On est toujours rattrapé par son passé, dit-on. Amina Maelainine, la controversée députée du PJD, a été rattrapée par un passé récent et du coup le secrétariat général du Parti justice et développement (PJD) a décidé de la limoger du poste de 7ème vice-président qu’elle occupait à la Chambre de représentants, à cause du scandale de ses photos sans voile devant le Moulin Rouge à Paris.

Lors de leur réunion, tenue samedi, les dirigeants du PJD ont décidé de remplacer à ce poste Maelainine par Mariem Boujemaa, qui est membre du secrétariat général du parti et de renouveler la confiance en Driss Azami Idrissi en tant que président du groupe parlementaire lampiste.

Le PJD a également décidé de présenter la candidature de Slimane El Amrani au poste de 1er vice-président de la chambre des représentants en remplacement d’Abdelaziz Elomari, de Khalid El Boukarai au poste de trésorier de la chambre et de Azzouha El Arrak au poste de secrétaire de la première chambre.

Les membres du secrétariat général du PJD ont également renouvelé leur confiance en Abdellah Bouanou en tant que président de la commission des finances et du développement économique à la chambre des représentants.

+ Accusée d’hypocrisie… +

Selon le site arabophone Hespress, le limogeage de Maelainine intervient quelques mois après la polémique provoquée au sein du PJD par les photos de la députée sans son foulard à Paris, photos qui ont poussé certains PJDistes à demander l’expulsion de la députée du ce parti conservateur.

Mustapha Ramid, un des dirigeants du PJD et ministre d’Etat chargé des droits de l’homme avait vivement critiqué la députée au sujet de ses photos prises devant le Moulin rouge, à la place Vendôme à Paris et à la cathédrale Notre Dame de Paris où elle paraissait sans voile.

« Soeur Amina s’est présentée à nous comme à ses électeurs avec un habit distinct qui renseigne sur les valeurs que nous portons. Et elle n’a nullement le droit d’avoir deux visages », avait déclaré à la presse Ramid.

Pour sa part, Maelainine, également membre du Conseil national du parti de la lampe, avait affirmé dans une interview qu’elle ne regrette rien, déplorant que son action politique soit réduite à son aspect vestimentaire.

Pour rappel, En janvier 2019, Amina s’est trouvée soudainement au cœur d’une controverse dans la presse et les réseaux sociaux, lorsque des photos d’elle ont été diffusées sur Internet. Sur ces photos prises à Paris, elle s’habille de manière occidentale et ne portait pas le hijab. Par conséquent, la parlementaire a été accusée « d’hypocrisie », parce qu’au Maroc elle avait cultivé une image d’islamiste pure et dure.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.