Le Parlement européen, réuni en plénière à Strasbourg, a appelé, mercredi, à une réévaluation de l’aide de l’Union et son adaptation aux besoins réels des camps de Tindouf, ainsi qu’au recensement des populations des camps, mettant ainsi fin aux supercheries de l’Algérie et ses protégés du Polisario, démasqués par le rapport d’enquête de l’Office européen de la lutte anti-fraude (OLAF) qui a révélé des détournements massifs et organisés de l’aide humanitaire internationale aux détriments des populations séquestrées.

Dans une résolution sur la base d’un rapport concernant la décharge sur l’exécution du budget général de l’UE pour l’exercice 2013, le Parlement, qui a pris acte des résultats du rapport de l’OLAF relatif aux détournements, a demandé à la Commission européenne « de fournir des éclaircissements sur les mesures prises en réponse aux conclusions de ce rapport », la pressant de veiller à ce que les responsables algériens et ceux du Polisario incriminés par ledit rapport « n’aient plus accès à l’aide financée par les contribuables européens ».

Le Parlement européen s’est également inquiété de l’absence d’un recensement de la population des camps de Tindouf, dans le sud-ouest du territoire algérien, « pendant une période aussi prolongée (près de trente ans après leur arrivée) », soulignant qu’il s’agit là d’une « situation anormale et unique dans les annales du Haut-Commissariat aux Réfugiés (HCR) des Nations unies ».

Dans une déclaration , M. Alem Menouar, ambassadeur du Maroc auprès de l’Union européenne, s’est félicité du vote du Parlement européen qui, avec raison et sagesse, s’est aligné sur le vote de la Commission de contrôle budgétaire, en condamnant ces détournements massifs et systématiques et demandant que les responsables incriminés dans cette vaste entreprise mafieuse n’aient plus accès à l’aide destinée à nos frères séquestrés dans les camps.

M. Alem a salué d’autre part la demande formulée par le Parlement européen concernant l’enregistrement et le recensement des populations des camps de Tindouf, en rappelant que la dernière résolution du Conseil de sécurité des Nations unies a réitéré son appel à l’Algérie à déployer des efforts pour faciliter le recensement et l’enregistrement des populations des camps de Tindouf, conformément à ses obligations internationales.

La nouvelle résolution du Parlement européen vient conforter l’appel, lancé la veille par l’Association des contribuables d’Europe (Taxpayers Association of Europe) afin que l’Union européenne s’assure que l’aide humanitaire, accordée aux populations des camps de Tindouf et financée par le contribuable européen, ne fera plus l’objet de détournements par les responsables algériens et les dirigeants du Polisario.

L’appel de l’Association européenne s’est appuyé sur le rapport qui a été réalisé par l’OLAF en 2007 mais n’a pu être rendu public qu’en janvier dernier suite à l’intervention du Médiateur européen.

Le président de l’Association, Rolf von Hohenhau, s’est interrogé sur les raisons qui ont fait que ce rapport de l’OLAF ait été passé sous silence pendant toutes ces années, en relevant que la Commissaire européenne en charge du budget, n’a pas donné, jusqu’à présent, aux eurodéputés des réponses satisfaisantes concernant leurs interrogations à ce sujet.

Il s’est également demandé si l’exécutif européen a la capacité de s’assurer que les responsables de ces fraudes n’aient plus accès aux moyens de l’UE.

Article19.ma/MAP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.