Embarqué dans une polémique sans précédent en octobre 2017 par CopyComic, puis relancé sur la même affaire de plagiat il y a deux mois, l’humoriste franco-marocain Gad Elmaleh a tenu à répondre aux rumeurs dont il fait l’objet, ou plutôt les accusations portées contre lui, et ce, dans un interview avec Nikos Aliagas sur les ondes d’Europe 1.

L’humoriste de 47 ans et originaire de Casablanca nie en bloc tout motif incriminé. Il a expliqué en fait, que ses admirateurs confondent plagiat et inspiration : « Les gens ne savent pas comment ça fonctionne » dit-il, tout en affirmant que la profession d’humoriste repose essentiellement sur l’observation du quotidien et que les observations n’appartiennent à personne.

+ Le spectateur lambda est un inculte +

Il explique aux auditeurs son approche peu convaincante d’ailleurs, en ces termes: « Mon métier d’humoriste ne se limite pas à une liste de blagues. Ce que je propose, c’est un regard, une vision du monde».

Et afin d’illustrer ses propos, le comédien n’a pas manqué de rajouter : «Vous mettez un plat dans le micro-ondes et, au moment de le sortir, il est brûlant à l’extérieur et froid à l’intérieur. C’est le point de départ d’une observation et, après, libre à vous de dire ce que vous voulez là-dessus.»

Il est à rappeler qu’en février dernier, Twitter avait donné raison à Copycomic en annulant la suspension de ses tweets … Il ne pourra pas s’en réjouir cette fois: le Tribunal de grande instance de Paris vient d’ordonner au réseau social Facebook de dévoiler l’identité et les informations de base du youtubeur à Isabelle Wekstein-Steg, avocate spécialisée en droits d’auteur et représentante juridique de Gad Elmaleh.

Une histoire qui relance la controverse.

Article19.ma

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.