L’information est du domaine public depuis une dizaine de jours déjà, sauf que personne n’en parle ou presque. Et pour cause, suite à une concertation des banques commerciales à commencer par la banque leader de M. El Kettani, Attijariwafa Bank et leurs filiales, une circulaire a été émise demandant aux membres de l’Association professionnelle des sociétés de financement à supprimer définitivement le fameux « crédit auto à zéro pour cent », a-t-on appris ce mardi, de sources concordantes.

« La circulaire a été motivée par le soi-disant manque de rentabilité des sociétés de crédit… en d’autres termes le business des crédits automobiles à 0% était avantageux aux consommateurs et pas aux argentiers marocains », a expliqué à Article19.ma un analyste financier casablancais spécialisé dans le secteur automobile.

La décision de « la suppression définitive » de ce produit banquier a été effective depuis le 31 mars 2019, a ajouté la même source qui a requit l’anonymat.

Selon un concessionnaire de voitures allemandes à Rabat, « nombreux dossiers pour des crédits à 0% ont été déposés au mois de mars et étaient en cours de traitement… mais à la dernière minute ils ont été rejetés et les clients mis devant le fait accompli, suite à cette fameuse directive ».

Pour rappel, un prêt à taux zéro est un type de crédit très intéressant puisque le client ne rembourse que le capital emprunté. Mais pour en bénéficier, il faut respecter un certain nombre de conditions. Dans le cas de figure qui nous intéresse à savoir le crédit auto, le client paye cash 50% du prix du véhicule et le reste est emprunté à zéro pour cent et remboursé par mensualités sur une durée maximale de 60 mois.

Au cœur de la polémique sur ce crédit à taux zéro et la rentabilité financière, s’ajoute la question de la protection des consommateurs.

Le 18 mars dernier, le site Medias24 avait signalé que le timing de la suppression de ce crédit en particulier, « coïncide avec un rappel à l’ordre de la part de Bank Al-Maghrib qui a sommé les concessionnaires de conformer le crédit gratuit proposé à la réglementation en matière de protection du consommateur ».

Et d’ajouter que Bank Al-Maghrib avait auparavant envoyé « un courrier aux concessionnaires les sommant de respecter les dispositions des articles 100, 101 et 102 de la loi sur la protection du consommateur ».

Les voeux de la banque centrale ont été exaucés, mais qui est sorti en fait perdant dans cette affaire? Sûrement pas la banque de M. Kettani et consœurs…

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.