En Algérie, la police a interpellé 41 personnes pour avoir participé avec des centaines d’autres algériens à une manifestation vendredi dans le centre d’Alger contre la candidature du président algérien Abdelaziz Bouteflika à un 5ème mandat lors des élections du 18 avril prochain, a-t-on appris samedi.

Selon l’AFP, les manifestants avaient convergé vers la place du « 1er Mai » à partir des mosquées après la prière du vendredi sans que la police, déployée en nombre, ne soit en mesure d’intervenir.
Auparavant, les forces de l’ordre s’étaient massivement déployées à la place du « 1er Mai » au coeur de la capitale Alger dès les premières heures de la matinée de vendredi et avaient bouclé les accès conduisant à cet endroit avant que les manifestants n’y accèdent après la prière.

De son côté, l’agence de presse allemande DPA a indiqué que les forces de police ont interpellé des manifestants et ont dispersé les manifestants y compris les journalistes qui couvraient les protestations à la place du « 1er Mai ».

La presse algérienne y compris l’agence officielle APS a également fait état de protestations d’ampleur variable à Oran, deuxième ville du pays, à environ 400 km à l’ouest d’Alger, à Tiaret et Relizane (respectivement 200 et 250 km au sud-ouest de la capitale) et à Sétif (200 km au sud-est d’Alger).

Au pouvoir depuis 1999, M. Bouteflika, 81 ans, a annoncé le 10 février dans une lettre-programme à la Nation qu’il briguerait un 5ème mandat lors de la prochaine présidentielle.

Le président algérien a subi un accident vasculaire cérébral (AVC) en 2013 qui a affecté sa mobilité.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.