Le 2ème round de Genève est terminé « dans une atmosphère de respect mutuel », apprend-on du côté Marocain. Et malgré la crise politique à Alger, la diplomatie algérienne a envoyé son poids lourd pour signifier qu’elle est dans les faits « partie prenante » dans le conflit du Sahara.

Résumons:

A l’invitation de de l’Envoyé Personnel du Secrétaire Général des Nations Unies, l’ancien Président d’Allemagne Horst Köhler, les délégations du Maroc, de l’Algérie et de la Mauritanie, et une délégation du « polisario », se sont réunies les 21 et 22 mars dans la banlieue de Genève, conformément a la résolution 2440 du Conseil de Sécurité.

« Les délégations se sont engagées courtoisement et ouvertement et dans une atmosphère de respect mutuel », a-t-on appris de bonne source.

Le communiqué final de la table ronde a été conforme à l’ordre du jour de la réunion adoptée et qui a porté sur les paramètres de la solution politique notamment le réalisme, le pragmatisme et le sens du compromis, l’intégration régionale et l’évaluation de la 1ère table ronde, affirme-t-on.

Le communiqué a consacré le format de la réunion avec la participation effective de l’Algérie et son implication dans les débats.

Les discussions ont porté essentiellement sur les paramètres de la solution politique, définis par le conseil de sécurité notamment le pragmatisme, le réalisme, la durabilité et le sens du compromis.

« L’autodétermination n’est plus qu’un élément parmi d’autres paramètres établis définis par le conseil de sécurité notamment le pragmatisme, le réalisme, la durabilité et le sens du compromis », indique-t-on du côté marocain.

« La précision de ces paramètres exclut définitivement tout débat autour de l’indépendance ou du référendum », souligne-t-on avec un trait rouge.

L’initiative marocaine d’autonomie correspond intégralement aux paramètres définies par le Conseil de Sécurité, à savoir le pragmatisme, le réalisme, la durabilité et le sens du compromis.

La communauté internationale est aujourd’hui unanime que l’initiative d’autonomie marocaine est la seule issue pour régler le différend régional au Sahara marocain.

Et dans le sillage de cette initiative ONUsienne, les autres parties, à commencer par l’Algérie, sont appelées à s’inscrire dans cette dynamique et à contribuer sincèrement et de bonne foi aux discussions autour de la solution politique.

L’Algérie et le Polisario ont été appelés à se départir définitivement de leur référentiel dogmatique figés et dépassé par les paramètres définis par le conseil de sécurité.

+ Une 3ème table ronde selon le même format à savoir le Maroc, l’Algérie, le Polisario et la Mauritanie +

A noter que lors des discussions une convergence de vues s’est dégagée, que la région du Maghreb bénéficiera pleinement des dividendes du règlement définitif de ce différend.

Par ailleurs, les élus de la Région composant la délégation du Maroc ont participé activement à tous les débats de cette table ronde, en présentant le développement économique et humain croissant que connait les provinces du sud.

Le Maroc a réaffirmé, lors de cette table ronde, que toute solution politique doit se conformer impérativement avec les paramètres définis Conseil de Sécurité, à savoir le pragmatisme, le réalisme, la durabilité et le sens du compromis, et qu’en dehors de ces éléments toute solution et catégoriquement exclue.

Les délégations se sont mises d’accord sur l’intention de l’Envoyé personnel d’organiser une troisième table ronde selon le même format à savoir le Maroc, l’Algérie, « le polisario » et la Mauritanie.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.