Un nouveau bras-de-fer. Le ministère de la santé n’a pas réussi à calmer la grogne des étudiants en médecine et en pharmacie à Casablanca, qui ont décidé d’observer une grève en signe de protestation contre « l’improvisation » qui a marqué la mise en œuvre du projet de création des facultés de médecine privées en l’absence des structures d’internat appropriées.  

En ce sens, le conseil des étudiants en médecine, le bureau des étudiants en médecine dentaire et celui des étudiants en pharmacie à Casablanca ont annoncé une grève d’une semaine des médecins internes dans les centres hospitaliers régionaux et préfectoraux à partir de ce lundi en plus d’un sit-in mardi à la faculté de médecine dentaire.

Les mêmes instances ont également décidé, selon Hespress, d’organiser mercredi un sit-in de 24 heures à la faculté de médecine et de pharmacie de Casablanca et d’entreprendre le 1er mai une marche de protestation au CHU du 20 août de la capitale économique suivie d’un sit-in jeudi devant la faculté de médecine et de pharmacie avant de rejoindre leurs homologues à Tanger en vue de tenir un sit-in commun avec ces derniers.

Ce programme de protestations intervient à l’appel de la coordination nationale des étudiants de médecine au Maroc qui met l’accent sur « le boycott des examens du 2éme semestre de l’année universitaire en cours dans l’ensemble des facultés de médecine et de médecine dentaire ».

De même des assemblées générales des médecins internes ont été annoncées en vue d’examiner la décision du boycott des examens et d’organisation de marches régionales de bougies et de sit-in entre le 29 avril et le 3 mai prochain.

+ Des engagements qui datent du 3 Novembre 2015 +

A l’origine de ce mouvement, selon Hespress, les décisions « unilatérales » prises par le secrétariat d’Etat à l’enseignement supérieur relatives aux critères pédagogiques du doctorat de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire lesquelles décisions, selon les étudiants, « portent atteinte au principe de l’égalité des chances et aux stages de la 6éme année des étudiants de médecine dentaire ».

La coordination se dit « étonnée » de l’abandon  de la mise en œuvre des engagements pris dans le cadre de l’accord du 3 novembre 2015 conclu entre la coordination nationale des étudiants de médecine, de médecine dentaire et les ministères de la Santé et de l’Enseignement supérieur, accord qui stipule d’associer les étudiants à toute réforme intéressant la formation de médecins au Maroc.

Les instances estudiantines appellent notamment à l’amélioration des conditions de formation en médecine dentaire qui souffre de surcharge des effectifs des étudiants et d’un manque en équipement ainsi que de problèmes sécurité dans les salles de travaux pratiques.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.