A l’instar des supporters du Raja de Casablanca, qui ont créé leur chanson « Dans mon pays ils m’ont opprimé – في بلادي ظلموني » devenue célèbre, leurs homologues du club rival, le Wydad de Casablanca, ont créé la leur qui porte le titre de « Le cœur est triste – قلب حزين » et critique la situation sociale dans le pays.

Les fans des rouge-et-blancs ont commencé à échanger les paroles de cette chanson sur les réseaux sociaux et il n’est pas exclue qu’ils l’entonneront prochainement dans les stades. La chanson formule ainsi de nombreuses critiques à l’encontre des autorités gouvernementales et les tient pour responsables des conditions difficiles que vivent les jeunes au Maroc.

Cette chanson était tant « attendue » après celle créée par les supporters du Raja et qui a pris une « dimension internationale » explique le sociologue Fouad Belmir au site arabophone Hespress, notant au passage que « les fans de l’équipe rivale, le Wydad, ne pouvaient rester sans réagir, et bien sûr leur chanson aborde la situation sociale et les problèmes de la jeunesse. 

Le public Wydadi considère qu’il avait été battu par les Rajaouis et qu’il était de son devoir de créer sa propre chanson pour faire « un match nul ». 

Ces jeunes expriment leurs sentiments à travers des chansons. Ce qu’ils font est normal, car « ils souffrent de privation et de chômage, et voient ce qui se passe dans la sphère de l’économie et de la gestion locale…Ils ont donc le droit de manifester dans les tribunes de manière pacifique », affirme Belmir.

 + Les stades de football… un espace de protestation +

Il a souligné que ces chansons, qui dévoilent les problèmes sociaux « font partie intégrante de la vie quotidienne des jeunes et expriment leur sentiment de frustration », ajoutant que ces jeunes sont également confrontés à « des problèmes financiers » lorsqu’ils veulent par exemple accompagner leur club pour l’encourager, ce qui les affecte au plus profond d’eux ».

« Ces chansons de protestation que les ultras entonnent dans les stades n’ont rien de politique mais elles ont une dimension sociale » et non pas de la manière dont certaines personnes veulent les présenter en tentant d’exploiter (politiquement) ces problèmes des jeunes.

Les stades de football ne se limitent plus au spectacle mais ils sont devenus aussi « un espace de protestation » dont le hooliganisme est un des aspects, ajoute-t-il.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.