Pas la moindre chance d’une alternance à l’horizon, si on se fie aux pronostics des islamistes au pouvoir au Maroc depuis 2012. Et pour cause, Mustapha Ramid, l’un des faucons du Parti justice et développement (PJD) et ministre d’Etat chargé, considère que son parti islamiste est « la 1ère formation politique » et le restera lors des prochaines élections en 2021 si « la démocratie et la compétition loyale sont respectées », dit-il.

« Si certains prévoient que leur parti remportera les prochaines élections, c’est leur droit de le penser, toutefois quelle échelle leur parti grimpera pour passer de la 4ème à la 1ère position? », a relevé Ramid en réponse aux déclarations des dirigeants du Rassemblement national des indépendants (RNI) qui prévoient la victoire de leur formation lors des législatives prévues en 2021.

« Qu’a fait notre parti pour perdre sa 1ère place? », s’est interrogé le dirigeant PJDiste, qui intervenait dimanche lors d’une rencontre de la section de son parti dans la région de Casablanca-Settat avant de souligner que « le PJD entreprend des initiatives qualitatives qui en ont fait une locomotive pour les autres formations politiques », ajoutant que « le parti est resté fidèle à sa démarche innovante et d’avant-garde au niveau du champ politique ».

+ Ramid rejette la responsabilité sur le gouvernement d’Abbas El Fassi +

Au sujet des protestations des « enseignants contractuels », il a indiqué que le recrutement par contrats existe partout dans le monde et pas seulement au Maroc, relevant que le gouvernement du PJD n’a pas introduit ce nouveau mode de recrutement lequel a été mis en place par le gouvernement d’Abbas Fassi lorsqu’il a modifié la loi sur la fonction publique par un texte voté à l’unanimité.

Il a, en outre, estimé que la grève des enseignants contractuels n’est plus justifiée après que le gouvernement ait révisé le statut de ces derniers, soulignant qu’il n’existe plus aucune différence entre un contractuel et un autre fonctionnaire.

A cet égard, Ramid a appelé l’ensemble des grévistes à reprendre le travail, assurant que le gouvernement est prêt à examiner certaines de leurs revendications mais qu’il ne peut être question de revoir de manière radicale son approche de recrutement.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.