« Les chefs sont comme les nuages, quand ils disparaissent, il fait un temps magnifique », disait le comédien français Coluche. Et pour cause, le Printemps arabe n’a pas encore dit son dernier mot, contrairement aux pronostics. Avec la chute du dictateur Omar El Bachir, qui a régné avec une main de fer sur le Soudan pendant trois décennies, c’est une autre page de l’histoire du Monde arabe qui est en train d’être tournée.

Pour rappel : à partir du 14 janvier 2011, c’est le président Ben Ali de Tunisie qui ouvrira le bal des départs forcés, puis le 11 février de la même année ce sera le tour de Hosni Moubarak d’Egypte, puis le Colonel Kadhafi de Libye le 23 octobre 2011. Mégalomane, Kadhafi se prenait pour « le roi des rois d’Afrique ». Le président du Yémen Ali Abdallah Saleh lui sera débarqué le 25 février 2012. Ces deux derniers dictateurs seront assassinés par leurs adversaires sans que les tueurs soient identifiés ou presque.

Et puis 7 ans plus tard, les vents du changement ont commencé à souffler pour balayer Bouteflika en Algérie, 2 avril 2019 et le Général El Bachir, le 11 avril 2019.

La roue de l’Histoire continue à tourner, semble-t-il…

Article19.ma

1 COMMENTAIRE

  1. je m’incline trop trop bas pour le journaliste qui a le génie de former ce titre et de faire surgir la photo ohhhh combien elle est riche, de sens
    bravo et chapeau trop bas

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.