« Si tu n’a pas honte, fais ce que bon te semble », rappelle le dicton arabe. Et pour cause, la section locale de l’Union socialiste des forces populaires (USFP) à Khouribga a finalement été obligée d’annuler la conférence-débat qu’elle comptait organiser jeudi 28 février sur « la gouvernance économique » et que devait animer l’ex-dirigeant USFpiste Khalid Alioua poursuivi, lui même, pour malversation.

L’annulation de cette rencontre par la section locale de l’USFP fait suite à la vague de critiques soulevée par la participation de Khalid Alioua qui est poursuivi pour « dilapidation de biens publics » dans l’affaire du Crédit immobilier et hôtelier (CIH) dont il était directeur général, selon le site arabophone Aoual.

+ Khalid Alioua… en liberté provisoire +

Pour rappel, l’ancien DG du CIH avait été placé « en détention préventive » à la prison d’Oukacha en juin 2012 avant d’être relâché en mars 2013 pour assister aux obsèques de sa mère et de bénéficier par la suite de « la liberté provisoire » sans que ne soit à ce jour fixée la date de son procès.

Le juge d’instruction avait décidé de poursuivre Khalid Alioua, Larbi Alioua, Younes Alioua et Mohamed Zizi en état d’arrestation pour « dilapidation de biens publics » sur la base des audits effectués par les juges de la cour des comptes puis par l’inspection générale des finances qui ont révélé de graves dysfonctionnements dans la gestion financière du CIH.

A noter, « après le scandale du CIH, Alioua cherche toujours un retour sur la scène politique afin de retrouver une place au sein de l’USFP », selon un ancien militant ittihadi.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.