Acte gratuit ou plutôt absurde? Le meurtrier ressemble en quelque sorte à Lafcadio**** , le personnage énigmatique du roman les Caves du Vatican d’André Gide. Et pour cause, la police italienne vient d’arrêter un italien d’origine marocaine à Turin, au nord de l’Italie, pour avoir assassiné un homme pour la simple raison d’avoir paru « trop heureux », selon les confessions du meurtrier.

Le drame a eu lieu le 23 février 2019, quand Stefano Leo, 33 ans, a été mortellement poignardé au cou. Un crime mystérieux non-élucidé jusqu’à ce qu’un jeune homme se pointe, le dimanche 31 mars, chez les Carabinieri pour avouer son crime, selon le journal La Vanguardia.

Italien d’origine marocaine, l’assassin âgé de 27 ans, s’appelle Said (homme heureux) sauf qu’il est par contre « très malheureux », admet-il.

+ Le mobile du crime : convoitise +

Durant l’interrogatoire, Said Machaouat a avoué d’avoir « choisi par hasard » sa victime sur la promenade du fleuve Pô qui traverse la ville sur un axe Est-Ouest.

Le procureur de Turin, Paolo Borgna, a expliqué lors d’une conférence de presse que le mobile du crime est « étonnamment banal ».

« J’ai choisi ce jeune parmi les nombreuses personnes qui se promenaient car il me semblait trop heureux et je ne pouvais supporter son bonheur …. », a confessé l’assassin qui apparemment semble rongé par la culpabilité.

Et d’ajouter : « Je voulais tuer un garçon comme moi, enlever toutes les promesses qu’il avait faites, y compris avoir des enfants…le prendre à ses amis et à sa famille », a-t-il expliqué, selon la retranscription de l’interrogatoire lue par un policier lors de la conférence de presse.

Le colonel Francesco Rizzo a souligné que l’assassin, italien d’origine marocaine, traversait une mauvaise passe: il n’avait ni travail, ni d’argent, ni maison et dormait dans une auberge de jeunesse.

L’enquête avec reconstitution de crime serait toujours en cours afin de s’assurer de la présence du présumé coupable sur la scène de crime, affirme la police.

**** Lafcadio commet un meurtre sans motif apparent. Il jette un vieil homme par la fenêtre d’un train en marche. Pour appuyer la gratuité de son crime, Lafcadio fait reposer son acte sur un fait fortuit. Si ayant compté sans se presser jusqu’à 12, il n’a pas vu apparaître un feu dans la campagne, le vieil homme sera sauvé, sinon il le précipitera hors du train !! Autrement dit, Lafcadio décide de son crime sur un fait hasardeux, une histoire de probabilités. Cela renforce la gratuité de son crime.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.