Diversité et tolérance. Il était une fois, « Les cloches de Toumliline »… une histoire de Bénédictins au Maroc qui rappelle la mémoire du vivre ensemble dans la région du Moyen-Atlas près d’Azrou, où le monastère de Toumliline a été fondé en 1952 et témoigne à ce jour de la coexistence entre les religions musulmane, chrétienne et judaïque.

Selon son réalisateur, Hamid Derrouich, le film (52 minutes) raconte l’histoire de Simon, venu s’installer au Maroc entre 1952 et 1968 et une partie de son parcours et explique comment ce monastère a été construit.

Le film apporte des témoignages sur ce que le monastère a accompli sur les plans social, environnemental et culturel au profit des habitants d’Azrou et d’autres régions en plus du soutien accordé aux revendications légitimes de la population marocaine au cours de cette période jusqu’à sa fermeture surprenante, a déclaré aux journalistes, Hamid Derouich.

Le réalisateur s’est exprimé après la présentation du documentaire de 56 minutes (noir et blanc/couleur) en avant-première vendredi soir à la Bibliothèque nationale de Rabat en présence de nombreuses personnalités dont l’ambassadeur de France au Maroc.

Derrouich a ajouté que son film n’est pas sur les religions mais sur « notre capacité à respecter la différence, et c’est ce message que le film comporte que nous soyons musulmans, chrétiens ou juifs ».

+ Il y avait une diversité extraordinaire à Toumliline +

De son côté, l’archevêque du Diocèse de Rabat, Cristóbal Lopez Romero, a souligné l’importance de la remémoration de l’histoire du Maroc et de la relation du royaume avec l’église, estimant que « nous avons besoin de nous remémorer cette histoire ».   

« Notre avenir doit être, comme l’ont recommandé le roi Mohammed VI et le pape François, un avenir de fraternité et que nous donnerons l’exemple de la vie en fraternité », a-t-il affirmé.

Pour sa part, le secrétaire général de la Fédération française des juifs marocains,  Simon Skira, a évoqué ses souvenirs à Toumliline, rappelant qu’il a vécu son enfance au Maroc jusqu’en 1967 et qu’il a participé à de nombreux événements de la communauté juive dans le royaume.

« Il y avait une diversité extraordinaire à cet endroit (Toumliline), il m’a donné une ouverture sur l’avenir et sur le monde », a affirmé Skira.  

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.