Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce jeudi :

Le Matin :

• L’accord d’exploration gazière entre l’Office national des hydrocarbures et des mines (Onhym) et la compagnie britannique Predator Oil & Gas Holdings vient d’être signé. Annoncé en décembre dernier, cet accord est une « licence exclusive d’exploration couvrant une superficie de 7.269 km² comprenant les permis Guercif I, II, III et IV situés à l’est des gisements de gaz en production du bassin de Gharb et au nord-ouest du projet gazier Tendrara. Cette licence est valable pour une durée de 8 ans. La compagnie a fourni une garantie bancaire de 1,5 million de dollars, remboursable sous réserve de l’achèvement du programme de travail minimum défini dans les conditions de l’accord d’exploration et du contrat d’association.

• L’Agence marocaine de développement de la logistique (AMDL) planche sur deux projets de centres routiers. Le premier sera installé à El Hajeb et l’autre à Agadir. L’institution doit commanditer le 12 avril prochain pour 1,2 million de DH l’étude de définition et de structuration financière de ces plateformes. Leur mission : réorganiser les flux de marchandises en villes et réduire les nuisances engendrées par le stationnement des poids lourds à l’intérieure des périmètres urbains. Les futurs centres couvriront une superficie d’environ 2 ha chacun. L’AMDL affirme avoir mené une étude stratégique pour la structuration de la logistique urbaine au Maroc. Celle-ci a ainsi montré l’intérêt et l’opportunité d’améliorer la logistique au sein des villes en vue d’y instaurer une dynamique de développement «pérenne» et des pratiques logistiques optimisées.

Aujourd’hui le Maroc :

• Le Groupe Edito Ventures, détenteur de la Société arabo-africaine de distribution, d’édition et de presse (Sapress) et la Société chérifienne de distribution et de presse (Sochepress), acteurs principaux du secteur de la distribution de la presse écrite au Maroc, ont finalisé un rapprochement capitalistique et opérationnel. Ce rapprochement Edito Ventures « pourra maintenir la disponibilité de la presse auprès des lecteurs sur tout le Royaume dans un contexte marqué par un renchérissement important des coûts de la distribution ». Il permettra également aux éditeurs de bénéficier de la synergie des deux réseaux de distribution en termes de couverture géographique et de distribution numérique.

• Une mission commerciale danoise est attendue du 26 au 29 mars à Agadir pour explorer les opportunités offertes dans le domaine des industries de la pêche. D’après les organisateurs, « la mission est une occasion unique d’explorer ce marché très prometteur pour les technologies de pêche danoises et leur savoir-faire et d’identifier les opportunités d’exportation dans les industries de la pêche en forte croissance. Elle se focalisera sur la région d’Agadir, en mettant l’accent sur la transformation du poisson, le refroidissement industriel, la pisciculture et d’autres industries liées aux fruits de mer et aux sous-produits dérivés, ainsi qu’à toutes les solutions techniques et de services destinées à ce secteur ».

L’Economiste :

• La filière du traitement des déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE) est dans les starting-blocks. Il s’agit là de déchets spéciaux avec des métaux précieux extraits d’appareils informatiques et équipements télécoms, imprimantes, smartphones, serveurs… Pour réussir ce pari de l’économie circulaire, l’exemplarité de l’Etat s’impose. Les industriels et les ménages sont un maillon fort de la chaîne de cet écosystème. Une unité-pilote de tri et de valorisation montre la voie.

• L’Agence nationale de la conservation foncière, du cadastre et de la cartographie lance incessamment une plateforme d’échange transactionnelle. Ce projet a nécessité deux ans de développement technique, juridique et sécuritaire. Durant six mois, papier et digital vont cohabiter avant un basculement intégral dans le tout numérique pour fin septembre 2019, annonce le top management de la Conservation foncière, Karim Tajmouati. Pour le cadastre, son espace digital est opérationnel depuis quelques mois. La plateforme mise à disposition par la Conservation foncière sera accessible à partir des offices notariaux. Transparence, traçabilité et lisibilité se veulent aussi le vecteur d’une éthique pour les praticiens et l’administration.

Al Bayane :

• Le Maroc contribue grandement à faciliter l’intégration des pays africains en développement sans littoral dans le commerce régional, a souligné Fekitamoeloa Katoa Utoikamanu, secrétaire générale adjointe des Nations-Unies et Haut-Représentante pour les Pays les moins Avancés, les pays en développement sans littoral (PDSL) et les petits Etats insulaires. Le Maroc continue de faire de grands progrès dans son développement économique et a des expériences nationales réussies qui peuvent être partagées avec les PDSL et les pays de transit de la région, a-t-elle ajouté en marge de la réunion d’examen à mi-parcours de la région africaine du Programme d’action de Vienne pour les pays en développement sans littoral pour la décennie 2014-2024 (VPoA).

• Le service préfectoral de la police judiciaire de Marrakech a arrêté un Italien soupçonné d’être l’un des chefs du réseau criminel italien « Mazzarella » appartenant à l’organisation criminelle internationale « Comorra ». Agé de 44 ans, le suspect a été appréhendé dans la région d’Ourika dans les environs de Marrakech, en application de la notice rouge émise à son encontre par l’Organisation internationale de police criminelle (Interpol) le 7 janvier 2019, à la demande des autorités judiciaires italiennes, pour son implication présumée dans une affaire de meurtre avec préméditation et de détention d’armes à feu sans autorisation, indique la DGSN dans un communiqué.

L’Opinion :

• Nizar Baraka, secrétaire général du Parti de l’Istiqlal (PI), a déploré la politique de paupérisation des couches démunies et de la classe moyenne, ainsi que l’exacerbation des disparités suivie par le gouvernement actuel et par son prédécesseur. La situation n’est guère meilleure s’agissant du secteur de l’enseignement où la durée moyenne de scolarisation, le taux de décrochage scolaire ou le gap entre enfants des familles riches et pauvres, entre élèves en milieux urbain et rural, sont autrement plus alarmants, a-t-il précisé lors d’une rencontre avec les élus et militants du parti dans la province d’Azilal.

• Le Maroc et la Chine ont signé un accord de coopération économique et technique d’un montant de près de 140 millions de dirhams destiné à financer des projets publics arrêtés d’un commun accord entre les deux parties. Cet accord de don vient souligner l’excellence des relations sino-marocaines et consolider la coopération économique et commerciale établie entre les deux pays. La coopération entre le Maroc et la Chine ne cesse de se raffermir, en témoignent notamment le volume croissant des investissements chinois dans le Royaume ou encore le nombre des touristes chinois qui va crescendo depuis la mise en œuvre de la politique d’exemption de visa.

Libération :

• Les participants à une rencontre organisée à Marrakech par l’association Annaouat pour Femme et Enfant, avec le soutien de l’Ambassade de la Norvège ont appelé à plus de mobilisation pour venir à bout et circonscrire le phénomène du mariage des mineures et le mariage forcé. Ils ont souligné la nécessité d’impliquer notamment les mourchidines, mourchidates et les prêcheurs dans les campagnes de sensibilisation visant à circonscrire le mariage des mineurs car, estiment-ils, le discours religieux a donné des résultats probants dans le cadre de la lutte contre ce phénomène.

• Une convention de partenariat visant le renforcement des dessertes aériennes de la région de l’Oriental a été signée à Oujda. Dédiée aux liaisons aériennes Casablanca – Oujda et Nador – Bouârfa, le partenariat a pour objet de déterminer les modalités de partenariat entre les signataires, en vue de financer le développement des dessertes aériennes de la région. La convention a été signée par le wali de la région de l’Oriental et gouverneur de la préfecture d’Oujda-Angad, Mouad El Jamaï, le président du Conseil régional de l’Oriental, Abdenbi Bioui, le directeur général de l’Agence de l’Oriental, Mohamed Mbarki, le gouverneur de la province de Nador, Ali Khalil, le gouverneur de la province de Figuig, Mohamed Darham, et le PDG de Royal Air Maroc, Abdelhamid Addou.

Al Ahdat Al Maghribia :

• La décision du gouvernement de maintenir le GMT+1 durant toute l’année continue de soulever le tollé au Maroc. Abdellatif Ouahbi, député PAM, a adressé à Saâd Dine El Otmani, chef du gouvernement, et à Mohamed Benabdelkader, ministre délégué chargé de la Réforme de l’Administration et de la fonction publique, deux questions urgentes sur le maintien de l’heure d’été. Ouahbi considère que cette décision, entrée en vigueur depuis 5 mois, est anticonstitutionnelle. Cette décision bafoue l’article 73 de la Constitution marocaine, lit-on dans des extraits de la question d’Ouahbi. • Le chef du gouvernement, Saâd Dine El Otmani, a présidé la première réunion de la Commission interministérielle de la déconcentration administrative, consacrée à l’examen du plan de mise en œuvre de ce chantier. A cette occasion, El Otmani a souligné l’importance majeure que revêt le chantier de la déconcentration administrative, dans la mesure où il contribue à rapprocher l’administration et les prestations des citoyens et d’accompagner la régionalisation avancée. Après l’adoption de la Charte de la déconcentration administrative par le Conseil de gouvernement en octobre dernier et l’aboutissement d’un large processus de discussions et de concertations entre les différents départements, il était nécessaire de s’atteler par le biais de la Commission interministérielle à la mise en œuvre de cette charte avec célérité et dans les délais impartis, a-t-il relevé. Al Ittihad Al Ichtiraki :

• Abdellatif Jouahri, wali de Bank Al-Maghrib a exprimé sa colère vis-à-vis du maintien du Maroc sur la liste grise des paradis fiscaux. Le gouvernement devrait soumettre cette question à la discussion lors des négociations bilatérales entre le Royaume et l’Union européenne, a-t-il insisté, notant que les négociations entre les deux parties devraient être globales et ne pas se limiter aux sujets qui importent l’UE, notamment la lutte contre le terrorisme, l’échange de renseignements et l’immigration illégale. L’UE a transféré plusieurs pays de la liste grise à la liste noire des paradis fiscaux, la position du Maroc demeure sans changement. Toutefois, le maintien du Maroc sur la liste grise constitue une menace, car il peut être transféré à n’importe quel moment à liste noire, poursuit Jouahri.

• Les petits promoteurs immobiliers ont exprimé leur désarroi face aux entraves auxquelles ils font face de la part des élus locaux. Ces promoteurs se sentent plus offusqués alors qu’ils réalisent des projets de logements sociaux dans plusieurs communes rurales, en application du programme de l’Etat visant la construction de 800.000 unités de logement, dont une partie est consacrée à abriter les habitants des bidonvilles alors que le reste concerne les catégories dont le revenu est au dessous du double du SMIG.

Al Alam

• Au Maroc, la fécondité a baissé continuellement au fil des années. Dans une récente note, le HCP a mis en évidence la baisse de la fécondité depuis le début des années soixante. Elle est passée de 7,20 enfants par femme en 1962 à 3,28 en 1994, à 2,47 en 2004 et à 2,19 en 2010 et a connu une faible hausse, passant à 2,20 enfants par femme en 2014, soit pratiquement une stagnation. En milieu rural, la fécondité a baissé de 6,91 en 1962 à 4,25 en 1994, ensuite à 3,06 en 2004, puis à 2,70 en 2010 et à 2,55 en 2014. Tandis qu’en milieu urbain, elle a baissé respectivement de 7,77 à 2,56, puis 2,05 et 1,80 avant une légère reprise, à 2,01 enfants par femme, enregistrée en 2014.

• Bien qu’il ne figure pas sur la liste noire des paradis fiscaux dressée par l’Union européenne, le Maroc doit s’employer à combattre l’évasion fiscale et consolider la transparence dans les transactions financières afin de dissiper les craintes des investisseurs et mettre à niveau l’économie nationale. Abdellatif Jouahri, wali de Bank Al Maghrib, a affirmé en conférence de presse que les tentatives de l’Union européenne d’inscrire le Maroc sur la liste grise des paradis fiscaux ont un relent politique. Il a souligné que le Maroc est tout de même conscient de discuter de ce sujet dans les négociations avec l’Union européenne.

Akhbar Alyaoum :

• Après la décision du ministère de l’Éducation d’appliquer la procédure d’abandon de poste et de combler le manque d’enseignants dont souffre les Académies régionales d’Education et de Formation, la coordination des professeurs contractuels a indiqué que plusieurs Académies ont contacté les enseignants contractuels pour qu’ils retournent dans les classes en moins d’une semaine, avant d’entamer le licenciement. Mais, les professeurs semblent déterminés à poursuivre la grève jusqu’à la réalisation de leurs revendications, notamment l’abolition du recrutement par voie de contrat. • Deux jours après la publication par la Cour des comptes d’une synthèse relative à une mission de contrôle de la gestion de l’OCP portant sur l’activité minière au niveau des sites miniers exploités par la société, le Groupe a annoncé ses résultats financiers pour l’année 2018. Tous les indicateurs d’activité et de rentabilité du groupe sont en progression. Le chiffre d’affaires pour l’exercice 2018 s’élève à 55,9 milliards de dirhams, contre 48,5 milliards de dirhams en 2017. Même constat pour le résultat net qui affiche une hausse de 19%, passant de 4,6 milliards de dirhams en 2017 à 5,4 milliards en 2018. L’excédent brut d’exploitation est également en hausse, grimpant de 12,7 milliards de dirhams en 2017 à 17,1 milliards de dirhams en 2018, soit une progression de 34%.

Al Massae :

• Bank Al Maghrib a publié des prévisions pessimistes sur le taux de croissance qui serait réalisé par l’économie nationale au titre de l’année 2019. Abdellatif Jouahri, wali de Bank Al Maghrib, a affirmé que le taux de croissance s’établirait à environ 2,7% en 2019. La baisse de cette croissance est imputable à une faible pluviométrie, estimée à -15% par rapport à l’année dernière. Mais, malgré ces prévisions négatives, qui pourraient susciter des inquiétudes sur la capacité du gouvernement à répondre aux attentes des citoyens, la création d’emplois semble suivre une courbe ascendante.

• Le ministère de la Santé s’apprête à élaborer un nouveau décret qui permettrait au pharmacien de remplacer le médicament prescrit par le médecin par un autre de la même famille. Le ministère de la santé et les pharmaciens se concertent actuellement sur un cadre juridique donnant aux pharmaciens le droit de substituer les médicaments par d’autres. Youssef Bihi, vice-président de la confédération des pharmaciens du Maroc, a affirmé que cette démarche permettra de bien maitriser le stock des médicaments, lutter contre le manque de médicament sur le marché et résoudra la crise économique dont souffrent les pharmacies.

Bayane Alyaoum :

• Le Bureau politique du PPS a souligné la nécessité pour les acteurs sociaux de reprendre le dialogue et d’accélérer sa cadence, afin que les salariés puissent obtenir de nouveaux acquis. Il a aussi salué les propositions du gouvernement visant à améliorer le statut des professeurs recrutés par voie de contrat, afin que cette catégorie puisse travailler dans la stabilité. Le Bureau du parti du livre a par ailleurs mis en garde contre les tentatives qui visent à réduire la réforme du système éducatif à la question de la langue d’enseignement et aux modes de recrutement.

• Le ministre de l’Aménagement du territoire, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville, Abdelahad Fassi Fihri, a appelé à la maitrise du développement des villes à travers la planification urbaine et l’élaboration d’une politique de la ville permettant d’évoluer vers des cités inclusives et durables. Intervenant à l’ouverture de la réunion ministérielle du Comité des politiques de développement régional de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), tenue à Athènes, le ministre a également plaidé pour la mise en œuvre d’une politique de la ville de nature à mettre fin à tous les effets négatifs liés à la non maitrise de l’urbanisation (bidonvilles, quartiers non règlementaires, etc…).

Rissalat Al Oumma :

• Le bilan de la première phase de la réforme du régime de change que le Maroc a entamée en janvier 2017 est « positif », a affirmé le wali de Bank Al-Maghrib, Abdellatif Jouahri. « C’est un bilan positif comme en témoignent les chiffres et le fonctionnement du marché interbancaire des devises qui prend de jour en jour en maturité », a indiqué Jouahri lors d’une conférence de presse, à l’issue de la première session du Conseil de Bank Al-Maghrib au titre de l’année 2019. Le marché interbancaire des devises s’auto-suffit, les banques n’ayant pas fait appel à la Banque centrale depuis mars 2018, ce qui signifie qu’elles ont les devises nécessaires pour répondre aux besoins de la clientèle, a-t-il expliqué.

• Un total de 40 nouvelles routes aériennes seront ouvertes entre les principaux marchés émetteurs et les différentes régions du Royaume au titre de la saison estivale 2019, selon l’Office national marocain du tourisme (ONMT). Ces 85 fréquences hebdomadaires se rajoutent aux plus de 1.200 déjà existantes, représentant pas moins de 456.686 sièges additionnels, précise l’Office dans un communiqué.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.