Un sujet toujours d’actualité. A la suite de la dernière publication du Haut Commissariat au Plan (HCP) d’un document sur la population active occupée, une note est rendue public, ce mercredi, et présente « les principales caractéristiques » de la population active en chômage en 2018, telles qu’elles ressortent des résultats de l’enquête nationale sur l’emploi.

Voici les détails de cette note:

« Il est à rappeler que l’effectif de cette catégorie de la population est passé, entre 2017 et 2018, de 1.216.000 à 1.168.000 personnes. Avec une baisse de 48.000 personnes, 25.000 en milieu urbain et 23.000 en milieu rural, le taux de chômage a, ainsi, reculé de 10,2% à 9,8% au niveau national, de 14,7% à 14,2% en milieu urbain et de 4% à 3,5% en milieu rural. La population en chômage est en majorité composée de citadins (84,7%), d’hommes (64,9%) et des jeunes âgés de 15 à 29 ans (65,7%).

Les plus forts taux de chômage restent le lot des jeunes, des femmes et des diplômés
Le taux de chômage atteint 26% parmi les jeunes âgés de 15 à 24 ans et 43,2% parmi les citadins de cette même tranche d’âge.

Le chômage affecte les femmes plus que les hommes, avec des prévalences respectives de 14% et 8,4%. Ce constat est plus notable en milieu urbain où le taux de chômage atteint 24,3% parmi les femmes contre 11,4% parmi les hommes.

Le taux de chômage croît avec le niveau de qualification. Il passe, ainsi, de 3,4% parmi les personnes n’ayant aucun diplôme à 17,2% pour les diplômés. Il se situe à 14% pour les diplômés de niveau moyen et à 23% pour ceux ayant un diplôme de niveau supérieur.
Il reste relativement plus élevé parmi certaines catégories des diplômés dont particulièrement les détenteurs des diplômes supérieurs délivrés par les facultés (25,9%), des certificats en spécialisation professionnelle (24,2%), des diplômes de techniciens et de cadres moyens (23%) et des diplômes de qualification professionnelle (21,4%).

Graphique 1. Évolution du taux de chômage entre 2017 et 2018 parmi certaines
catégories de la population active (en %).

Prédominance des primo-demandeurs d’emploi parmi les chômeurs

Sur l’ensemble des chômeurs, 57,9% sont à la recherche de leur premier emploi, 51,8% parmi les hommes et 69,1% parmi les femmes. Ces chômeurs sont en majorité des citadins (87%), des jeunes âgés de 15 à 34 ans (92%) et des diplômés (90,9%).

Les trois quarts des primo-demandeurs d’emploi (75%) sont concentrés dans cinq régions, à savoir Casablanca-Settat (22,2%), Rabat-Salé-Kénitra (17,2%), Fès-Meknès (12,9%), Tanger-Tétouan-Al Hoceima (11,8%), et Marrakech-Safi (10,9%).

Prépondérance du chômage de longue durée

Environ les deux-tiers des chômeurs (67,6%) sont à la recherche d’un emploi depuis une année ou plus, 63,5% parmi les hommes et 75,4% parmi les femmes.

Plus de 7 chômeurs âgés de 15 à 34 ans sur 10 (71,1%) chôment depuis une année ou plus. Cette part augmente avec le niveau de diplôme, passant de 46,1% pour les non diplômés à 77,7% pour les diplômés de niveau supérieur.

Graphique 2. Part du chômage de longue durée dans le volume global du chômage selon le sexe, l’âge et le diplôme (en %).

Caractéristiques des chômeurs ayant déjà travaillé

En 2018, 42,1% de l’ensemble des chômeurs ont déjà exercé un emploi avant de se retrouver en situation de chômage. Ils sont en majorité des citadins (82,2%), de sexe masculin (74,2%) et des jeunes âgés de 15 à 34 (63,7%).

Les deux tiers (67,1%) de ces chômeurs ont un diplôme, 46,6% de niveau moyen et 20,5% de niveau supérieur.

Sur l’ensemble de ces chômeurs, 88,3% étaient des salariés et 8,5% des indépendants. Près de la moitié d’entre eux (50,3%) exerçaient dans le secteur des services, 20,4% dans l’industrie y compris l’artisanat et 19,5% dans les BTP.

Ils exerçaient en tant que manœuvres non agricoles, manutentionnaires et travailleurs de petits métiers avec 28,9%, artisans et ouvriers qualifiés des métiers artisanaux (25,9%) et employés (20%).

Près de 80% de ces chômeurs sont concentrés dans cinq régions : Casablanca-Settat avec 27,9%, l’Oriental (17,2%), Rabat-Salé-Kénitra (15,7%), Sous-Massa (10,4%) et Marrakech-Safi (8,5%).

Faible recours à l’intermédiation institutionnelle dans la recherche d’emploi

Les deux tiers des chômeurs (67,9%) font appel aux personnes parentes ou à l’entourage (30,2%) ou au contact direct des employeurs (37,7%). Ces deux modes sont employés par les hommes (74,2%) plus que les femmes (56,4%).

La participation aux concours (10,4%) et les réponses aux annonces (11,5%) ont été déclarées comme modes de recherche d’emploi par 21,9% des chômeurs, les femmes plus que les hommes avec respectivement 32,9% et 16%.

Les chômeurs diplômés du supérieur recourent aux réponses aux annonces et à la participation aux concours avec respectivement 24,8% et 25,0%. En revanche, les chômeurs non diplômés s’appuient, dans leur recherche d’emploi, sur les personnes parentes ou l’entourage avec 44,2%, et sur le contact direct des employeurs avec 44,0%.

Graphique 3. Structure de la population active en chômage selon les moyens de recherche d’emploi et le diplôme (en %).

Le salariat est le statut d’emploi le plus recherché

Les trois quarts (75%) des chômeurs désirent travailler en tant que salariés. Ce statut est recherché par les femmes (80,6%) relativement plus que les hommes (72%) et par les diplômés du supérieur (81,3%) plus que les non diplômés (71,1%).

Par ailleurs, 67,6% des chômeurs sont disposés à exercer dans n’importe quel secteur, 20,1% optent pour le secteur privé et 9,3% pour le secteur public. Parmi les diplômés de niveau supérieur, 19,3% ont une préférence pour le secteur public.

S’agissant du lieu d’emploi souhaité, 6 chômeurs sur 10 (60%) préfèrent travailler dans leur localité de résidence, 72,9% parmi les femmes et 53% parmi les hommes. »

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.