Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mardi :

Aujourd’hui le Maroc :

• Grâce à l’impulsion donnée par le Plan Maroc Vert, les exportations des produits agricoles ont enregistré une nette croissance. Une dynamique qui se traduit par un taux d’accroissement annuel moyen de l’ordre de 10%. A cet effet, la valeur des ventes des produits agricoles sur le marché international a atteint un cumul de 227,4 milliards de dirhams sur la période allant de 2009 à 2018. La valeur des exportations est ainsi passée de 14,2 milliards de dirhams en 2009 à 34,7 milliards de dirhams en 2018, soit un pic de 145% sur toute la période ou encore un additionnel de l’ordre de 20 milliards de dirhams.

• Visiblement Lahcen Daoudi, ministre chargé des affaires générales et de la gouvernance, est décidé à n’en faire qu’à sa tête. Il semble s’apprêter à prendre une décision unilatérale dans le dossier des prix des hydrocarbures sans aucune concertation avec les distributeurs. A ce jour « il n’y a eu strictement aucun accord entre le Groupement et le ministère quant à un quelconque système de fixation des prix ou de plafonnement des marges », indiquent des sources proches du Groupement des pétroliers du Maroc. Tout porte à croire que Daoudi « a opté pour le mode de passage forcé pour faire adopter une mesure dans ce sens», ont-elles relevé.

Le Matin :

• Masen a signé deux mémorandums d’entente avec le groupe Banque islamique de développement (BID). Le premier, liant l’Agence à la banque, a pour but de faire bénéficier les différents pays africains, membres de la BID, à la fois de l’expertise de Masen et de l’appui financier de la BID, tout au long des différentes phases de développement et de mise en œuvre des projets renouvelables. Le second porte sur un partenariat entre Masen et l’ICIEC (Société islamique d’assurance des investissements et des crédits à l’exportation), une institution du groupe de la BID. L’objectif est d’assoir un cadre et des outils afin de faciliter et de drainer davantage l’investissement privé dans la production d’électricité d’origine renouvelable sur le continent africain.

• L’Agence marocaine de développement de la logistique (AMDL) donne un véritable coup de fouet aux chantiers de structuration du secteur. De la formation au développement des zones logistiques régionales en passant par la mise à niveau logistique des PME, le régulateur est sur plusieurs fronts. La mise à niveau logistique de la PME est l’un des chantiers prioritaires pour l’Agence qui compte poursuivre ses travaux afin de mobiliser les efforts de ses différents partenaires pour faire progresser ce projet activé en 2018. L’amélioration des chaînes logistiques des principaux flux et le développement des compétences dans les métiers de la logistique figurent également dans le plan d’action 2019 de l’institution.

L’Economiste :

• Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) vient de livrer les résultats de sa nouvelle étude sur le régime fiscal. Selon ses conclusions, 80% des ressources de l’Etat sont aujourd’hui assurés par l’impôt. Mais le système actuel a atteint ses limites, d’autant qu’il faut lutter contre l’évasion et la fraude fiscale. Depuis quelques années, l’essentiel des impôts est devenu déclaratif. Ils supposent une volonté délibérée de la part des contribuables de déclarer ces impôts. Mais dans un régime déclaratif, une grande partie des contribuables continue de faire preuve d’un manque de civisme fiscal. D’où un climat de suspicion avec l’administration.

• La dette cumulée des entreprises non financières de la place casablancaise s’est établie à 54,5 milliards de DH, en légère hausse de 0,8% en 2018, selon CDG Capital Research. C’est l’un des indicateurs les plus surveillés, surtout après les difficultés des groupes immobiliers. La maîtrise de la dette reste un facteur clé pour la réussite d’une entreprise. La poursuite de l’assainissement dans l’immobilier a atténué la hausse de l’endettement du marché.

L’Opinion :

• Nizar Baraka, secrétaire général du PI, a déploré le manque d’efficience de l’action gouvernementale en matière de développement et sa concentration dans la bande côtière, au détriment des régions rurales, frontalières, montagneuses et sahariennes qui continuent à souffrir d’importantes disparités. Ce qui a amené le parti, poursuit Baraka, à adresser un mémorandum au chef du gouvernement, l’appelant à prendre des mesures à caractère socio-économique dans l’objectif de réduire les disparités dans ces zones. Un objectif qui nécessite l’octroi d’un intérêt plus accru à l’économie solidaire, l’accompagnement des coopératives, la promotion de l’artisanat local, ainsi que l’élaboration d’une charte d’investissement spécifique aux régions reculées, à l’instar de la ville de Smara, a indiqué Baraka, qui intervenait lors d’une rencontre à Smara.

• Le chiffre d’affaires à l’export des produits de l’artisanat a enregistré durant les deux premiers mois de 2019 une hausse de 9,3% par rapport à la même période de l’année dernière, selon des données publiées par le ministère du Tourisme, du transport aérien, de l’artisanat et de l’économie sociale. Les vêtements traditionnels dont les exportations ont enregistré un taux de croissance de 114%, viennent en tête des produits les plus demandés à l’étranger avec une part de 22% dans le chiffre d’affaires global à l’export, relève le ministère.

Al Bayane :

• Anas Doukkali, ministre de la Santé, et Tedros Adhanom Ghebreysus, directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ont inauguré, à Témara, un centre de santé rural de premier niveau « Al Mers 2 », réalisé dans le cadre de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH). La nouvelle structure médicale, équipée grâce à un financement du ministère de la Santé, sera encadrée par un staff médical composé de trois médecins généralistes, un médecin gastro-entérologue, une sage-femme et quatre infirmières.

• Le Maroc aspire à devenir « une plateforme industrielle » dans le secteur de l’énergie et « une plateforme internationale » de la recherche scientifique en la matière, a affirmé, au Green Energy Park à Benguerir, Aziz Rabbah, ministre de l’Energie, des Mines et du Développement durable. Le ministre a mis en avant la « dynamique verte » que connaît le Maroc dans ce secteur vital, rappelant, dans ce sillage, les investissements colossaux engagés par les secteurs public et privé dans le Royaume en matière d’énergie, en général, et des énergies renouvelables, en particulier. Depuis la mise en œuvre de la nouvelle stratégie énergétique dans le pays, environ 360 milliards de DH ont été investis dans ce secteur et 130 milliards de DH sont en cours dans différentes plateformes.

Libération :

• La croissance économique nationale devrait se situer à 2,4% en 2019, selon le Centre marocain de conjoncture (CMC). L’absence de pluie et les chaleurs élevées pour la saison enregistrées durant ce premier trimestre associées au retournement d’autres facteurs conjoncturels ont décidé autrement et ont frustré toutes les prévisions, même les plus prudentes. Ce repli conjoncturel, particulièrement difficile à prévoir que connaîtrait l’économie nationale en 2019, devrait aussi s’inscrire et subir le contexte peu porteur de l’économie mondiale. Le CMC prévoit que les partenaires économiques traditionnels du Maroc seraient, eux aussi, en difficulté et devraient être affectés par ce retrait, précisant que le taux de progression du Produit intérieur brut de la zone euro a été réduit de 0,3 point.

• Le Maroc a lancé une série de projets et de services électroniques visant à faciliter les procédures administratives et à rapprocher l’administration des citoyens et des entreprises. Parmi les aspects de ce progrès figurent l’adoption de plateformes électroniques pour nombre de métiers judiciaires, tels que les avocats, les notaires, les adouls ainsi que les comptables en vue d’accélérer et faciliter les procédures administratives, outre l’entrée en fonction de plateformes électroniques fiscales, de services bancaires à distance, ainsi que la prochaine adoption du système de la facturation numérique, a affirmé Abdellah Slimani, académicien, lors d’une table ronde organisée par le Centre international des études et recherche scientifique, Errachidia.

Akhbar al yaoum :

• Sous la direction de l’Alliance nationale pour la langue arabe, plus de 150 personnalités politiques et académiques ont adressé une pétition qui appelle à modifier la loi-cadre relative au système de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique. Sous le signe « pour une justice linguistique », cette pétition a été adressée à Saâd Dine El Otmani, Habib El Malki, Hakim Benchamach et Said Amzazi, respectivement chef du gouvernement, président de la Chambre des représentants, président de la Chambre des conseillers et ministre de l’Éducation nationale, aux présidents des groupes parlementaires et aux autorités locales compétentes. Les signataires ont rejeté les contenus dudit projet de loi et des choix linguistiques pour lesquels une formule a été déposée au Parlement. Ils ont insisté sur la nécessité d’ouvrir un dialogue national élargi autour de la question linguistique à l’école publique marocaine et à impliquer les différents acteurs de la société civile ainsi que les spécialistes linguistiques. • Saïd Amzazi, ministre en charge de l’éducation nationale, a indiqué que le mouvement de mutation constitue un point de discorde avec les enseignants contractuels. Selon lui, le gouvernement n’accordera pas ce droit à ces professeurs cadres des académies régionales, car cela frappe le principe même de la régionalisation, adopté par le gouvernement. « Un échange des ressources humaines est possible entre les Académies régionales d’éducation et de formation, mais on ne peut pas généraliser ce droit à l’ensemble des enseignants », insiste-t-il. Amzazi est dans une course contre la montre pour mettre fin à la crise actuelle avant la fin des vacances. Il a appelé les cinq syndicats de l’enseignement à tenir une réunion consacrée au dossier des professeurs contractuels et à reporter à jeudi les autres questions liées à l’éducation afin d’examiner les moyens à même de résoudre cette affaire. Al Ahdat Al Maghribia :

• Saâd Dine El Otmani, Chef du Gouvernement, a remis à Kigali, un message écrit de Sa Majesté le Roi Mohammed VI au président de la République du Rwanda, Paul Kagame, à l’occasion de la commémoration du 25e anniversaire du génocide de 1994. « J’ai remis un message écrit de Sa Majesté le Roi Mohammed VI au président de la République du Rwanda à l’occasion de la 25e commémoration du génocide de 1994 afin d’exprimer la solidarité du Maroc avec le peuple rwandais et réaffirmer sa forte détermination à consolider les relations maroco-rwandaises à tous les niveaux », a indiqué El Otmani. « Son Excellence Paul Kagame m’a chargé de transmettre à SM le Roi ses salutations et sa considération du rôle de premier plan que joue le Souverain au niveau continental », a fait savoir le Chef du Gouvernement.

• Saâd Dine El Otmani, chef du gouvernement a diffusé une circulaire dans laquelle il demande à tous les départements de rationaliser les dépenses et de donner la priorité aux projets signés devant SM le Roi. La note demande à tous les ministres, secrétaires d’Etat et hauts commissaires de lui faire parvenir leurs propositions budgétaires relatives aux trois prochaines années (2020/2022), accompagnées des « objectifs et d’indicateurs de performance ». Selon cette circulaire, l’approche d’un budget triennal vise à « présenter les orientations générales en tenant compte, lors de leur élaboration, des propositions d’une programmation budgétaire triennale ( 2020 2022), ainsi que la méthode de sa préparation par les départements ministériels et les établissements. »

Al Alam :

• Sa Majesté le Roi Mohammed VI a appelé le gouvernement à diligenter l’adoption des textes législatifs et réglementaires sur la réforme des soins de santé primaires, et à poursuivre l’élargissement de l’Assurance Maladie Obligatoire (AMO), tout en conférant davantage de responsabilité aux régions. « Nous voudrions (…) exhorter le gouvernement à diligenter l’adoption des textes législatifs et réglementaires portant sur la réforme des soins de santé primaires, et à poursuivre l’élargissement de l’AMO. Il s’agit, en l’occurrence, de permettre le renforcement de l’accès à des soins de santé de proximité répondant aux standards de qualité, à coûts raisonnables, tout en conférant davantage de responsabilité aux régions, dans le cadre de la régionalisation avancée et de la déconcentration administrative », a souligné SM le Roi dans un message adressé aux participants à la célébration de la Journée Mondiale de la Santé, organisée pour l’année 2019 à Rabat sous le thème « Soins de santé primaires : la voie vers la couverture santé universelle » .

• Said Amzazi, ministre de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, a adressé une lettre aux cinq syndicats les plus représentatifs du secteur pour deux nouvelles réunions, mardi 9 avril et le jeudi 11 avril. Au menu, le dossier des enseignants « contractuels », puis celui des autres catégories d’enseignants et de fonctionnaires du ministère. Selon les mêmes sources, les deux rencontres concerneront plusieurs dossiers qui font l’objet d’un bras de fer entre les deux parties.

Al Ittihad Al Ichtiraki :

• Les approbations du Groupe de la Banque Islamique de Développement (BID) ont atteint, en 2018, un total de 7 milliards de dollars pour 313 opérations, selon le rapport annuel de la BID. Présenté dans le cadre de la 44ème réunion annuelle du groupe de la Banque islamique de développement (BID), le rapport précise que les approbations au titre des ressources ordinaires en capital de la BID ont baissé de 76% par rapport à 2017, en raison de l’accent mis sur la mise en œuvre et l’achèvement des projets déjà approuvés plutôt que sur de nouvelles approbations. En termes de répartition par région, environ 49% (soit 3,4 milliards de dollars) des approbations ont été destinées à des pays de la région MENA et de la région Europe, fait savoir le document, notant que les pays membres de l’Afrique et de l’Amérique latine ont accaparé 30% du total des approbations nettes en 2018, soit 2,1 milliards de dollars, tandis que le groupe des pays membres asiatiques a bénéficié de 1,4 milliard de dollars (20%).

• Les exportations d’huile d’olive ont progressé de 55% en volume et de 27% en valeur en 2018. Le Maroc vend entre 15% et 30% de sa production aux Etats-Unis. Avec le développement de l’offre marocaine en qualité et en quantité, le ministère de l’Agriculture et les opérateurs cherchent à renforcer leur présence sur ce marché. Le Maroc est 6ème exportateur mondial d’huile d’olive avec 22.500 tonnes d’huiles brutes et raffinées exportées en 2018, selon les chiffres provisoires de l’Office des changes. Ces ventes ont généré des recettes de plus de 320 MDH.

Al Massae :

• L’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) a lancé le dispositif d’habilitation des professionnels prévu par la loi 43-12. Celui-ci vise à habiliter les personnes physiques à exercer certaines fonctions au sein des organisations ayant le statut de personnes morales soumises à leur contrôle. L’objectif est de s’assurer que les personnes occupant des postes spécifiques au sein des organismes soumis au contrôle de l’AMMC disposent des connaissances requises pour le poste les qualifiant à exercer leurs fonctions dans le respect de la réglementation et de la déontologie et avec les acquis techniques nécessaires.

• Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a adressé de vives critiques au système fiscal au Maroc. Ce système consacre les inégalités sociales et territoriales et renforce la rente, les privilèges et les avantages, relève le CESE dans un rapport, recommandant d’appliquer de nouveaux impôts sur les immeubles non occupés, les terrains non bâtis et les produits de luxe, afin que ce système soit plus juste.

Bayane Al Yaoum :

• Une marche symbolique pour sensibiliser à l’importance de la marche a été organisée au parc Hassan II à Rabat, sous le thème « La santé pour tous et par tous: des paroles aux actes » et ce, à l’occasion de la Journée mondiale de la Santé. Dans une déclaration à la presse, le ministre de la Santé, Anass Doukkali a indiqué que cet événement sportif, organisé en partenariat avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS), constitue une occasion pour jeter la lumière sur les efforts et les progrès réalisés au niveau du système de santé au Maroc. • Les professeurs cadres des académies ont annoncé leur rejet catégorique de toutes les propositions faites par le ministère en charge de l’éducation afin de mettre fin à la crise qui dure depuis presque un mois. Ces professeurs, qui se disent fermement attachés à la fonction publique, indiquent que la « rue » est le meilleur moyen pour faire connaitre leurs revendications, rejetant en bloc les éclaircissements présentés par le ministère de l’éducation nationale.

Rissalat Al Oumma :

• L’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM) et la société pétrolière Chariot Oil and Gas Holdings (Morocco) Limited ont signé un accord pétrolier portant sur la zone offshore nommée « Lixus Offshore » situées au large de Larache. La société Chariot Oil and Gas est partenaire de l’Onhym dans le cadre des permis de recherche « Kenitra Offshore » et « Mohammedia Offshore » respectivement attribués en 2016 et 2017.

• Le recensement des personnes appelées à effectuer le service militaire démarre aujourd’hui mardi et prend fin le 7 juin 2019. L’opération se déroulera sous la responsabilité des walis et gouverneurs, seuls habilités à en assurer l’organisation et la mise en œuvre au niveau des préfectures, provinces et arrondissements. Cette opération permettra d’engager dix mille jeunes, âgés entre 19 et 25 ans pour une année entière. Les conscrits seront nourris et logés gratuitement dans les casernes militaires. Ils bénéficieront également d’indemnités et d’autres avantages.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.