégager) lit-on sur des banderoles, parmi les slogans hostiles au pouvoir en place, ont été brandies, lors de 11ème vendredi de contestation populaire pour exiger « le départ du gouvernement Bedoui, de Bensalah… » ainsi que « l’arrestation » de l’ancien premier ministre d’Ouyahia », selon des sites d’information algérois dont El Watan.

+ Le Général Gaïd Salah contesté? +

Les manifestants, qui défilaient avec les drapeaux algérien et amazigh et autres pancartes, maintiennent le caractère pacifique de la manifestation, ajoutent les mêmes sources.

« Les revendications du peuple, qui souhaite le changement du système et d’aller vers une deuxième république et un Etat démocratique et de droit, rejoignent-elles les aspirations de Gaïd Salah, qui agit en vrai chef de l’Etat et en gérant des affaires courantes, comme le démontrent les différentes directives qu’il donne aux institutions, notamment la justice dernièrement ? », se demande El Watan.

Et d’ajouter : « Il est tout à fait légitime, du moins pour ces Algériens qui manifestent publiquement leurs craintes sur les agissements de Gaïd Salah et refusent son ingérence dans les affaires politiques, de poser ces questions qui en tourmentent plus d’un ».

Pour rappel, le Général Gaïd Salah, chef d’Etat-major de l’armée algérienne qui a contribué à la démission de Bouteflika, agit depuis le 2 avril en véritable chef d’Etat.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.