Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mercredi :

L’Economiste :

•Trois projets de loi organiques manquent toujours à l’appel. Le processus d’adoption de ces textes prévus par la Constitution n’a pas avancé malgré leur transfert au parlement en 2016. Trois ans après, ils sont toujours en stand-by au niveau des commissions à la Chambre des représentants. Pourtant, il s’agit de projets stratégiques, portant notamment sur la réglementation du droit de grève ou sur la consécration du caractère officiel de la langue amazighe et les modalités de son introduction dans l’enseignement.

• Le débat sur la retraite reprend. En jeu, cette fois-ci, les salariés du privé dont le régime est géré par la CNSS. La Caisse vient de recevoir les conclusions de l’étude commanditée auprès de Mazars Maroc. Le Comité de gestion a démarré ses réunions mais les décisions vont peut-être attendre l’étude globale sur le système (public et privé) lancée par le ministère des Finances. L’une des conclusions qui ressortent de l’étude de Mazars est la nécessité (mais pas l’urgence!) de réformer le régime actuel puisqu’il est déséquilibré et sa pérennité n’est pas assurée. Les premiers déficits sont attendus dans 5 ans et l’épuisement des réserves en cas de statu quo en 2039.

Le Matin :

• Son Altesse Royale le Prince Héritier Moulay El Hassan a présidé, mardi à Sahrij Souani à Meknès, l’ouverture de la 14e édition du Salon international de l’agriculture au Maroc (SIAM-2019), organisée du 16 au 21 avril sous le Haut patronage de S.M. le Roi Mohammed VI, autour du thème « l’agriculture, levier d’emploi et avenir du monde rural ». Au début de la cérémonie d’ouverture, S.A.R. le Prince Héritier Moulay El Hassan a procédé à la remise des signes distinctifs d’origine et de qualité à quatre agriculteurs producteurs.

• Une nouvelle plateforme multi-acteurs pour les jeunes entrepreneurs et les porteurs de projets. La Banque africaine de développement (BAD) s’apprête à activer au Maroc un nouveau programme d’appui à l’entrepreneuriat «Souk At Tanmia». À cet effet, elle organise, le 22 avril à Guelmim, la cérémonie de lancement national de ce programme. Ce dernier est appuyé par le ministère de l’Économie et des Finances ainsi que la coopération danoise (DANIDA), qui mobilise un financement de 4,74 millions d’euros. « Avec un mécanisme combinant l’accès au financement et l’accompagnement ciblé, l’objectif de l’initiative Souk At Tanmia est de donner un nouvel élan aux jeunes, femmes, associations, coopératives et micro-entrepreneurs pour innover, entreprendre et concrétiser leurs idées », souligne la BAD dans un communiqué

Al Bayane :

• SM le Roi Mohammed VI a adressé un message de soutien et de solidarité au président de la République française, Emmanuel Macron, suite à l’incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris. Le souverain adresse également ses pensées émues au peuple français tout entier, dont la cathédrale est l’un des symboles de son Histoire, relevant que cette catastrophe touche non seulement un des monuments historiques les plus emblématiques de la ville de Paris, mais aussi un lieu de prière et de recueillement pour des millions de fidèles du monde entier.

• Plus de 40% des conducteurs marocains avouent qu’ils donnent la priorité à l’efficacité énergétique lors de l’acte d’achat d’une nouvelle voiture, affirme la marque Ford dans une étude réalisée récemment. Cette dernière révèle également que 35% des Marocains interrogés ont mentionné le critère de l’économie de carburant comme étant prioritaire, en raison notamment de l’inquiétude liée à l’augmentation des prix des carburants (34%), mais aussi au volet écologique.

Aujourd’hui le Maroc :

• Le montant total des levées de fonds en 2018 s’élève à 1,681 milliard de dirhams (MMDH), dont 508 millions de dirhams (MDH) de fonds marocains et 1,173 MMDH de fonds transrégionaux en progression par rapport à 2017 qui avait enregistré 1,318 MMDH, selon le rapport de l’association marocaine des investisseurs en capital (AMIC) sur l’activité du capital investissement. Les fonds transrégionaux accaparent 77% des levées pour le Maroc sur la période 2012 -2018, souligne le rapport.

• Digitalisation du notariat : le nouveau tour de vis d’Aujjar. Ils ont soufflé l’idée du passage à la digitalisation lors de leur 1er congrès organisé récemment à Marrakech. Lundi dernier, ils l’ont officialisée à Rabat. Les notaires adhèrent ainsi pleinement à cette ère moderne. Une démarche qui fait chaud au cœur du ministre de la Justice qui intervenait en prélude à la signature d’une convention d’échange électronique entre le Conseil national de l’Ordre des notaires et l’Agence nationale de la conservation foncière, du cadastre et de la cartographie. Comme le précise Mohamed Aujjar, cette modernisation digitale facilitera la tâche aux professionnels et aux citoyens. Selon le ministre, cette mesure de digitalisation, chapeautée par ľAgence épargnera aux professionnels et aux clients les déplacements aux différentes annexes foncières de l’agence.

L’Opinion :

• La majorité des Marocains n’apprécient pas le système fiscal national. Cette réalité, amère, vient d’être dévoilée récemment par une enquête sur la perception du système d’imposition par les Marocains, réalisée par le cabinet d’études mondial Ipsos. L’enquête a été menée au début de ce mois auprès d’un échantillon de 300 personnes, âgées de plus de 18 ans (54% de femmes et 46% d’hommes). Il en ressort ainsi qu’à peine 11 % des Marocains font confiance au système fiscal, trois sur quatre ne font pas confiance au système d’imposition de leur pays, et 8 sur 10 estiment que la concertation de l’administration avec le citoyen sur les impôts reste insuffisante. L’enquête fait ressortir, par ailleurs, que 37% des sondés estiment que l’impôt est légitime, souligne l’enquête.

• Le rôle vital de l’agriculture dans l’emploi des jeunes et le développement rural sera le sujet phare abordé lors de la 14ème édition du Salon international de l’agriculture au Maroc (SIAM 2019). Placé sous le haut patronage de SM le Roi Mohammed Vl, ce salon constitue l’occasion propice aux participants de discuter de la question de l’emploi dans un secteur qui ne cesse de se moderniser et de se développer, ce qui le met en situation de besoin en compétences hautement formées. Le SIAM 2019, qui connaîtra la participation de 1.500 exposants de plus de 60 pays et de responsables et experts, présentera, à pas moins d’un million de visiteurs, les potentialités et les opportunités qu’offre l’agriculture marocaine, en particulier aux jeunes et à la population rurale.

Libération :

• Le Système des Nations Unies pour le Développement (SNUD) au Maroc prendra part à la 14ème édition du Salon International de l’Agriculture (SIAM), qui se tient du 16 au 21 avril 2019 à Meknès. Cette participation permettra de mettre en avant la coopération entre le Maroc et le Système des Nations Unies pour un développement agricole durable et inclusif selon l’esprit de l’agenda 2030. Pour la première fois au SIAM, agences spécialisées, fonds et programmes des Nations Unies actifs dans le développement agricole et rural – notamment FAO, ONUDI, ONUFEMMES, OIM, PNUD, UNESCO, et UNHCR – seront réunies dans un stand commun et auront ainsi l’opportunité de présenter la contribution du SNUD au développement du secteur agricole et rural à travers plusieurs projets et programmes et son implication multisectorielle pour l’atteinte des Objectifs de développement durable.

• La compagnie aérienne Turkish Airlines vient d’ajouter à son vaste réseau une nouvelle ligne reliant Marrakech à Istanbul. Un avion de ladite compagnie a atterri, lundi après-midi, à l’aéroport international de Marrakech-Menara, marquant ainsi l’inauguration de cette nouvelle ligne directe entre la ville d’Istanbul et la cité ocre. A son arrivée sur le tarmac de l’aéroport, l’avion de la compagnie aérienne turque, un Boeing « 777-300 ER », a été accueilli par le salut traditionnel aux canons à eau. Une cérémonie a également été organisée à l’aéroport pour célébrer cet événement, en présence notamment de dirigeants de la Turkish Airlines, de responsables de l’aéroport de Marrakech-Menara, d’élus locaux ainsi que de représentants de plusieurs médias marocains et turcs.

Al Alam :

• La situation des charges et ressources du Trésor a dégagé, à fin mars 2019, un déficit budgétaire de 3,6 milliards de dirhams (MMDH) contre 9,8 MMDH durant la même période un an auparavant, selon la Trésorerie Générale du Royaume (TGR). Ce déficit tient compte d’un solde positif de 12,8 MMDH dégagé par les comptes spéciaux du Trésor (CST) et les services de l’État gérés de manière autonome (SEGMA), précise la TGR dans son bulletin mensuel de statistiques des finances publiques de mars 2019.

Al Ittihad Al ichtiraki :

• Fitch Ratings a annoncé avoir maintenu la note « BBB-» pour le Maroc avec une perspective stable. Pour les analystes de l’agence, la note «BBB-» du Maroc est confortée par sa stabilité macroéconomique, ses réserves confortables et une faible part de la dette en devises dans la dette publique. Cette stabilité est cependant menacée par la faiblesse des indicateurs de développement et de gouvernance, le niveau élevé de la dette publique et des déficits budgétaire et du compte courant qui dépassent largement les pays du même niveau que le Royaume.

• Deux conventions ont été signées, lundi à Casablanca, portant respectivement sur la création de la zone industrielle « Ahl Loughlam », dans la préfecture des arrondissements Sidi Bernousi, et l’amélioration des services en milieu rural au niveau de la région de Casablanca-Settat. En vertu du premier accord, cette zone industrielle sera créée au profit des entreprises opérant dans le secteur des industries de cuir avec la possibilité d’y installer également d’autres types d’entreprises. La deuxième convention devrait permettre à 99% de la population rurale de la région d’accéder à l’eau potable, à l’horizon 2023.

Bayane Al yaoum :

• Le Haut Commissaire aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification a affirmé avoir alloué un budget total de 200 millions de dirhams au programme 2019 de prévention et de lutte contre les incendies de forêt. Ce montant devrait couvrir, entre autres, les travaux d’entretien de tranchées pare-feu, l’aménagement de points d’eau, l’ouverture et de la réhabilitation de pistes forestières, la construction et l’entretien de postes vigies et la mobilisation de guetteurs pour l’alerte en cas de départs de feu.

Rissalat Al Oumma :

• Les centrales syndicales les plus représentatives ont décidé d’adresser un mémorandum au ministre de l’Economie et des Finances, Mohamed Benchaaboun, sur l’IR et la prise en compte dans la réforme fiscale des attentes des fonctionnaires et des salariés. Ce mémorandum devrait être soumis aux organisateurs des Assises nationales sur la fiscalité prévues les 3 et 4 mai prochains à Skhirate. Cette note revendique l’amélioration du revenu par le biais de l’IR et de la TVA, vu que le projet d’accord comportant une augmentation des salaires, dont la signature est prévue avant le 1er mai, n’a pas mentionné l’amélioration du revenu par l’impôt, bien que cette revendication fût souvent évoquée lors de la session du dialogue social.

Al Massae :

• 35%, des nourrissons sont nourris exclusivement au sein pendant les six premiers mois de vie et 42,6 % bénéficient de la mise au sein précoce durant la première heure qui suit l’accouchement, selon une enquête nationale sur la population et la santé de la famille de 2018. Vu ces résultats, le ministère de la Santé a appelé les mamans à allaiter leurs nouveau-nés étant donné que l’allaitement au sein a de nombreux bienfaits à plus long terme.

• Des experts et des spécialistes en ressources humaines ont plaidé en faveur d’un modèle marocain propre en matière de responsabilité sociale des entreprises (RSE). Abdelilah Jennane, expert en ressources humaines, a indiqué que le Maroc, à travers les institutions et les entreprises du secteur privé, a pris conscience et a accordé une grande importance depuis des années aux sujets liés à la responsabilité sociale et son impact sur l’économie et l’attractivité territoriale.

Akhbar Al Yaoum :

Près de la moitié des membres du groupe parlementaire PAM a manqué la réunion que Hakim Benchemach, secrétaire général du parti, a présidée pour choisir ses représentants dans les organes de la Chambre des représentants. Parmi 120 députés, la deuxième force dans la Chambre après le PJD, seuls 53 parlementaires ont assisté à la réunion, ce qui dénote une sorte de marasme dans le parti.

Al Ahdath Al Maghribia :

• Les bureaux exécutifs des centrales syndicales ont achevé leurs réunions, consacrées à l’examen du projet d’accord établi dans le cadre du dialogue social. Les syndicats ont émis des observations sur ce projet, mais sans aborder le volet se rapportant à l’amélioration du revenu et la hausse des salaires. Si le volet salaires a fait l’objet d’accord, des modifications ont été proposées pour d’autres aspects, notamment ceux relatifs à l’accord du 26 avril 2011, les libertés syndicales et l’institutionnalisation du dialogue social.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.