Pour mettre fin aux spéculations, une mise au point était nécessaire. Une source proche des Forces armées royales a indiqué que « l’exercice militaire, qui porte le nom de Saghro, n’a absolument rien à voir avec la situation en Algérie » contrairement à ce qu’affirment certains médias algériens qui lient « les manœuvres de routine » des FAR à ce qui se passe dans leur pays.

La même source, citée par le site arabophone Hespress, a ajouté que cet exercice militaire a pris une certaine tournure avec les événements dans ce pays, soulignant que l’exercice a été baptisé « Saghro et non pas mont Saghro » étant donné qu’il se déroule dans le secteur de Ouarzazate dit Saghro.

Cet exercice militaire a été baptisé ainsi cette année alors qu’il a été appelé l’an passé Tafilalet et devra avoir l’année prochaine lieu dans les environs d’Oujda, a affirmé la même source soulignant que chaque secteur militaire dispose de son programme d’exercices annuels propre.

Quant aux rumeurs propagées par des médias algériens, elle a souligné que « les forces armées royales n’interfèrent jamais dans les affaires intérieures de l’Algérie », affirmant qu’il s’agit de manœuvres militaires destinés à « améliorer l’état de préparation des FAR ».

+ « Allégations destinées à la consommation médiatique interne en Algérie » +

Le responsable militaire a qualifié « d’enfantin » de mêler les FAR à ce débat, assurant que « cet exercice militaire n’a rien avoir avec ce qui se passe en Algérie, en particulier les manœuvres effectuées à la frontière, car nous ne nous approchons pas de leurs frontières, et eux aussi ils ne s’approchent pas non pas des nôtres ». Pour lui, ces allégations sont surtout destinées à « la consommation médiatique en Algérie « .

« Au contraire, lorsque nous voyons ‘African Lion’ ou ‘Phoenix Express’, ces deux exercices militaires reflètent une grande coopération régionale, aux côtés des amis tunisiens, grâce à la volonté des forces armées royales, qui œuvrent à créer une coopération régionale profonde et intense entre toutes les forces régionales en vue de faire face aux défis sécuritaires, terroristes et autres », a-t-il dit.

Il a ajouté que « l’ingérence dans les affaires maghrébines est reflétée dans ce qui se passe en Libye », relevant que « si l’Algérie était stable, il y aurait une coopération entre elle et le Maroc afin d’empêcher toute autre force d’intervenir dans un conflit purement régional car l’intervention doit venir du Maroc et de l’Algérie ».

« Les patrouilles tunisiennes de haute mer ont participé à l’exercice Phoenix Express II avec leurs homologues marocaines », a-t-il rappelé ajoutant qu’une phase de l’exercice African Lion s’est déroulé en Tunisie sans être relayée par les médias et que ce pays maghrébin participe depuis trois ans à ces manœuvres.

Par ailleurs le responsable marocain a enfin précisé que « la commission militaire mixte tuniso-marocaine a convenu en janvier dernier de renforcer la coopération militaire entre les deux parties afin qu’elle ne concerne plus seulement le domaine de la formation et de la santé militaire, mais englobe aussi la formation des unités spéciales de la marine et de la défense aérienne, en plus de la coopération militaire technique ».

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.